Restez connectés avec nous
Exclu - PontivyPSG, Blanchard Il faudra sortir avec le sentiment d'avoir tout donné et d'avoir essayé quelque chose

Autour du PSG

Exclu – Pontivy/PSG, Blanchard « Il faudra sortir avec le sentiment d’avoir tout donné et d’avoir essayé quelque chose »

Ce dimanche soir au Stade du Moustoir (enceinte habituellement utilisée par le FC Lorient), le GSI Pontivy va affronter le Paris Saint-Germain en 32e de finale de Coupe de France. Avant cette rencontre, Yannick Blanchard, manager général du club de National 3 (5e division française), a accepté de répondre à nos questions. L’occasion d’évoquer la façon dont ce club a préparé le match et la chance qu’il a d’affronter le PSG. (L’interview a été réalisée mercredi).

Quel a été votre premier sentiment après le tirage ? Surtout la joie d’affronter, ou la crainte d’être éliminé ?

De la joie, clairement. De la fierté aussi de pouvoir jouer un tel match.

Il n’y a pas un peu l’idée qu’il aurait été mieux de pouvoir aller plus loin plus simplement avec un autre tirage ?

Non, vraiment. Quand on m’avait demandé mon sentiment après le 8e tour, j’avais demandé à prendre soit le plus petit, soit le PSG. Le vœu a été exaucé. Maintenant, on est en 32e. On sait très bien qu’on ne va pas la gagner la Coupe de France. On va avoir un vrai match contre Paris. Ce sera hyper intéressant pour le club, pour mes joueurs. C’est vraiment de la joie.

Quel message faîtes-vous passer aux joueurs ?

Le discours est le même depuis le début, c’est qu’ils ont l’opportunité de marquer l’histoire de la Coupe de France, c’est une chance énorme, en faisant un exploit. C’est une grande opportunité. Après, on sait que le pourcentage de chances de se qualifier est faible. Mais le football est peut-être le seul sport qui permette cela, de penser que le petit puisse battre le gros. Après, on sait que Paris est très fort et qu’il ne perde pas en coupe ces dernières années. On sait rester lucide sur la différence de niveau. Mais on se dit que sur un match, pourquoi pas. Il y a la magie de la Coupe. Mes joueurs vont être transcendés. On va tout donner pour qu’il y ait un vrai match de football.

« On n’est pas là pour prendre des photos ou échanger des maillots, ça on s’en fout. »

Il n’est donc clairement pas question d’être là pour regarder les Parisiens…

Ah non, on veut faire un vrai match. On veut essayer de les mettre en difficulté, de tenir, qu’il y ait du suspense. On veut donner une bonne image du club et de l’équipe. Le match est télévisé, on veut donner une bonne image. On n’est pas là pour prendre des photos ou échanger des maillots, ça on s’en fout. Nous ce qu’on veut, c’est de les contrarier un peu avec nos moyens. Il faudra être bien organisé défensivement et mettre ce qu’il faut pour essayer de tenir, puis être efficace quand on aura des occasions.

Quelles sont les qualités particulières de votre équipe pour espérer faire mal à Paris ?

Devant, on a de la vitesse. On a un attaquant très fort techniquement qui a été décisif à tous les tours de Coupe de France. On a aussi des joueurs de taille qui sont très bons sur les coups de pied arrêtés. Nous avons des arguments là-dessus, on va essayer de mettre nos qualités en avant.

« On s’est vraiment préparé pour cet événement, afin d’être prêts à faire des efforts. »

Vous avez eu une préparation particulière ? Des consignes pendant les fêtes ?

Pendant les fêtes, on a demandé aux joueurs de ne pas faire d’excès. Après, les joueurs ont eu quand même 2 fois de jours de repos sur Noël et le jour de l’An. On s’est entraîné entre la coupure le 15 et le match 14 fois et on a doublé certaines séances d’entraînement sur une journée, ce qui n’était pas arrivé depuis la préparation du mois de juillet. On s’est vraiment préparé pour cet événement, afin d’être prêts à faire des efforts.

Il y a une analyse vidéo ? 

Bien sûr, ce soir on fait l’analyse sur leurs derniers matchs contre Nantes et Orléans, ainsi que leurs combinaisons sur coup de pied arrêté.

C’est donc une vraie préparation pour essayer de gagner.

Ah oui, clairement. Bien sûr. Vendredi et samedi on a un préparateur mental pour mettre les joueurs en confiance. Vendredi matin, c’est de la cryothérapie à Lorient. On fait le maximum pour être dans les meilleures conditions. Avec nos moyens, bien entendus et en étant bien conscients de nos qualités et défauts.

« De toute façon, il y aura une meilleure équipe que la nôtre sur le papier. « 

Plusieurs absents au PSG et une équipe pas à 100%, c’est une déception car vous vouliez rencontrer la meilleure équipe possible ou plutôt un espoir de qualification ?

C’est un mélange des deux. Certains des meilleurs ne seront pas là et il y aura probablement des jeunes. De toute façon, il y aura une meilleure équipe que la nôtre sur le papier. Mais ils ne reprennent l’entraînement que vendredi, il y a des absents…alors oui, ça me conforte un peu dans le discours que j’ai auprès des joueurs en disant que ouais, pourquoi pas, aller, on sait jamais.

Yannick Blanchard

« montrer qu’au GSI Pontivy il y a une vraie équipe. »

La Coupe de France a de grandes surprises dans son histoire…

Ouais voilà, exactement. On va essayer de montrer qu’au GSI Pontivy il y a une vraie équipe et que l’on peut hausser notre niveau sur un match.

Il y a aussi le Stade Pontivien qui affronte Guingamp (défaite 4-2 samedi, ndlr), comment est la ville de Pontivy ?

Les habitants de Pontivy sont fiers de leurs équipes de foot. Il y a beaucoup de respect, pas de rivalité. C’est très intéressant pour la ville d’être mise en lumière.

Vous auriez préféré rencontrer Guingamp, un club de la région ?

Ah non, le PSG c’est mieux, clairement. Pour tout, pour le prestige, pour l’image, en 32e de finale je préfère jouer contre Paris plutôt que Guingamp.

En tant que dirigeant, vous êtes déjà satisfait financièrement par cette rencontre ?

Oui, c’est une donnée importante. On voit avec notre parcours en Coupe de France qu’on aura des moyens plus importants. Cela va aussi avec la mise en lumière du club et des joueurs. A tous points de vue, c’est bénéfique de rencontrer le PSG.

Vous êtes content de jouer ce match au Moustoir plutôt que chez vous ?

Oui, il aurait été impossible en termes de sécurité de les recevoir à Pontivy. Les recevoir là-bas nous permet aussi de jouer dans un contexte qu’on ne connaît pas par rapport au championnat, avec plus de monde et d’ambiance. C’est très intéressant pour les joueurs.

« Ils ont tellement de forces, qu’il faut se concentrer sur nous. »

Quel sera votre discours pour eux avant le match ?

Il y aura plusieurs messages. Notamment sur la gestion des émotions, par rapport au contexte, au fait que ce soit télévisé. Il faut se maîtriser et ne pas avoir de regret à la fin. Il faudra sortir avec le sentiment d’avoir tout donné et d’avoir essayé quelque chose. D’avoir vraiment existé, de ne pas seulement subir les choses.

Un peu de peur dans l’équipe ?

Non, je ne crois pas. Les joueurs veulent affronter l’équipe du PSG, mais on se concentre sur nous et sur ce qu’on veut mettre en place pour faire un match cohérent. Ils ont tellement de forces, qu’il faut se concentrer sur nous.

Publicités

Vidéos Football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG