Restez connectés avec nous
Julien Cazarre analyse le passage de Cavani au PSG et la trace qu'il laissera
©Photo Icon Sport

Autour du PSG

Julien Cazarre analyse le passage de Cavani au PSG et la trace qu’il laissera

L’aventure entre le Paris Saint-Germain et son meilleur buteur historique Edinson Cavani arrive ce jour à son terme. Comme après toute séparation, les langues des proches se délient toujours un peu plus, et Julien Cazarre, humoriste sportif et supporter du PSG, a livré son analyse sur la trace que laissera le « Matador » dans l’histoire Rouge et Bleu. S’il lui accorde une bonne place parmi les meilleurs, comme il l’explique dans France Football, il n’oublie pas d’évoquer les axes qui auraient pu le hisser encore plus haut dans sa hiérarchie.

« Être le meilleur buteur de l’histoire d’un club n’est jamais anodin, il a affiché une régularité extraordinaire et un état d’esprit irréprochable. Il restera aussi pour ça. Mais il lui manque ce but qui reste dans la légende, qui fait la différence et qualifie le PSG dans une grande compétition. « 

Même s’il évoluait au poste de défenseur central, tous les supporters du PSG ont en tête le but de la tête d’Antoine Kombouaré face au Real au Parc des Princes qui qualifie dans les arrêts de jeu son équipe pour les demi-finales (4-1 après une défaite 3-1 à Bernabeu), à tel point qu’il hérita du surnom de Casque d’Or (après avoir déjà qualifié son équipe au tour précédent face à Anderlecht).

On peut également se souvenir facilement des buts de Pauleta totalement excentré sur la ligne de corner face à Fabien Barthez (PSG-OM en avril 2004 2-1) ou de sa reprise en demie volée tout en pivot face à Nantes (demie finale de la Coupe de France en Avril 2006), celui de Pastore face à Chelsea (3-1, quart de final aller, défaite 2-0 au match retour). Malheureusement Edinson Cavani ne pourra s’asseoir à leur table et c’est peut-être le plus gros bémol de son passage au PSG. Si seulement il n’avait pas touché le poteau un soir de Mars 2017 en Catalogne et donc marqué un doublé, l’histoire serait différente. Toute la cruauté du sport peut ainsi être résumée à cette action qui aurait pu le propulser définitivement et sans doute possible au sommet du Panthéon parisien. Cruel, mais vrai.

« Cavani n’a pas mis LE but qui reste dans les mémoires »

« Quand on voit The Last Dance, Jordan décide que c’est lui qui décide. Neymar a ça, pas Cavani. Il n’a jamais marqué en quarts de C1, et même en huitièmes, il n’a pas mis LE but qui reste dans les mémoires. En avoir marqué autant et qu’il n’y en ait pas un qui frappe les esprits, c’est frustrant. Celui qu’il inscrit au Vélodrome pourrait ressembler à ça. Ce n’est même pas un but qui fait gagner mais c’est plus qu’une victoire. »

Si le but dont il est question ici a permis au PSG de revenir de Marseille avec seulement un match nul en Octobre 2017, il ne s’agissait que d’un match de championnat. Les rencontres contre l’OM ont un peu plus d’enjeu qu’un match classique de Ligue 1 et ce but a tout de même une saveur particulière vu qu’il a ainsi empêché les adversaires de se voir trop beaux.

« Cavani est dans le top 5 des attaquants, il n’y a même pas à discuter. Weah est le numéro 1. Même s’il est parti dans des conditions pas géniales, il est au-dessus, il était l’homme des grands matches. Pauleta est devant aussi. À son époque, il a mis des buts qui valent une Coupe d’Europe. Cavani est derrière eux, avec Rocheteau. Au niveau émotionnel, je le place devant Ibra, mais dans l’importance au club, Zlatan, avec son côté implacable, est peut-être devant d’un rien. Même s’il baissait les yeux devant un gros, il était arrogant et avait créé un truc chez l’adversaire qui était assez jouissif pour un Parisien. »

Le débat avec Zlatan Ibrahimovic est intéressant tant les deux ont marqué l’histoire du club, mais il est vrai que c’est le Suédois qui a fait passer le club dans une autre dimension en terme de communication et de volonté de gagner. Qu’on aime ou qu’on n’aime pas son personnage, il aura par sa technique hors du commun et son phrasé loin des discours vides et entendus maintes et maintes fois su marquer l’Histoire avec un grand H. Et même s’il n’aura pas non plus marqué de but important dans les grands rendez-vous, butant sur la même marche que le nouvel ancien numéro 9 en Coupe d’Europe, son aura avait marqué les esprits.

Alors il ne s’agit pas de dénigrer l’apport de Cavani au fil des ans. Sans l’omniprésence « d’Ibracadabra » pendant ses premières années au PSG le reléguant ainsi sur le côté, il aurait certainement marqué plus de buts et aurait encore un meilleur ratio but/match (0,66 but par match). Mais c’est aussi aux joueurs de savoir s’imposer dans une équipe et de se rendre centraux, un rôle qu’ont pris plus facilement Kylian Mbappé et Neymar dès leur arrivée. Cavani c’est le besogneux discret qui ne ménage pas ses efforts et qui reste donc très efficace devant le but mais tout en étant déjà dans la légende, il lui a manqué un petit quelque chose pour être La légende.

 

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG