Restez connectés avec nous
Maracineau explique l'arrêt de la Ligue 1 et évoque des matchs avec public "dès la fin juillet"
©IconSport

Autour du PSG

Maracineau explique l’arrêt de la Ligue 1 et évoque des matchs avec public « dès la fin juillet »

Roxana Maracineanu, ministre des Sports depuis 2018, a accordé une interview à L’Alsace dans laquelle elle se confie longuement à propos de la situation du sport en France durant la crise due à l’épidémie du coronavirus. Comme il y a eu de nombreuses critiques ces derniers jours, notamment parce que d’autres pays tentent de finir leur championnat, elle a été invitée à revenir sur la décision fin avril d’arrêter définitivement les saisons des sportifs collectifs, dont la Ligue 1 de football. Aussi, elle évoque le retour des supporters dans le stade. Une chose qui serait envisageable dès « fin juillet ».

Maracineanu « Il n’était pas question de les laisser s’entraîner chacun dans leurs structures alors que le reste de la population était confiné. »

« On a pris cette décision pour ne pas faire courir de risques à nos sportifs. On a décidé de les considérer comme des citoyens comme les autres. Il n’était pas question de les laisser s’entraîner chacun dans leurs structures alors que le reste de la population était confiné à la maison à applaudir à 20 h l’effort de ceux qui travaillaient à sauver des vies.

Ce n’est pas quelque chose que je suis prête à assumer de dire : ‘’Ah non, le sport, c’est un truc à part. Comme il y a les Jeux Olympiques en juillet ou le foot qui doit reprendre, ils vont se confiner différemment’. Si on prend l’exemple de l’Allemagne, les footballeurs se sont arrêtés une semaine grosso modo, parce que le pays n’a pas vécu une crise de la même ampleur que nous.

Ma volonté, c’est de nous donner des chances d’avoir un sport populaire, avec des supporters dans les stades, même en nombre limité, pourquoi pas dès la fin juillet si c’est possible. Quand je vois les matches à huis clos actuellement, je préfère largement faire participer a minima les groupes de supporters pour qu’ils puissent profiter du spectacle sportif.

Maracineanu « on espère avoir du public pourquoi pas dès cet été. »

Du public dès septembre pour les compétitions sportives ?

Je trouve que les perspectives annoncées par le Premier ministre sont encourageantes, donc on espère avoir du public pourquoi pas dès cet été. La jauge est toujours de 5000 maximum, donc on ne pourra pas la dépasser, mais c’est comme la jauge de dix personnes dans l’espace public : tout dépend de l’endroit où on se trouve.

L’avantage dans les stades, c’est que les personnes qui les gèrent sont des gestionnaires de flux des personnes. Nous, on a demandé à ce qu’un protocole nous soit transmis pour avoir le parcours du supporter depuis son domicile jusqu’au moment où il s’assoit sur un siège dans un stade. (…) Cette expérimentation pourrait nous permettre d’avoir du public au mois d’août. Et 5000 personnes dans un stade de 80 000 places comme le Stade de France, c’est évidemment plus facile à gérer. »

Un arrêt de la saison loin d’être incompréhensible.

Que l’on soit d’accord ou non avec les arguments de Maracineau, il faut accorder à la ministre des Sports qu’elle a au moins un raisonnement qui se tient. Il n’était pas question d’avoir une sorte de privilège ni de mettre en danger des personnes. Car la reprise du sport collectif comportait un vrai risque pour les sportifs et toutes les personnes autour. Au final, c’est un risque en plus pour tout le monde. On se souvient d’ailleurs que les Français étaient plutôt réticents à l’idée de la reprise de l’entraînement des joueurs de football. Ce qui peut se comprendre, peu importe notre avis.

Aussi, beaucoup avaient protesté contre l’idée de jouer à huis clos, c’est donc ce qui a été évité ici. Toutes les reprises de championnat en Europe se font sans les supporters, la France tente d’en avoir dans ses stades quand les matchs reviendront. Même si les stades ne seront pas pleins tout de suite, évidemment. Bien sûr, cet arrêt de la Ligue 1 n’est pas parfait. Il y a des défauts sportifs et économiques. Mais ce serait bien que les détracteurs de cette décision essayent d’être justes et se souviennent de ces points qui ne sont pas négligeables.

De toute façon, le choix est fait et rien ne fait penser qu’il pourra y avoir un changement. Il faut donc se concentrer sur la suite, autant de la préparation des clubs (avec des matchs amicaux qui pourront être joués en juillet) que pour ce qui est de l’organisation autour des compétitions. Dont le fait d’avoir des supporters dans les stades. La ministre des Sports précise que cet élément sera évalué, notamment pour ce qui est du nombre autorisé pour une rencontre de football, en fonction de l’évolution de la situation sanitaire.

Publicités

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG