Club

Riolo : « Face au Barça, il faut être tueur »

PSG - Riolo "attends les premiers mouvements" et avoue être "perplexe" devant le cas Cabaye
Publie le 03/04/2013 a 11:38



  • Daniel Riolo a analysé en longueur la rencontre entre le PSG et Barcelone, mardi soir. Le journaliste sportif regrette surtout le manque d’efficacité des attaquants parisiens.

    « L’événement de l’avant match, c’est bien sûr la titularisation de Beckham. Incroyable. Pourquoi ? L’expérience, le jeu long, les coups francs, corner ? C’est un pari. A voir. Pour le reste, c’est le 442 annoncé. Au Barça, la présence d’Alexis Sanchez n’était pas prévue. Le milieu « effrayant », Busquets, Iniesta, Xavi, est bien là. On attendait une forte poussée du Barça et ce n’est pas ce qu’on a vu au début. Le PSG est bon, très bon même. Il recule et avance quand il faut. Les mouvements du bloc sont dosés et avec le ballon, Paris crée du danger. Certes à chaque fois que le Barça approche de la surface, on sent un mouvement de panique dans le stade, mais sur la pelouse, les joueurs gèrent les situations sans jamais se mettre dans le rouge. On se dit forcément que les opportunités manquées par Paris peuvent coûter cher. Et à moins de pouvoir garder ce niveau tout le match, jouer aussi bien et ne pas concrétiser peut s’avérer dommageable. C’est en fin de première période que le Barça présente la note. Un ballon mal renvoyé suite à un corner, une ouverture admirable d’Alves pour Messi. C’est beau et cruel comme le Barça. Tout ça pour ça, ce sentiment doit rebondir dans les têtes parisiennes. On n’a pas beaucoup l’occasion de voir jouer le Barça en « vrai » et ce qui frappe, c’est le calme, la sérénité. Même quand l’adversaire joue bien, il semble en surchauffe. Alors que pour eux, c’est facile. Le but a fait mal au PSG et la fin de la première période est plus compliquée. Les 4 de devant, excellent pendant plus d’une demi heure, baissent la tête. La seconde période débute sans Messi. Le génie qui ne rate jamais un match, absent, c’est un événement notable. Cette période de jeu débute aussi sur un ton plus conforme à ce qu’on attendait. Le Barça entre en possession outrageante. Avec Fabregas qui s’est ajouté au milieu, le PSG n’a plus que les miettes. Un mot sur Ibra. Très présent, bon dans le jeu, mais trop décevant dans les phases terminales. On attend forcément de lui qu’il soit celui qui fait la différence. Le match avance et Paris perd en cohésion. Lucas, Lavezzi qui faisaient mal au début ne font plus que défendre. L’espace pour respirer, espérer vivre dans ce match se réduit de plus en plus. Ancelotti remplace Lavezzi par Menez. Paris recherche vitesse et profondeur. Mais où trouver ça, en passant tout son temps dans son camp ? Fatigué Beckham laisse sa place à Verratti. L’Anglais a livré un match correct, terni par la relance ratée ayant entraîné la fameuse ouverture d’Alvès sur le but. Mais être sévère n’a pas de sens tant il me semble que c’est la passe et le but qu’il faut retenir sur ce coup. Face à de tels créateurs, être infaillible tient presque du miracle. Même mal en point, le PSG termine en retrouvant de bonnes situations. Le problème, c’est la finition. Ibra rate trop. A ce niveau, pour vivre face au Barça, il faut être redoutable, tueur. Il va l’être, enfin. A un moment où le match a perdu son intensité, où le PSG a obtenu des coups franc, des corners dans le camp du Barça. Ibra égalise et réveille le Parc assoupi par la fatalité. Il reste alors 10 minutes pour aller côtoyer l’improbable. Jouer haut. Quand Paris l’a fait, il a été dangereux. Mais au lieu de chasser l’espoir, le PSG va à nouveau payer l’addition. Un péno à la 88e ! Xavi boucle le match ? Oui à 90%, et ce même si Matuidi à la dernière seconde a évité la défaite en égalisant. On peut parler de l’inefficacité, des situations mal exploitées, mais le Barça laisse une marge tellement faible… On va parler de regrets, de frustration, mais à ce niveau à part mourir on ne fait rien avec ça. La marche est trop haute pour Paris, comme elle l’est pour beaucoup ? Oui, mais ça demande validation définitive la semaine prochaine », a écrit Riolo sur son blog.

    Publie le 03/04/2013 a 11:38

    Riolo : « Face au Barça, il faut être tueur »

    Daniel Riolo a analysé en longueur la rencontre entre le PSG et Barcelone, mardi soir. Le journaliste sportif regrette surtout le manque d’efficacité des attaquants parisiens.

