Restez connectés avec nous
Roselyne Bachelot réagit sur l´« affaire Aurier » et polémique sur le « fair-play financé » dans le foot professionnel.

Autour du PSG

Roselyne Bachelot réagit sur l’« affaire Aurier » et polémique sur le « fair-play financé » dans le foot professionnel.

Alors que tout le monde footballistique a réagi sur l’ «affaire Aurier» ces dernières semaines, la classe politique commence à réagir à son tour sur ce qui secoue le club de la capitale.  

En effet, l’ancienne ministre de l’Écologie (sous la présidence de Jacques Chirac), de la Santé et des Sports puis des Solidarités et de la Cohésion sociale (sous la présidence de Nicolas Sarkozy), Roselyne Bachelot-Narquin était invitée mardi  à l’émission Bourdin Direct, diffusée sur RMC et BFM TV.

Invitée par l’animateur à réagir à l’actualité, l’ancienne députée de la première circonscription de Maine-et-Loire a commenté la vidéo compromettante du défenseur droit parisien, Serge Aurier, diffusée sur le réseau social Périscope.

Après avoir poussée un coup de gueule et donnée son avis sur cette affaire, la membre des Grosses Têtes nouvelle version (dirigée par Laurent Ruquier) a profité de l’opportunité pour lancer une polémique sur une certaine image du respect et du fair-play qui sévit dans le monde du football professionnel : « Il y a une chose extraordinaire dans l’affaire Aurier, c’est que le respect de l’éthique et du fair-play est à la carte. On apprend avec stupéfaction qu’il y a une prime d’éthique au PSG et dans d’autres équipes. »

En réagissant sur le fait que certains clubs professionnels organisent un « fair-play financé » auprès de leur joueurs, à ne pas confondre avec le « fair-play financier », elle s’essaye aux bons mots footballistiques en lançant  dans l’émission matinale polémiste : « Le football marche sur la tête, même s’il se joue avec les pieds. » (…) «  Aurier, je voudrais que sa réflexion monte un peu jusqu’à ses neurones. ».

En voulant argumenter ses propos, elle cite en exemple le joueur parisien le plus fair-play par excellence, Thiago Silva, et révèle ce que le défenseur central gagne par mois pour être respectueux : « Thiago Silva touche 41 000 euros par mois, 40 SMIC, pour respecter le fair-play ! ».

S’il est vrai qu’être payé pour être respectueux des règles et faire preuve de civisme et de fair-play semble n’être pas très éthique, cité le joueur parisien le plus vertueux dans ce domaine tout en livrant une comparaison erronée de ce que cela représente en SMIC (Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance) ne semble pas être très « fair-play « non plus.

Le SMIC (Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance) est en 2016 de 1 466,62 € brut mensuel, soit 1 144 € net. Donc, d’après de savants calculs d’apothicaire (formation d’origine de l’ancienne ministre de la Santé), le montant que Thiago Silva perçoit par mois représente soit 28 fois le SMIC brut (27,95 pour être précis), soit 36 fois le SMIC (35,84) et non pas 40.

Alors que l’ancienne ministre a toujours des difficultés avec les chiffres, elle souligne pourtant un point important, sujet à polémique, et peut-être même source du futur sujet de baccalauréat de philosophie 2016 :

«  Etre payé pour être vertueux est-il moral ? » 

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG