Restez connectés avec nous
PSG - Riolo "attends les premiers mouvements" et avoue être "perplexe" devant le cas Cabaye

Club

Riolo : « Face au Barça, il faut être tueur »

Daniel Riolo a analysé en longueur la rencontre entre le PSG et Barcelone, mardi soir. Le journaliste sportif regrette surtout le manque d’efficacité des attaquants parisiens.

« L’événement de l’avant match, c’est bien sûr la titularisation de Beckham. Incroyable. Pourquoi ? L’expérience, le jeu long, les coups francs, corner ? C’est un pari. A voir. Pour le reste, c’est le 442 annoncé. Au Barça, la présence d’Alexis Sanchez n’était pas prévue. Le milieu « effrayant », Busquets, Iniesta, Xavi, est bien là. On attendait une forte poussée du Barça et ce n’est pas ce qu’on a vu au début. Le PSG est bon, très bon même. Il recule et avance quand il faut. Les mouvements du bloc sont dosés et avec le ballon, Paris crée du danger. Certes à chaque fois que le Barça approche de la surface, on sent un mouvement de panique dans le stade, mais sur la pelouse, les joueurs gèrent les situations sans jamais se mettre dans le rouge. On se dit forcément que les opportunités manquées par Paris peuvent coûter cher. Et à moins de pouvoir garder ce niveau tout le match, jouer aussi bien et ne pas concrétiser peut s’avérer dommageable. C’est en fin de première période que le Barça présente la note. Un ballon mal renvoyé suite à un corner, une ouverture admirable d’Alves pour Messi. C’est beau et cruel comme le Barça. Tout ça pour ça, ce sentiment doit rebondir dans les têtes parisiennes. On n’a pas beaucoup l’occasion de voir jouer le Barça en « vrai » et ce qui frappe, c’est le calme, la sérénité. Même quand l’adversaire joue bien, il semble en surchauffe. Alors que pour eux, c’est facile. Le but a fait mal au PSG et la fin de la première période est plus compliquée. Les 4 de devant, excellent pendant plus d’une demi heure, baissent la tête. La seconde période débute sans Messi. Le génie qui ne rate jamais un match, absent, c’est un événement notable. Cette période de jeu débute aussi sur un ton plus conforme à ce qu’on attendait. Le Barça entre en possession outrageante. Avec Fabregas qui s’est ajouté au milieu, le PSG n’a plus que les miettes. Un mot sur Ibra. Très présent, bon dans le jeu, mais trop décevant dans les phases terminales. On attend forcément de lui qu’il soit celui qui fait la différence. Le match avance et Paris perd en cohésion. Lucas, Lavezzi qui faisaient mal au début ne font plus que défendre. L’espace pour respirer, espérer vivre dans ce match se réduit de plus en plus. Ancelotti remplace Lavezzi par Menez. Paris recherche vitesse et profondeur. Mais où trouver ça, en passant tout son temps dans son camp ? Fatigué Beckham laisse sa place à Verratti. L’Anglais a livré un match correct, terni par la relance ratée ayant entraîné la fameuse ouverture d’Alvès sur le but. Mais être sévère n’a pas de sens tant il me semble que c’est la passe et le but qu’il faut retenir sur ce coup. Face à de tels créateurs, être infaillible tient presque du miracle. Même mal en point, le PSG termine en retrouvant de bonnes situations. Le problème, c’est la finition. Ibra rate trop. A ce niveau, pour vivre face au Barça, il faut être redoutable, tueur. Il va l’être, enfin. A un moment où le match a perdu son intensité, où le PSG a obtenu des coups franc, des corners dans le camp du Barça. Ibra égalise et réveille le Parc assoupi par la fatalité. Il reste alors 10 minutes pour aller côtoyer l’improbable. Jouer haut. Quand Paris l’a fait, il a été dangereux. Mais au lieu de chasser l’espoir, le PSG va à nouveau payer l’addition. Un péno à la 88e ! Xavi boucle le match ? Oui à 90%, et ce même si Matuidi à la dernière seconde a évité la défaite en égalisant. On peut parler de l’inefficacité, des situations mal exploitées, mais le Barça laisse une marge tellement faible… On va parler de regrets, de frustration, mais à ce niveau à part mourir on ne fait rien avec ça. La marche est trop haute pour Paris, comme elle l’est pour beaucoup ? Oui, mais ça demande validation définitive la semaine prochaine », a écrit Riolo sur son blog.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club