    « L’événement de l’avant match, c’est bien sûr la titularisation de Beckham. Incroyable. Pourquoi ? L’expérience, le jeu long, les coups francs, corner ? C’est un pari. A voir. Pour le reste, c’est le 442 annoncé. Au Barça, la présence d’Alexis Sanchez n’était pas prévue. Le milieu « effrayant », Busquets, Iniesta, Xavi, est bien là. On attendait une forte poussée du Barça et ce n’est pas ce qu’on a vu au début. Le PSG est bon, très bon même. Il recule et avance quand il faut. Les mouvements du bloc sont dosés et avec le ballon, Paris crée du danger. Certes à chaque fois que le Barça approche de la surface, on sent un mouvement de panique dans le stade, mais sur la pelouse, les joueurs gèrent les situations sans jamais se mettre dans le rouge. On se dit forcément que les opportunités manquées par Paris peuvent coûter cher. Et à moins de pouvoir garder ce niveau tout le match, jouer aussi bien et ne pas concrétiser peut s’avérer dommageable. C’est en fin de première période que le Barça présente la note. Un ballon mal renvoyé suite à un corner, une ouverture admirable d’Alves pour Messi. C’est beau et cruel comme le Barça. Tout ça pour ça, ce sentiment doit rebondir dans les têtes parisiennes. On n’a pas beaucoup l’occasion de voir jouer le Barça en « vrai » et ce qui frappe, c’est le calme, la sérénité. Même quand l’adversaire joue bien, il semble en surchauffe. Alors que pour eux, c’est facile. Le but a fait mal au PSG et la fin de la première période est plus compliquée. Les 4 de devant, excellent pendant plus d’une demi heure, baissent la tête. La seconde période débute sans Messi. Le génie qui ne rate jamais un match, absent, c’est un événement notable. Cette période de jeu débute aussi sur un ton plus conforme à ce qu’on attendait. Le Barça entre en possession outrageante. Avec Fabregas qui s’est ajouté au milieu, le PSG n’a plus que les miettes. Un mot sur Ibra. Très présent, bon dans le jeu, mais trop décevant dans les phases terminales. On attend forcément de lui qu’il soit celui qui fait la différence. Le match avance et Paris perd en cohésion. Lucas, Lavezzi qui faisaient mal au début ne font plus que défendre. L’espace pour respirer, espérer vivre dans ce match se réduit de plus en plus. Ancelotti remplace Lavezzi par Menez. Paris recherche vitesse et profondeur. Mais où trouver ça, en passant tout son temps dans son camp ? Fatigué Beckham laisse sa place à Verratti. L’Anglais a livré un match correct, terni par la relance ratée ayant entraîné la fameuse ouverture d’Alvès sur le but. Mais être sévère n’a pas de sens tant il me semble que c’est la passe et le but qu’il faut retenir sur ce coup. Face à de tels créateurs, être infaillible tient presque du miracle. Même mal en point, le PSG termine en retrouvant de bonnes situations. Le problème, c’est la finition. Ibra rate trop. A ce niveau, pour vivre face au Barça, il faut être redoutable, tueur. Il va l’être, enfin. A un moment où le match a perdu son intensité, où le PSG a obtenu des coups franc, des corners dans le camp du Barça. Ibra égalise et réveille le Parc assoupi par la fatalité. Il reste alors 10 minutes pour aller côtoyer l’improbable. Jouer haut. Quand Paris l’a fait, il a été dangereux. Mais au lieu de chasser l’espoir, le PSG va à nouveau payer l’addition. Un péno à la 88e ! Xavi boucle le match ? Oui à 90%, et ce même si Matuidi à la dernière seconde a évité la défaite en égalisant. On peut parler de l’inefficacité, des situations mal exploitées, mais le Barça laisse une marge tellement faible… On va parler de regrets, de frustration, mais à ce niveau à part mourir on ne fait rien avec ça. La marche est trop haute pour Paris, comme elle l’est pour beaucoup ? Oui, mais ça demande validation définitive la semaine prochaine », a écrit Riolo sur son blog.




  • Toute l'actualité du PSG en vidéo
    Tags de l'article : , , , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire
    • Jusdete91

      Il a toujours le mot pour rire ce Mec. Le football est imprevisible sinon ca se saurait.

