Restez connectés avec nous

Club

Sakho : « Je pense à un départ »

Carlo Ancelotti l’a annoncé mardi en conférence de presse, le PSG recrutera un nouveau défenseur central cet été. Face à une situation qui risque de se compliquer pour lui, Mamadou Sakho songe sérieusement à quitter le club de son cœur.

« Si un défenseur arrive, je ferai tout pour partir parce que je dois penser à mon avenir. Mon objectif, cette saison, c’est de jouer, d’être titulaire en club. Je serai donc ouvert aux propositions de clubs prêts à me donner du temps de jeu et à me permettre de poursuivre ma progression. (…) Je pense que je me rendrai compte, lors des matches de préparation de juillet, si le staff compte sur moi ou pas. C’est dans les trois, quatre semaines à venir que ça se joue. Je suis un guerrier et je ne lâchera pas comme ça non plus, a déclaré dans L’Equipe un Mamadou Sakho qui ne veut pas vivre une autre désillusion après avoir manqué l’Euro avec l’équipe de France. J’avais l’infime espoir d’être retenu pour l’Euro, même si je savais que j’avais peu des chances. Ca m’a touché. Quand j’ai vu la liste, j’en avais les larmes aux yeux. C’étaient deux ans de travail qui s’effondraient puisque j’avais toujours été convoqué depuis août 2010. Voir partir le train pendant que vous être sur le quai, ça fait mal, très mal même. »

Et s’il veut toujours espérer s’imposer en équipe de France et participer à la prochaine Coupe du Monde au Brésil, le natif de Paris sait pertinemment qu’il devra être titulaire dans son club. « Il faut que je joue en club, c’est clair. Cette saison, mon objectif premier, c’est d’être titulaire. C’est pour ça que je suis ouvert aux propositions et que je pense au départ. C’est la première fois que je tiens ce discours. Jusqu’ici, à Paris, on m’avait toujours fait confiance et j’ai essayé de la justifier. Sauf que, maintenant, je ne ressens pas cette confiance du nouveau staff. J’en suis arrivé au point de préférer voir Paris champion sans moi plutôt que de rester et voir Paris champion sans contribuer au titre. »

Le problème est donc clair, Sakho estime que Leonardo et Carlo Ancelotti ne croient pas en lui, malgré leurs récentes déclarations. Mais les mots ne suffisent pas selon le jeune défenseur parisien. « Ce qui compte, pour moi, ce sont les actes. Je ne suis pas prêt à revivre la même saison que les six derniers mois. Lors de la seconde partie du Championnat, j’ai préféré ne pas m’exprimer sur mon cas personnel et prendre sur moi pour ne pas perturber le groupe. Leonardo ? On a parlé avant les vacances. Mais depuis, j’ai eu le temps de me poser beaucoup de questions, de réfléchir, et je vois que Paris veut un défenseur. Moi, je n’ai jamais vu, dans un grand club, un défenseur acheté très cher qui reste sur le banc. S’il y en a un qui arrive, c’est pour jouer. Ancelotti ? J’ai déjà eu une discussion avec lui, avant les vacances. Son discours ne m’a pas rassuré. J’ai déjà eu des discussions avec des coaches qui comptaient sur moi et là, c’est la première fois que je ressors du bureau dans cet état d’esprit. Il m’a dit qu’il fallait accepter la concurrence. OK, j’accepte la concurrence mais, comme je l’ai dit, si vous achetez un grand nom, expérimenté, et que vous payez 30 ou 40 millions pour l’avoir, c’est pour qu’il joue. Je ne suis pas dupe. Là, on ne parle plus de concurrence. (…) L’année dernière, je l’ai vu une fois, mais il m’a assuré qu’il n’y avait pas de problème, que j’étais jeune, que j’étais l’avenir du club. De mon côté, je n’ai pas vraiment voulu perturber le groupe, parce qu’on avait un objectif commun. Mais c’est vrai que ça me démangeait, je n’en dormais plus la nuit. Quand tu es joueur et que tu entends qu’on cherche toujours de joueurs à ton poste, tu le prends automatiquement comme si tu devenais indésirable et qu’on te poussait vers la sortie. C’était mon sentiment en tout cas. La perte du capitanat ? Personne n’est venu me prévenir. Je n’ai pas trouvé ça très classe. J’aurais aimé qu’on vienne me le dire droit dans les yeux. Après, je n’ai pas vécu ça comme une humiliation parce que je suis fier de ce que j’ai fait à Paris. Si je suis amené à partir, ce sera la tête haute. »

En tout cas, Mamad’ sait qu’il peut compter sur le soutien des supporters parisiens, qui ont toujours scandé son nom au Parc des Princes, même quand il ne jouait pas. « Ca fait plaisir de voir le public derrière moi et je l’en remercie. C’est en grande partie grâce à lui si j’ai tenu moralement. Mais j’étais enragé d’être sur le banc, de ne pas pouvoir défendre mes couleurs, a confié Sakho, qui serait même prêt à rejoindre un autre club de Ligue 1 pour gagner du temps de jeu. Il y a quelques années, j’aurais répondu l’étranger. Mais, aujourd’hui, je pense pouvoir porter un autre maillot en Ligue 1, pour démonter qu’à Paris ils ont tort de ne pas me faire confiance. En tout cas, j’irai dans un club qui compte sur moi, qui me fera progresser pour retrouver la sélection. C’est mon objectif. »

Derniers articles

Autres articles présents dans Club