Restez connectés avec nous
Séverac souligne que les blessés au PSG "C'est tout sauf de la malchance"
©Iconsport

Autour du PSG

Séverac souligne que les blessés au PSG « C’est tout sauf de la malchance »

Ce vendredi, le Paris Saint-Germain, s’est imposé largement 0-4 contre le Nîmes Olympique pour le compte de la 7e journée de Ligue 1 2020-2021 (retrouvez le résumé ici). Le club parisien s’était pourtant présenté avec une équipe totalement remaniée. En effet, de nombreux joueurs ont joué durant la trêve internationale (5 au 15 octobre). Au moment de faire l’état des lieux des formes des uns et des autres, le staff parisien a dû déplorer de nombreux blessés que ce soit avec les sélections nationales (Marco Verratti, Julian Draxler et Marquinhos), ou pour ceux restés à Paris, Mauro Icardi et Thilo Kherer (rechute). De plus, la période actuelle invite une nouvelle donnée et non des moindres, les cas contact COVID-19. Dominique Séverac, journaliste du Parisien, s’est exprimé dans L’Equipe du Soir pour expliquer que les blessures parisiennes ne sont pas dues au hasard. La situation post Covid-19 explique cela selon lui, sans oublier les trêves internationales avec un nombre de match démentiel pour les organismes.

Séverac  » Il y a des raisons circonstancielles qui expliquent les blessures au PSG »

“Les blessures du PSG, la faute à pas de chance ? Je ne comprends pas qu’on défende cette théorie là alors qu’il y a des raisons qui expliquent que ce n’est pas la faute à pas de chance. On nous explique que l’on est dans une période particulière, celle du COVID, qui mène à des forfaits et un confinement. Ce qui derrière amène un déconfinement et donc des joueurs qui n’ont pas joué pendant quatre mois. Ça c’est une des premières raisons. Ensuite il y a eu la trêve internationale, avec trois matches joués pour toutes les sélections, et donc c’est un risque de blessure. Ce n’est donc pas du tout la faute à pas de chance ! Il y a des raisons circonstancielles qui expliquent les blessures au PSG ! C’est tout sauf ‘la faute à pas de chance !’”

Le débat a le mérite d’exister, même s’il est difficile de ne pas acquiescer les propos de Séverac tant cela semble des évidences. Bien évidemment que la cascade de blessures au PSG est liée à la situation sanitaire dans laquelle nous nous trouvons. De près ou de loin, on sent que les clubs doivent continuer à jouer, mais dans des contextes très complexes. La finale de la Ligue des Champions, a par exemple été programmée le même week-end que la reprise de la Ligue 1. Si Paris, concerné par la finale, a vu son premier match décalé, il a aussi vu par la même occasion, son calendrier se charger drastiquement dès le début de saison.

Les trêves internationales, déjà rudes pour les organismes lorsqu’il n’y avait que deux matchs, ont vu leur nombre de rencontres passer à trois dans ces « fenêtres FIFA » d’une dizaine de jours. Cela pour une rencontre amicale qui semblait pourtant loin d’être nécessaire. À part peut-être pour les diffuseurs. De quoi donner du travail aux personnels médicaux des clubs. Alors oui, les clubs doivent faire face à ce défi et y apporter des réponses. Mais dans ces situations, tout le monde peut perdre quelque chose. Les préparations tronquées des clubs expliquent aussi les blessures. Car en temps normal, on prépare avant la saison les organismes des joueurs. Au PSG et à l’Olympique Lyonnais, concernés par le Final 8, les préparations se font au jour le jour. Il n’y a pas la même visibilité. De plus, lorsque l’on connaît l’importance des préparations, voir les joueurs tirer sur la corde, ne peut amener qu’à des blessures.

Retrouvez ci-dessous notre podcast : Nîmes/PSG : Que retenir de la belle victoire parisienne ?

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG