Restez connectés avec nous
Ménès n'est pas convaincu par Verratti en 10, "une aberration" et a vu "un petit PSG"
©Iconsport

Autour du PSG

Ménès n’est pas convaincu par Verratti en 10, « une aberration » et a vu « un petit PSG »

Pierre Ménès est revenu via son blog sur le Trophée des Champions 2020 qui s’est déroulé ce mercredi (après avoir été décalé à cause de l’épidémie du coronavirus) et donc sur la victoire du Paris Saint-Germain face à l’Olympique de Marseille (2-1, retrouvez le résumé ici). Le journaliste de Canal+ a souligné que les Parisiens n’ont pas toujours été convaincants, qu’il n’apprécie pas le positionnement de Verratti en 10 et qu’Alvaro Gonzalez (défenseur marseillais de 31 ans) n’aurait pas dû terminer la rencontre.

Ménès « L’Italien n’a pas les qualités pour jouer à ce poste. »

« Paris a gagné et pourtant, on a eu droit à un tout petit PSG, qui a joué sur un rythme qu’on peut qualifier de ‘pépère’ si on veut être gentil et de ‘médiocre’ si on veut être méchant. Avec une aberration, à savoir ce repositionnement de Verratti au poste de numéro 10 opéré par Pochettino. L’Italien n’a pas les qualités pour jouer à ce poste, il ne touche pas assez la balle et je le trouve bien meilleur et bien plus utile lorsqu’il joue plus bas.

Le PSG a pris le match en main et s’est d’abord vu refuser deux buts pour hors-jeu. Mais on sentait bien que l’ouverture du score du champion de France était inéluctable. (…) Et Paris a fini par faire le break sur penalty. Penalty transformé comme d’habitude avec une aisance déconcertante par Neymar qui était entré en jeu. Une entrée relativement intéressante du Brésilien, même s’il a semblé empâté sur ses premiers ballons. Ensuite, il a réussi à se mettre dans le sens du jeu mais s’est heurté plusieurs fois à un Alvaro méchant. 

Entre son traitement de faveur sur Neymar et l’obstruction sur Mbappé en première période, il faut m’expliquer comment le défenseur espagnol a pu terminer ce match. Je trouve qu’on est d’une mansuétude absolument invraisemblable avec ce joueur, qui est dangereux et violent. 

Ménès « pour l’instant, ce que montre la formation francilienne est clairement insuffisant. »

C’est donc une petite victoire pour un petit PSG, dont la principale satisfaction réside dans le fait que quatre joueurs ont retrouvé les terrains : Kurzawa, Kimpembé, Danilo et Neymar. Paris va désormais entrer dans une période à un seul match par semaine, ce qui va permettre à l’équipe de mieux récupérer et mieux travailler avec Pochettino. Parce que pour l’instant, ce que montre la formation francilienne est clairement insuffisant. »

Avec un titre en jeu et une revanche à prendre sur l’OM, le PSG se devait de s’imposer. On a bien su sentir cette détermination dans le jeu parisien, même s’il y a eu des ratés. Sur un terrain difficile, avec un groupe qui n’est pas encore à 100% et avec un coach qui met en place ses idées depuis seulement 11 jours, la performance parisienne ne pouvait pas être parfaite. L’essentiel était d’afficher la bonne mentalité et une progression.

Ce qui a été fait, avec plus de maîtrise dans le jeu et moins d’actions concédées que sur les derniers matchs. Il manque maintenant un peu d’efficacité, ainsi que des automatismes et de l’énergie pour créer plus d’occasions. Il y a tout de même des satisfactions, en plus de la joie évident que procure une victoire lors d’un Classico et l’obtention d’un titre. Paris doit bien sûr encore s’améliorer, mais cela devrait venir avec le temps. Surtout si l’infirmerie reste peu remplie. Avec en plus quelques rares semaines avec un seul match qui se profile après le déplacement à Angers (20e journée de Ligue 1), le PSG devrait enfin pouvoir travailler un peu plus pour monter en puissance.

Pour ce qui est des cas individuels, Ménès est sans doute un peu trop définitif avec Verratti. Il a un peu moins existé hier, mais a tout de même réussi quelques belles choses. Surtout, il avait touché énormément de ballons dans ce rôle lors des 2 derniers matchs. On ne peut pas fermer une option juste à cause de cette rencontre. On note que le journaliste de Canal+ a bien évité d’évoquer le match effroyable de Kylian Mbappé, attaquant de 22 ans qu’il protège souvent, ce qui n’a pas aidé le meneur de jeu à briller.

Quant à Alvaro, il est en effet incompréhensible qu’il n’y ait pas des cartons pour des gestes qui étaient plus méchants que faits pour prendre le ballon. Mais on s’y habitue presque avec des adversaires du PSG qui semblent souvent un peu autorisés à mettre des coups. Comme s’il fallait bien laisser cette arme pour se défendre face à Paris, qui « cherche » des fautes de toute façon.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Vidéos PSG

Autres articles présents dans Autour du PSG