Restez connectés avec nous
PSG/OM - Garibian défend l'arbitrage "on ne peut rien reprocher à Jérôme Brisard"
©Iconsport

Autour du PSG

PSG/OM – Garibian défend l’arbitrage « on ne peut rien reprocher à Jérôme Brisard »

Malheureusement, l’affiche entre le Paris Saint-Germain et l’Olympique de Marseille (0-1, clôture de la 3e journée de Ligue 1) dimanche soir au Parc des Princes n’a pas laissé de grands souvenirs de jeu. Ce qui ressort le plus, ce sont les tensions, entre accusation de racisme et un arbitrage largement pointé du doigt. Pourtant, d’après Pascal Garibian, Directeur Technique de l’Arbitrage, il n’y a pas de quoi faire des reproches à l’arbitre Jérôme Brisard. Il l’a expliqué à l’AFP.

« Sur le plan technique, disciplinaire et managérial, on ne peut rien reprocher à Jérôme Brisard. Quand on analyse les cartons distribués, tous sont mérités. N’importe quel arbitre aurait pris les mêmes décisions. Il n’a fait que son devoir, je tiens à souligner son courage et son sang-froid jusqu’au bout parce que le premier devoir de l’arbitre est de protéger l’intégrité physique des joueurs. Dès le début du match, Jérôme a sorti les premiers cartons jaunes pour limiter l’excès d’engagement. Dès la 9e minute, chose assez rare, il a appelé les deux capitaines pour les mettre face à leurs responsabilités par rapport à l’intensité et l’agressivité, et malheureusement il n’a pas été entendu. Il a tenté de faire de la prévention pendant tout le match. Les avertissements, ce sont des sanctions disciplinaires qui se veulent préventives. Force est de constater qu’il n’a pas été entendu.

Garibian « Il s’est avéré qu’aucune image ne démontrait qu’il y avait une main sanctionnable qui avait échappé aux arbitres. »

Il n’a pas consulté la vidéo pour les possibles mains ?

Le protocole de l’assistance vidéo est clair. Toutes les situations qui entrent dans les quatre cas prévus par l’Ifab (but, penalty, carton rouge ou vérification de l’identité d’un joueur sanctionné, ndlr) ont été mises en oeuvre. Les mains que vous évoquez ont toutes fait l’objet de contrôle de la part de l’assistance vidéo. Il s’est avéré qu’aucune image ne démontrait qu’il y avait une main sanctionnable qui avait échappé aux arbitres. »

Si l’arbitrage a réussi à obtenir des critiques fortes du PSG (par la voix du directeur sportif Leonardo) et de l’OM (via le coach André Villas-Boas), ce n’est sans doute pas un hasard. Il y a eu des erreurs sur de nombreuses phases de jeu. Et certains cartons ont été donnés trop facilement, alors que d’autres ont semblé être oubliés. C’est une accumulation de décisions très difficiles à comprendre qui a contribué à la nervosité des joueurs, qui n’avaient clairement pas besoin de cela.

Cependant, on peut accorder à Garibian qu’il est injuste de toute mettre sur les épaules de Jérôme Brisard. Les joueurs devaient mieux se tenir, être professionnels. Là, il y a clairement eu un craquage qui n’est pas dû seulement à l’arbitrage. Lequel n’a pas été raté que par l’homme au sifflet. Pour éviter certaines erreurs, l’assistance vidéo doit intervenir. Sauf que, on ne sait pas vraiment comment, ceux en charge du VAR n’ont presque pas invité Jérôme Brisard à revoir certaines images. Ce n’est pas un arbitre qui a raté son match, mais tout l’arbitrage de la rencontre qui est à côté de la plaque.

Retrouvez ci-dessous notre dernier Podcast à propos du match PSG/OM :

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG