Restez connectés avec nous
Nenê "j’ai été un peu impatient", "c'est dommage car je voulais continuer"

Anciens

Nenê « j’ai été un peu impatient », « c’est dommage car je voulais continuer »

Arrivé en juillet 2010 au Paris Saint Germain, le milieu offensif brésilien Anderson Luis de Carvalho, plus connu sous le nom de Nenê, aura connu une expérience paradoxale au sein du club de la capitale. D’abord joueur emblématique durant l’ère Colony Capital, son aura a progressivement diminué avec les Qataris.

Désormais joueur du club de Vasco de Gama en seconde division brésilienne, Nenê a accepté de donner une interview au magazine France Football sur ses années parisiennes.

Dans un premier temps, le joueur évoque son départ du club francilien. Nous étions alors en janvier 2013, en stage à Doha. Sachant que son contrat arrivait à expiration rapidement et que le PSG s’apprêtait à officialiser l’arrivée de Lucas, Nenê accepte la proposition de contrat d’Al-Gharafa.

Au cours de cet entretien, le joueur brésilien avoue ouvertement avoir commis une erreur en quittant si précipitamment Paris. Il admet que sportivement cela fut une régression puisqu’il ne pût jamais intégrer la sélection brésilienne. Surtout l’ambiance chaleureuse du Parc des Princes lui manquait.

« parfois je regrette d’avoir quitté le PSG »

« Ça fait combien de temps ? Trois ans, c’est bien ça ? Oui, parfois je regrette d’avoir quitté le PSG. Si j’avais été un peu plus patient, je serais sans doute encore au club aujourd’hui… Mais c’est trop tard, on ne peut pas changer le passé. Mes années au PSG étaient les meilleures de ma carrière. J’ai senti l’amour et l’admiration des supporters, et c’était quelque chose d’incroyable. Pour moi, le Parc est ma deuxième maison. Parfois, je me dis que je pourrais encore y être et que j’aurais même pu être appelé en Seleção si j’étais resté. Je me dis aussi que j’aurais pu y finir ma carrière. Mais bon, c’est la vie. Il faut faire des choix. »

Peu utilisé par l’entraîneur italien Carlo Ancelotti au début de l’année 2012, le joueur s’interroge désormais sur son avenir. Aussi pense-t-il à quitter le club. D’autant que le directeur sportif de l’époque ne s’est jamais empressé de le prolonger. L’offre du club quatari fut importante, on lui proposa ainsi un salaire annuel estimé à 4.5 millions d’euros. Pensant à l’avenir de sa famille, le joueur accepte et revêt le maillot du club d’Al-Gharafa pour 2 saisons. Il y inscrira 24 buts en 55 rencontres.

« j’ai été un peu impatient »

« A l’époque, j’ai fait un choix financier pour ma famille. C’est la vérité. Je ne le cache pas. Pourquoi j’ai voulu partir ? J’étais également un peu impatient, je ne jouais pas trop et moi je n’étais pas habitué à ça. J’adore jouer. Si je ne joue pas, j’ai l’impression de ne pas faire mon travail, de ne pas aider mes coéquipiers. Je ne voulais pas forcément être au centre des débats, je voulais simplement aider mon équipe. Quand je ne suis pas sur le terrain, je me sens inutile. Et puis j’ai reçu cette offre irrefusable.

Est-ce que c’est la faute de Leonardo ? Disons qu’il aurait pu me prolonger après le Championnat que j’avais réalisé. J’avais été meilleur buteur, le club était qualifié pour la Ligue des champions après une longue absence et j’espérais un geste. Mais j’ai été un peu impatient. »

Pas rancunier vis-à-vis de son compatriote Leonardo, le joueur reste indéfectiblement un supporter du PSG. Il avoue ainsi qu’il reste en contact régulier avec certains joueurs franciliens et qu’il regarde avec grand intérêt les matches de son ancienne équipe.

« Il n’y a rien eu d’anormal. Je n’ai rien contre Leonardo. C’est juste dommage car je voulais continuer, j’étais très content à Paris, mais bon, après je me suis focalisé sur ma nouvelle aventure. Aujourd’hui, le PSG reste mon équipe, je suis devenu un supporter parisien. Je les connais tous, je parle avec les gars au téléphone, je regarde les matches, notamment la Ligue des champions. »

A celui qui fut élu meilleur joueur étranger du championnat de France de Ligue 1 en 2010, il reste tout de même un sentiment d’inachevé. Le goût d’une histoire qui s’est fini prématurément et qui aurait pu être marquée de davantage de titres collectifs. Désormais, c’est en simple spectateur fidèle que Nenê savoure les succès du club de la capitale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Vidéos PSG

Autres articles présents dans Anciens