    • LauPSG

      en général je suis plutôt d’accord avec lui, mais pas sur l’issue du match retour.

      j’y croyais à l’aller, j’y croirai au retour! nos flèches vont avoir de l’espace dans le dos de la défense (amoindrie) du barça, ibra va être plus motivé que jamais, carlo va nous ressortir une tactique qui va porter ses fruits! (sans oublier le petit argentin qui ratera peut-être le match retour)

      • majestik49

        bien sûr que c est faisable! ici c est paris , menez lavezzi lucas ibra ne st pas des joueurs de ph.. et au milieu on a ce qu il faut pr meme esperer tenir plus le ballon.. et alex silva ca reste tres solide.. et puis je sens bien un sirigu revenchard aussi!!

        • magicnene

          2-2 prolong mon prono
          après si jamais messi est pas la…

      • Tony586

        1-0 au retour pour Paris avec défense de feu et TS candidat au ballon d’Or ! Messi sera là c’est de l’intox… le pire c’est qu’ils vont le mettre même s’il n’est qu’a 40% plutôt qu’un autre à 100%

      • 1.christiannie

        Nous en jouant parfaitement le contre (mais il faudra concrétiser nos occasions) et eux sans MESSI(si c’est confirmé), ça ne donnera plus du tout le même match que ce qu’ils avaient prévu à 1/0 ou 2/1 pour eux au Parc

        • LauPSG

          en temps normal, ils laissent déjà beaucoup d’espace dans le dos de leur défensequi en plus sera décimée! ce qui me fait croire qu’on arrivera à au moins 1 but là bas.
          ça peut être du tout bon pour des lucas, lavezzi (bien que je préférerai voir menez en ce moment)

    • Slash1276

      Moi je me dis aussi que contre Milan au match retour ils avaient la trouille au ventre de se faire sortir donc forcement ils sont sorti un big match. Mais à 2-2, ils vont peut être se dire qu’on est pas si dangereux que ça….
      Enfin je ne sais pas mais restons confiant….

    • Shadcfc

      Quand tu écoutes certains journalistes tu as l’impression que cela ne sert à rien de jouer les matchs.
      C’est affligeant cette mentalité de losers…

      • Slash1276

        Exactement! Genre à l’écouter c’est déjà foutu…mais le foot ça n’est pas ça!
        Il faut lui rappeler quand même qu’on s’est pas fait éclater 4-0!

        On leur à mis 2 buts… pourquoi au match retour, sans Mascherano et peut-être Messi, on ne pourrait pas faire pareil??

    • zapata

      Mouais bof. Pour une fois je préfère l’analyse de Ménès. C’est pas que je sois en désaccord, mais là on est plus proche du commentaire que de l’analyse, il parle un peu pour ne rien dire que l’on ait vu.

      • Jusdete91

        Il a pas eu les places pour le match, c’ est pour ca qu’ il a la Rage.

    • Slash1276

      Ouais bon Riolo hier je l’écoutais, pour lui c’était plié pour le match retour…
      Moi je ne suis pas de cet avis, sachant qu’ils peuvent se prendre des buts tout est encore faisable!

      • Olmecinho

        Riolo c’est un pro Barça, et ça il ne le cache pas habituellement, même si il le dis pas là

    Dernieres news

    Classement PSG Ligue 1

    # Equipe MJ V N D Pts
    1 Angers 0 0 0 0 0
    2 Bastia 0 0 0 0 0
    3 Girondins de Bordeaux 0 0 0 0 0
    4 Caen 0 0 0 0 0
    5 Dijon 0 0 0 0 0
    6 Guingamp 0 0 0 0 0
    7 LOSC Lille Métropole 0 0 0 0 0
    8 Lorient 0 0 0 0 0
    9 Metz 0 0 0 0 0
    10 Monaco 0 0 0 0 0

    Suivez-nous sur les reseaux



    # Equipe MJ V N D Pts
    1 Angers 0 0 0 0 0
    2 Bastia 0 0 0 0 0
    3 Girondins de Bordeaux 0 0 0 0 0
    4 Caen 0 0 0 0 0
    5 Dijon 0 0 0 0 0

    L'actualité européenne

    PSG/Ludogorets - Le groupe parisien avec Layvin Kurzawa et Thiago Motta

    PSG/Ludogorets – Le groupe parisien avec Layvin Kurzawa et Thiago Motta

    LDC

    Ce mercredi, le Paris Saint-Germain reçoit Ludogorets dans le cadre de la 6e journée de Ligue ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    Flavien Casinia publié un new post."PSG/Ludogorets - L'arbitre de la rencontre désigné, une première pour Paris"
    17 hours ago
    NicolasBa publié un new post."Emery "n'est pas menacé", mais "sous haute surveillance", selon L'Équipe"
    18 hours ago

    Actualité Féminine

    Féminines – Boquete "Je veux aider au projet qui consiste à devenir la plus grande équipe d’Europe"

    Féminines – Boquete « Je veux aider au projet qui consiste à devenir la plus grande équipe d’Europe »

    Actu Féminin

    Dans une interview accordée à EFE, Veronica Boquete, milieu de terrain offensif de 29 ans du ...

    Vidéos PSG

    Riolo : « Face au Barça, il faut être tueur »

    PSG - Riolo "attends les premiers mouvements" et avoue être "perplexe" devant le cas Cabaye <Club , LDC

    Daniel Riolo a analysé en longueur la rencontre entre le PSG et Barcelone, mardi soir. Le journaliste sportif regrette surtout le manque d’efficacité des attaquants parisiens.

    « L’événement de l’avant match, c’est bien sûr la titularisation de Beckham. Incroyable. Pourquoi ? L’expérience, le jeu long, les coups francs, corner ? C’est un pari. A voir. Pour le reste, c’est le 442 annoncé. Au Barça, la présence d’Alexis Sanchez n’était pas prévue. Le milieu « effrayant », Busquets, Iniesta, Xavi, est bien là. On attendait une forte poussée du Barça et ce n’est pas ce qu’on a vu au début. Le PSG est bon, très bon même. Il recule et avance quand il faut. Les mouvements du bloc sont dosés et avec le ballon, Paris crée du danger. Certes à chaque fois que le Barça approche de la surface, on sent un mouvement de panique dans le stade, mais sur la pelouse, les joueurs gèrent les situations sans jamais se mettre dans le rouge. On se dit forcément que les opportunités manquées par Paris peuvent coûter cher. Et à moins de pouvoir garder ce niveau tout le match, jouer aussi bien et ne pas concrétiser peut s’avérer dommageable. C’est en fin de première période que le Barça présente la note. Un ballon mal renvoyé suite à un corner, une ouverture admirable d’Alves pour Messi. C’est beau et cruel comme le Barça. Tout ça pour ça, ce sentiment doit rebondir dans les têtes parisiennes. On n’a pas beaucoup l’occasion de voir jouer le Barça en « vrai » et ce qui frappe, c’est le calme, la sérénité. Même quand l’adversaire joue bien, il semble en surchauffe. Alors que pour eux, c’est facile. Le but a fait mal au PSG et la fin de la première période est plus compliquée. Les 4 de devant, excellent pendant plus d’une demi heure, baissent la tête. La seconde période débute sans Messi. Le génie qui ne rate jamais un match, absent, c’est un événement notable. Cette période de jeu débute aussi sur un ton plus conforme à ce qu’on attendait. Le Barça entre en possession outrageante. Avec Fabregas qui s’est ajouté au milieu, le PSG n’a plus que les miettes. Un mot sur Ibra. Très présent, bon dans le jeu, mais trop décevant dans les phases terminales. On attend forcément de lui qu’il soit celui qui fait la différence. Le match avance et Paris perd en cohésion. Lucas, Lavezzi qui faisaient mal au début ne font plus que défendre. L’espace pour respirer, espérer vivre dans ce match se réduit de plus en plus. Ancelotti remplace Lavezzi par Menez. Paris recherche vitesse et profondeur. Mais où trouver ça, en passant tout son temps dans son camp ? Fatigué Beckham laisse sa place à Verratti. L’Anglais a livré un match correct, terni par la relance ratée ayant entraîné la fameuse ouverture d’Alvès sur le but. Mais être sévère n’a pas de sens tant il me semble que c’est la passe et le but qu’il faut retenir sur ce coup. Face à de tels créateurs, être infaillible tient presque du miracle. Même mal en point, le PSG termine en retrouvant de bonnes situations. Le problème, c’est la finition. Ibra rate trop. A ce niveau, pour vivre face au Barça, il faut être redoutable, tueur. Il va l’être, enfin. A un moment où le match a perdu son intensité, où le PSG a obtenu des coups franc, des corners dans le camp du Barça. Ibra égalise et réveille le Parc assoupi par la fatalité. Il reste alors 10 minutes pour aller côtoyer l’improbable. Jouer haut. Quand Paris l’a fait, il a été dangereux. Mais au lieu de chasser l’espoir, le PSG va à nouveau payer l’addition. Un péno à la 88e ! Xavi boucle le match ? Oui à 90%, et ce même si Matuidi à la dernière seconde a évité la défaite en égalisant. On peut parler de l’inefficacité, des situations mal exploitées, mais le Barça laisse une marge tellement faible… On va parler de regrets, de frustration, mais à ce niveau à part mourir on ne fait rien avec ça. La marche est trop haute pour Paris, comme elle l’est pour beaucoup ? Oui, mais ça demande validation définitive la semaine prochaine », a écrit Riolo sur son blog.

    By
    @
    OTER ?>