Restez connectés avec nous
Obraniak a vu "une équipe du PSG mauvaise" face à Brest et se dit très inquiet
©Iconsport

Autour du PSG

Obraniak a vu « une équipe du PSG mauvaise » face à Brest et se dit très inquiet

Le Paris Saint-Germain s’est imposé 3-0 contre le Stade Brestois lors de la 19e journée de Ligue 1 ce samedi (retrouvez le résumé ici). Les Parisiens ont livré un match au-dessus de ce qu’ils nous avaient montré ces derniers temps, mais nous avons pu voir quelques lacunes qui mettent en difficulté cette équipe de la capitale. Le score est large et la victoire permet de voir venir, notamment pour Mauricio Pochettino l’entraîneur du PSG qui est en quête de temps pour mettre en place son plan de jeu. Du temps, il n’en a pas et ce genre de victoire avec de bonnes choses à retenir est toujours intéressant pour la confiance. Mais la prestation n’a pas plu a tout le monde, en effet Ludovik Obraniak, ancien meneur de jeu des Girondins de Bordeaux aujourd’hui consultant, s’est exprimé dans L’Equipe du Soir sur son ressenti. Il a trouvé le PSG très faible et se dit très inquiet pour la suite.  

Obraniak « Pour être honnête, je les ai trouvés méconnaissables contre Brest »

“Pour être honnête, je les ai trouvés méconnaissables contre Brest. Ca faisait longtemps que je n’avais pas vu une équipe du PSG aussi mauvaise. Aussi désorganisée. Franchement, j’ai pris une claque en regardant ce match-là. Ils se sont fait ouvrir au milieu de terrain par des rushs d’Honorat, de Faivre, de truc… les mecs ils prenaient la balle à 60 mètres du but et ils faisaient des chevauchées de 30, 40, 50 mètres ! Le PSG a beaucoup de chance que les Brestois aient manqué de lucidité dans le dernier geste. Je les ai vus se faire ouvrir comme jamais”.

Les propos d’Obraniak n’engagent que lui, mais il faut se méfier des ressentis de certains consultants qui n’hésitent pas à en faire beaucoup. Parfois trop. Dans ce cas précis, Obraniak est très dur dans son « décryptage » de la victoire parisienne. Premièrement, on le sait, le PSG n’est pas à son meilleur niveau et il aurait été surprenant de voir un match parfait de leur part et deuxièmement la prestation des Rouge et Bleu n’est pas la pire de la saison, loin de là. Les Parisiens ont dominé le match, se sont procurés des occasions et ont mis plus d’intensité que très souvent cette saison.

Alors bien sûr, le déficit physique de ces dernières semaines n’a pas disparu, mais il y a eu du mieux. Quand Paris perdait pied en seconde mi-temps, ils ont cette fois réussi à remettre un coup de boost en fin de rencontre. Tactiquement, on le sent, ils se cherchent encore, et c’est tout à fait normal compte tenu du changement d’entraîneur, mais il y a eu de très bonnes phases de pressing, on a aussi vu un PSG bien plus haut sur le terrain et on a aussi pu constater que cette équipe savait se créer des occasions.

Car, au final, si comme Obraniak le dit il n’aurait pas été immérité que Brest inscrive un ou deux but, que dire du PSG qui part l’intermédiaire de Kylian Mbappé, attaquant de 22 ans, a raté un nombre incalculable de situation. On a attend plus de mesure d’un consultant quand il informe les spectateurs. Obraniak est à côté, mais c’est son ressenti. Il est juste dommage qu’il ne surfe que sur le « PSG bashing ».

Obraniak « Il doit travailler sur le bloc »

“Après il y a deux choses importantes. Et c’est là où Mauricio Pochettino peut convaincre. Il doit travailler sur le bloc. Il y a des mecs très bas, des mecs très haut. A un moment soit tu décides de faire travailler tes attaquants et tu resserres les lignes, mais ça n’a pas l’air extrêmement simple au PSG… soit tu forces les mecs à monter pour jouer plus haut. Il faudra qu’athlétiquement ils soient un peu meilleurs. Je ne vois que ça… Depuis des semaines, on ressasse encore et encore ce truc.

Obraniak « Tu sens qu’il y a un manque de collectif et que les joueurs ne savent plus se positionner.”

Les mecs, ils doivent l’entendre ! Il y a un gouffre au milieu de terrain ! Il y a un No Man’s Land ! C’est terrible. Trois, quatre, cinq joueurs adverses peuvent s’engouffrer. Il faut aussi plus de simplicité dans le jeu. Ils se compliquent toujours avec 5,6,7 touches de balle. Franchement, je suis hyper inquiet. Depuis le début de saison, dans les matches qui comptent, s’il n’y avait pas eu Neymar… Tu sens qu’il y a un manque de collectif et que les joueurs ne savent plus se positionner.”

Obraniak met en avant le milieu de terrain du PSG. Il est vrai que les Parisiens ont pris des contre bien sentis par les Brestois et cela aurait pu donner un autre tournant à ce match plaisant. Mais on ne doit pas oublier que Pochettino est déjà en train de travailler sur le futur. Le positionnement de Marco Verratti, milieu de 28 ans, au poste de numéro 10 l’atteste, le PSG de Pochettino sera résolument offensif. Mais cela ne peut pas se faire en une semaine avec encore un effectif réduit. Obraniak parle du milieu de terrain, mais il semble clair que la paire Ander Herrera/Idrissa Gueye (31 ans tous les deux) n’est qu’une solution ponctuelle liée aux absences dans ce secteur. Puis qui dit nouveau système dit nouveaux automatismes à parfaire.

Bien sûr, le PSG est souvent coupé en deux et Obraniak a raison de le signaler tant cela peut être préjudiciable dans certains matchs de haut niveau. Mais encore une fois, sous l’impulsion d’un grand Marquinhos, défenseur de 26 ans, le PSG a joué plus haut ce qui a favorisé un pressing plus efficace bien que cela, pour des raisons physiques, n’ait pas pu être reproduit tout au long du match. Alors bien sûr, ce n’a pas été un match exceptionnel de Paris loin de là. Mais les Rouge et Bleu ont su progresser par rapport à leurs précédentes sorties. Ils ont montré des qualités qu’on n’avait quasiment pas vu encore cette saison. Le travail de Pochettino va finir par payer, il faut du temps et samedi les joueurs en ont donné à leur entraineur.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Vidéos PSG

Autres articles présents dans Autour du PSG