Restez connectés avec nous

Club

Sissoko : « Ancelotti est très apprécié »

Mohamed Sissoko, régulièrement titularisé dans le milieu à trois de Carlo Ancelotti, réalise un excellent début sous le maillot parisien. Concentré et efficace, l’ancien joueur de la Juventus a rapidement réussi à s’imposer sur le terrain mais aussi dans les vestiaires. Et l’ambiance semble avoir changé depuis la récente arrivée du tacticien italien.

Réputé pour son professionnalisme et ses entraînements très physiques, Carlo Ancelotti est arrivé dans la capitale avec beaucoup d’ambition et de motivation. Un changement de méthode remarqué et apprécié par Mohamed Sissoko. « Le palmarès d’Ancelotti parle pour lui. C’est un entraîneur tranquille, qui ne se prend pas la tête mais qui veut véritablement que l’on mette beaucoup d’intensité lors des entraînements. Il veut qu’on soit au top tactiquement, c’est pour cette raison qu’on travaille énormément dans ce domaine », a déclaré l’international malien pour Football365.

Après avoir côtoyé de nombreux grands entraîneurs dans sa carrière, le milieu de terrain, qui a eu l’occasion d’être dirigé par Rafael Benitez sous les couleurs de Liverpool, voit des ressemblances entre les deux hommes. « Ancelotti et Benitez se ressemblent vraiment. Ce sont deux grands entraîneurs qui ont gagné énormément de titres et avec lesquels tous les joueurs se sont toujours sentis bien. Quand on a joué contre le Milan AC (ndlr : en match amical le 4 janvier dernier), tous les joueurs du Milan sont venus dans notre vestiaire pour embrasser le coach, ce n’est pas pour rien. Sur le plan sportif comme sur le plan humain, ce sont deux entraîneurs très appréciés. Comme Benitez, Ancelotti a beaucoup d’affection pour ses joueurs et leur parle énormément. »

Plutôt réputé pour son calme et sa justesse, Carlo Ancelotti n’est pas vraiment du genre à élever le ton dans les vestiaires. « Non, pas spécialement. C’est un entraîneur qui est posé et qui ne se prend pas la tête. Maintenant, bien sûr que quand des choses ne vont pas, il hausse le ton. Le coach est un entraîneur qui ne panique pas. Contre Locminé (ndlr : en 32emes de finale de la Coupe de France), à la mi-temps, il nous avait dit de ne pas paniquer et que nous allions gagner le match. C’est ce que nous avons fait, et il a eu raison. Maintenant contre ce genre d’équipes, quand nous haussons notre niveau de jeu, il n’y a pas photo. Mais ça reste toujours des matchs-piège et qu’il faut aborder avec un réel état d’esprit. Contre Locminé, lors de ce premier match, les conditions n’étaient pas évidentes et Locminé a livré un gros match, mais j’ai toujours su que nous avions les joueurs pour gérer ces matchs-là. »

Derniers articles

Autres articles présents dans Club