Restez connectés avec nous

Club

Sakho, le grand perdant…

Son brassard de capitaine, sa place de titulaire au PSG, son ticket pour l’Euro 2012… A l’issue de l’exercice 2011-2012, Mamadou Sakho a tout perdu.

Élu meilleur espoir de la saison précédente, le numéro 3 francilien hérite du capitanat après le départ à la retraite de Claude Makelele. D’immenses espoirs portent sur ses épaules. Dès la 2e journée de Ligue 1, le jeune international français se blesse à la cuisse, face à Rennes (1-1). C’est en pleurs qu’il sort du terrain. Il faudra attendre près de deux mois avant de voir Sakho reprendre la compétition. Par la suite, l’identité de son coéquipier en charnière centrale ne cesse de changer. Que ce soit Diego Lugano, Zoumana Camara ou Milan Bisevac, son partenaire pour former le binôme idéal dans ce secteur de jeu ne sera jamais clairement identifié. A la fin de l’année 2011, Mamadou Sakho se blesse à nouveau, manquant ainsi les deux derniers matches de Ligue 1 de la première moitié de saison,  face à Lille et Saint-Etienne. Jusqu’ici, tout va pourtant -à peu près- bien.

«  On ne peut pas être toujours au top »

Lorsque Carlo Ancelotti succède à Antoine Kombouaré, « Kirikou » conserve son brassard de capitaine. Contre Locminé, lors des 32e de finale de la Coupe de France, le technicien italien n’hésite pas à le remplacer par Ceara à un quart d’heure de la fin de la rencontre. Pour le moment, sa place de titulaire n’est pas remise en cause et Sakho entame la quasi-totalité des rencontres jusqu’à la fin du mois de mars. Pourtant, force est de constater que son niveau est inférieur à celui qui était le sien lors de la saison précédente. Il n’hésite d’ailleurs pas à l’admettre. « Je suis peut-être un peu moins bien en ce moment. J’essaie de me réfugier dans le travail. On ne peut pas être toujours au top, il faut y faire face. J’ai perdu 2-3 kilos mais ça n’est pas une science exacte », confesse-t-il. Le pire est pourtant à venir.

Cauchemar à Lille

Lors du déplacement à Nancy comptant pour la 30e journée de Championnat (défaite 2-1), Ancelotti opte pour une défense centrale composée de Camara et Bisevac, reléguant Sakho sur le banc de touche. « C’est assez frustrant. En tant que compétiteur, j’ai toujours envie de jouer. Ce sont les choix du coach », déclare le joueur, un brin fataliste. Quatre rencontres plus tard, le natif de Paris va avoir l’occasion de récupérer sa place de titulaire, après la blessure de son coéquipier serbe au cours de la rencontre face à Lille (défaite 2-1). A la 69e minute de ce match, il juge mal la trajectoire du ballon et fauche Nolan Roux. Résultat : carton rouge direct et penalty pour les Dogues, alors que les Parisiens menaient au score à ce moment. Et s’il s’agissait du dernier match de Sakho avec les Rouge et Bleu ?

Ciao l’Euro

Après son entrée catastrophique face aux Lillois, il ne joue plus la moindre seconde et ne figure pas dans la pré-liste des joueurs convoqués par Laurent Blanc en vue de l’Euro 2012. « Ce n’était pas la meilleure chose pour lui de l’amener dans cette liste. Il aura d’autres challenges à relever avec son club ou le nouveau », explique le sélectionneur des Bleus le 15 mai dernier, ouvrant ainsi la porte à un transfert de Sakho pendant le mercato. Malgré le peu de confiance dont a fait preuve Ancelotti à son égard, il pourrait tout de même rester au club. « Il est jeune, il va s’améliorer. Tout le monde connait ses qualités. La saison prochaine, il peut rejouer sans problème pour le PSG. Si je veux le garder ? Bien sûr ! », s’est exclamé « Carletto ». Toujours est-il que la cellule de recrutement s’est mise en quête d’un nouveau défenseur central. S’il poursuit son aventure dans la capitale, Sakho ne partira certainement pas dans la peau d’un titulaire. Un véritable retour à la case départ pour le plus jeune capitaine dans l’histoire du club et de la ligue 1.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club