Restez connectés avec nous

Clasico

Ancelotti : « Je ne suis pas autoritaire »

Ce dimanche, Carlo Ancelotti était invité sur le plateau de Stade 2.  A une semaine du Clasico, le technicien italien s’est réjoui de la défaite de l’OM à Valenciennes (4-1).

« C’est un très bon week-end. Aujourd’hui, Marseille a perdu contre Valenciennes. Nous avons gagné trois points sur l’OM au classement. Pour le clasico, il y a beaucoup de pression », a expliqué « Carletto », qui sait que les Rouge et Bleu passeront devant l’OM au classement, en cas de victoire au Stade Vélodrome. « Le début de saison est bizarre, parce que Montpellier et Lille n’ont pas bien commencé », a-t-il poursuivi, soulignant que « l’OL et l’OM sont les deux équipes les plus importantes », avec celle de la capitale.

L’entraîneur du PSG a également évoqué la victoire contre Sochaux, samedi soir (2-0). Un match au cours duquel Paris a géré son avantage après avoir fait le break. « La deuxième mi-temps n’a pas été jouée avec beaucoup d’intensité. Les joueurs pensaient peut-être au prochain match contre Porto. Offensivement, nous aurions dû mettre plus d’intensité. Sur 90 minutes, les supporters sont en droit d’attendre davantage », a-t-il indiqué. A l’issue de cette rencontre, « Carletto » s’est entretenu avec Nicolas Sarkozy. Mais que se sont racontés les deux hommes ? « On a parlé du match. Il était très content de voir l’équipe gagner. C’est un supporter spécial. »

« Verratti a parfois trop confiance en lui »

L’ancien milieu de terrain est également revenu sur la pression constante qui pèse sur ses épaules. « Pour tout le monde, la victoire du PSG est obligatoire. Nous faisons un bon travail. Le projet est très ambitieux, les joueurs sont motivés. Nous voulons gagné le championnat », a-t-il rappelé, avant d’évoquer certaines de ses méthodes de travail. « La priorité, ce n’est pas la rigueur, mais la discipline. J’aime avoir une bonne relation avec les joueurs. J’ai un idéal de jeu et j’ai envie de le transmettre. Pour cela, il faut une bonne relation avec les joueurs. Je ne suis pas autoritaire », a-t-il assuré. Justement, concernant la gestion de son effectif, Ancelotti met un point d’honneur à ce que les éléments qui ne jouent guère soient prêts lorsqu’il fait appel à eux.

« J’ai beaucoup de joueurs à disposition. Il n’y a pas besoin d’une équipe-type. Les 28, je veux tous les utiliser. Gameiro était prêt hier quand il a joué. C’est un bon état d’esprit, cela signifie qu’il est professionnel », souligne-t-il. Contrairement à Gameiro, Marco Verratti est l’un joueurs les plus utilisés par le coach francilien. « Il a surpris tout le monde. Il a beaucoup de confiance en lui, parfois trop. Dans sa position de milieu de  terrain, il ne faut pas prendre trop de risques. Il va encore s’améliorer », a-t-il promis.

Derniers articles

Autres articles présents dans Clasico