Restez connectés avec nous

Autour du PSG

Da Fonseca fait l’éloge de Sarabia « Je vais à un match de foot pour voir ce genre de joueur »

Da Fonseca fait l'éloge de Sarabia "Je vais à un match de foot pour voir ce genre de joueur"
©IconSport

Omar Da Fonseca, ancien attaquant argentin qui a été champion de France avec le Paris Saint-Germain sur la saison 1985-1986 et est désormais consultant pour beIN SPORTS en spécialiste du championnat espagnol, a été invité par Le Télégramme à donner son avis sur Pablo Sarabia. Le milieu offensif/ailier de 27 ans est arrivé à Paris cet été en provenance du FC Séville et montre qu’il est une très bonne doublure. Une excellente même, selon celui qui a pu voir sa progression en commentant les matchs du championnat espagnol.

C’est typiquement le remplaçant plus plus. Quand vous jouez contre le PSG, il faut se méfier de tout le monde. Sarabia, lui, peut voir vite les solutions, même lorsqu’il est sous pression. Il a une très bonne cote en Espagne, où il est devenu international et peut viser l’Euro. C’est un joueur qui peut garder le ballon, mais aussi déborder car il a une vraie capacité d’accélération. Il est capable de marquer du gauche comme du droit. Par rapport à Di Maria, qui aime partir de loin, Sarabia peut jouer dans une position plus avancée et être au début, au milieu et à la fin des actions. N’importe quel joueur ne peut pas avoir ces facultés-là.

Je le compare un peu à l’ancien du Barça Pedro ou à Lucas Vasquez du Real Madrid. C’est le genre de joueur qui ne fait pas de crise d’ego, qui n’a pas besoin d’avoir la lumière sur lui, mais qui se rend indispensable dans une équipe. Sarabia connaît très bien son statut au PSG, il peut dépanner à gauche, à droite ou dans l’axe sans que ça lui pose problème.

Da Fonseca « Sarabia n’a pas encore le rayonnement qu’il avait à Séville, mais quand il rentre, il joue simple et n’essaie pas d’en faire trop. »

Il montre des choses, mais il manque de temps de jeu. Il n’a pas encore le rayonnement qu’il avait à Séville, mais quand il rentre, il joue simple et n’essaie pas d’en faire trop. Contrairement à ce que certains ont pu dire, je ne le considère pas en retrait. Il est dans l’anonymat, mais c’est un joueur technique, déséquilibrant. Je vais à un match de foot pour voir ce genre de joueur plutôt que ceux axés sur la puissance et la force. Ceux-là, je préfère les voir au décathlon. »

L’international espagnol est plus indéniable.

Sarabia n’est pas la recrue la plus clinquante de ces dernières années, mais il se place pour le moment parmi les grandes réussites. Certes, il a du mal à être autre chose qu’un remplaçant des Quatre Fantastiques. Mais il est important d’avoir à l’esprit que les grands clubs ont aussi besoin de doublures pour remplir tous leurs objectifs. Non seulement parce que les absences pour un match peuvent vite arriver. Mais aussi parce que les joueurs qui rentrent en cours de jeu ont un vrai rôle à jouer. Sarabia le sait bien et ne se plaint pas de son statut, qu’il connaissait bien en signant au PSG.

L’Espagnol se concentre sur son travail et le collectif. Il n’arrête jamais les efforts, aussi bien en phase offensive que défensive. Le coach Thomas Tuchel a d’ailleurs fait plusieurs fois l’éloge de l’intensité mise dans son pressing dès la perte du ballon. Un point essentiel pour le style de jeu du coach allemand. Ce n’est pas pour rien que Sarabia joue régulièrement. Même si c’est en tant que remplaçant. Et l’ancien du FC Séville n’oublie pas d’être décisif. Il ne fait aucun doute qu’il sera encore utile au PSG, qui a indéniablement réussi un joli coup en le recrutant pour 18 millions d’euros l’été dernier.

Publicités

 

Articles récents

Autres articles présents dans Autour du PSG