Adversaires

PSG – Lille : 2 modèles opposés

L’économiste Pierre Rondeau décortique la richesse du PSG et pointe le risque sur le long terme des revenus commerciaux
Publie le 17/12/2011 a 19:01



  • Si le PSG et Lille sont assez proches au classement de la Ligue 1 (seulement deux points les séparent au classement), les deux clubs demeurent assez éloignés en terme de politique de développement.

    Malgré son doublé Coupe – Championnat réalisé la saison passée, le club nordiste n’a pas fait de folie sur le marché des transferts. « Lille, c’est un petit Lyon, mais avec une image plus chaleureuse. Ce club est au début d’un cycle. S’il garde son savoir-faire et sa bonne gestion, il pourra s’installer durablement dans le cercle fermé des grands clubs français », commente Frédéric Bolotny, économiste du sport, dans les colonnes du Parisien.

    A l’inverse, depuis cet été, le PSG n’hésite pas à dépenser des dizaine de millions d’euros pour se renforcer. « Les Qatariens ne sont pas des mécènes. Et à terme, ils vont aussi essayer de développer les recettes du club en s’appuyant notamment sur la marque très forte que représente Paris », analyse Bolotny. L’été dernier, le PSG a injecté 85 millions d’euros au mercato, tandis que Lille n’en a débourser que 14.

    Publie le 17/12/2011 a 19:01

    PSG – Lille : 2 modèles opposés

    Si le PSG et Lille sont assez proches au classement de la Ligue 1 (seulement deux points les séparent au classement), les deux clubs demeurent assez éloignés en terme de politique de développement.

    Malgré son doublé Coupe – Championnat réalisé la saison passée, le club nordiste n’a pas fait de folie sur le marché des transferts. « Lille, c’est un petit Lyon, mais avec une image plus chaleureuse. Ce club est au début d’un cycle. S’il garde son savoir-faire et sa bonne gestion, il pourra s’installer durablement dans le cercle fermé des grands clubs français », commente Frédéric Bolotny, économiste du sport, dans les colonnes du Parisien.

    A l’inverse, depuis cet été, le PSG n’hésite pas à dépenser des dizaine de millions d’euros pour se renforcer. « Les Qatariens ne sont pas des mécènes. Et à terme, ils vont aussi essayer de développer les recettes du club en s’appuyant notamment sur la marque très forte que représente Paris », analyse Bolotny. L’été dernier, le PSG a injecté 85 millions d’euros au mercato, tandis que Lille n’en a débourser que 14.




  • Tags de l'article : , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire
    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    Live football scores . Current table, fixtures & results.

    L'actualité européenne

    Verratti «Nous ne sommes pas au niveau du Bayern, du Barça et du Real»

    Verratti «Nous ne sommes pas au niveau du Bayern, du Barça et du Real»

    LDC

     Lors d’un entretien accordé à Rai Sport, le milieu du Paris Saint-Germain, Marco Verratti, est revenu ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    Flavien Casinia publié un new post."Fernandez «En plus de leur proposer le salaire qu'ils veulent, derrière le PSG ne nous les vend pas»"
    17 hours ago
    Flavien Casinia publié un new post."Ménès : Matuidi quand il pioche sur le plan physique " il ne reste plus grand-chose ""
    2 days ago

    Actualité Féminine

    PSG Féminines

    Féminines – La victoire face à Soyaux permet au PSG de se tourner sereinement vers le Bayern

    Actu Féminin

    A quelques jours de défier le Bayern Munich dans le cadre de l’UEFA Women’s Champions League, ...

    Vidéos PSG

    PSG – Lille : 2 modèles opposés

    L’économiste Pierre Rondeau décortique la richesse du PSG et pointe le risque sur le long terme des revenus commerciaux <Adversaires , Club

    Si le PSG et Lille sont assez proches au classement de la Ligue 1 (seulement deux points les séparent au classement), les deux clubs demeurent assez éloignés en terme de politique de développement.

    Malgré son doublé Coupe – Championnat réalisé la saison passée, le club nordiste n’a pas fait de folie sur le marché des transferts. « Lille, c’est un petit Lyon, mais avec une image plus chaleureuse. Ce club est au début d’un cycle. S’il garde son savoir-faire et sa bonne gestion, il pourra s’installer durablement dans le cercle fermé des grands clubs français », commente Frédéric Bolotny, économiste du sport, dans les colonnes du Parisien.

    A l’inverse, depuis cet été, le PSG n’hésite pas à dépenser des dizaine de millions d’euros pour se renforcer. « Les Qatariens ne sont pas des mécènes. Et à terme, ils vont aussi essayer de développer les recettes du club en s’appuyant notamment sur la marque très forte que représente Paris », analyse Bolotny. L’été dernier, le PSG a injecté 85 millions d’euros au mercato, tandis que Lille n’en a débourser que 14.

    By
    @
    OTER ?>