Adversaires

PSG – Lille : 2 modèles opposés

L’économiste Pierre Rondeau décortique la richesse du PSG et pointe le risque sur le long terme des revenus commerciaux
Publie le 17/12/2011 a 19:01



  • Si le PSG et Lille sont assez proches au classement de la Ligue 1 (seulement deux points les séparent au classement), les deux clubs demeurent assez éloignés en terme de politique de développement.

    Malgré son doublé Coupe – Championnat réalisé la saison passée, le club nordiste n’a pas fait de folie sur le marché des transferts. « Lille, c’est un petit Lyon, mais avec une image plus chaleureuse. Ce club est au début d’un cycle. S’il garde son savoir-faire et sa bonne gestion, il pourra s’installer durablement dans le cercle fermé des grands clubs français », commente Frédéric Bolotny, économiste du sport, dans les colonnes du Parisien.

    A l’inverse, depuis cet été, le PSG n’hésite pas à dépenser des dizaine de millions d’euros pour se renforcer. « Les Qatariens ne sont pas des mécènes. Et à terme, ils vont aussi essayer de développer les recettes du club en s’appuyant notamment sur la marque très forte que représente Paris », analyse Bolotny. L’été dernier, le PSG a injecté 85 millions d’euros au mercato, tandis que Lille n’en a débourser que 14.

    Publie le 17/12/2011 a 19:01

    PSG – Lille : 2 modèles opposés

    Si le PSG et Lille sont assez proches au classement de la Ligue 1 (seulement deux points les séparent au classement), les deux clubs demeurent assez éloignés en terme de politique de développement.

    Malgré son doublé Coupe – Championnat réalisé la saison passée, le club nordiste n’a pas fait de folie sur le marché des transferts. « Lille, c’est un petit Lyon, mais avec une image plus chaleureuse. Ce club est au début d’un cycle. S’il garde son savoir-faire et sa bonne gestion, il pourra s’installer durablement dans le cercle fermé des grands clubs français », commente Frédéric Bolotny, économiste du sport, dans les colonnes du Parisien.

    A l’inverse, depuis cet été, le PSG n’hésite pas à dépenser des dizaine de millions d’euros pour se renforcer. « Les Qatariens ne sont pas des mécènes. Et à terme, ils vont aussi essayer de développer les recettes du club en s’appuyant notamment sur la marque très forte que représente Paris », analyse Bolotny. L’été dernier, le PSG a injecté 85 millions d’euros au mercato, tandis que Lille n’en a débourser que 14.




  • Tags de l'article : , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire
    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    Live football scores . Current table, fixtures & results.

    L'actualité européenne

    Edinson Cavani buteur Ligue des Champions

    LDC : Cavani  » On peut faire confiance à cette équipe « 

    LDC

    Avec sa victoire 4-0 face au FC Barcelone en 8ème de finale aller de Ligue des ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    Johana mis à jour un post"OM/PSG: Le résumé du Classico"
    12 hours ago
    Johana mis à jour un post"OM/PSG: Le résumé du Classico"
    12 hours ago

    Actualité Féminine

    Féminines - Amandine Henry "On est contente ce soir, c’était un beau match"

    Féminines – Amandine Henry « On est contente ce soir, c’était un beau match »

    Actu Féminin

    Après la victoire de l’Olympique Lyonnais à Montpellier, le Paris Saint-Germain n’avait pas le droit à ...

    Vidéos PSG

    PSG – Lille : 2 modèles opposés

    L’économiste Pierre Rondeau décortique la richesse du PSG et pointe le risque sur le long terme des revenus commerciaux <Adversaires , Club

    Si le PSG et Lille sont assez proches au classement de la Ligue 1 (seulement deux points les séparent au classement), les deux clubs demeurent assez éloignés en terme de politique de développement.

    Malgré son doublé Coupe – Championnat réalisé la saison passée, le club nordiste n’a pas fait de folie sur le marché des transferts. « Lille, c’est un petit Lyon, mais avec une image plus chaleureuse. Ce club est au début d’un cycle. S’il garde son savoir-faire et sa bonne gestion, il pourra s’installer durablement dans le cercle fermé des grands clubs français », commente Frédéric Bolotny, économiste du sport, dans les colonnes du Parisien.

    A l’inverse, depuis cet été, le PSG n’hésite pas à dépenser des dizaine de millions d’euros pour se renforcer. « Les Qatariens ne sont pas des mécènes. Et à terme, ils vont aussi essayer de développer les recettes du club en s’appuyant notamment sur la marque très forte que représente Paris », analyse Bolotny. L’été dernier, le PSG a injecté 85 millions d’euros au mercato, tandis que Lille n’en a débourser que 14.

    By
    @
    OTER ?>