Restez connectés avec nous

Club

Bisevac, modèle d’exemplarité

Aujourd’hui, Paristeam termine son bilan des défenseurs avec Milan Bisevac. Le Serbe constitue l’une des plus grandes satisfactions de la saison.

Cinquième recrue estivale, l’ancien Lensois débarque dans la capitale pour un montant légèrement supérieur à trois millions d’euros. C’est un secret de Polichinelle : Antoine Kombouaré désirait ardemment le voir au sein de son effectif, et ce, depuis son arrivée au poste d’entraîneur du PSG. Leonardo exaucera le vœu du technicien kanak. « Être ici, c’est un rêve qui se réalise. Cela faisait un an et demi que nous étions en contact. Cela n’a pas été facile mais c’est arrivé. Il faut s’adapter très vite. J’espère que nous allons réaliser quelque chose de bien cette saison », déclare le  défenseur lors de sa présentation à la presse. C’est dans la peau d’un titulaire qu’il entame la saison, en charnière centrale. Rapidement, son élan se trouve stoppé par une blessure aux adducteurs contractée en sélection nationale.

Retour en force

Il faut attendre le mois de novembre pour voir revenir Bisevac à la compétition, lors de la 13e journée de Ligue 1 à Bordeaux (1-1). Grâce à de bonnes prestations, il retrouve sa place dans le onze de départ. En Championnat, lors des trois derniers matches de l’année 2011, son association avec Zoumana Camara s’avère particulièrement efficace puisque le club de la capitale n’encaisse pas le moindre but. La propreté de ses relances et sa sérénité dans les duels forcent l’admiration des supporters. « Je n’ai pas peur de la pression. Je préfère même qu’il y en ait, je suis plus concentré et je fais de meilleures performances », assure le  joueur formé au Zeleznicar Belgrade, prouvant ainsi que la concurrence dans le secteur de jeu où il évolue n’est qu’une source de motivation supplémentaire.

« Tout commence dans la tête »

Lorsqu’il remplace Antoine Kombouaré, Carlo Ancelotti décide de replacer Bisevac au poste de latéral droit. Le natif de Kosovska Mitrovica ne sera pas vraiment perturbé par ce changement, bien au contraire.  Début février, il est élu  joueur UNFP du mois de janvier, devant le Marseillais Loïc Rémy et le Montpelliérain Olivier Giroud. Sa place sur le terrain lui importe peu, du moment que son temps de jeu ne s’en trouve pas altéré. « La première fois ça n’a pas été simple, vraiment. Mais après je me suis dit : « Ok, je suis arrière droit ». Et dans la tête ça change tout de suite. Je change d’état d’esprit. Je le répète, tout commence dans la tête », assure-t-il à cette époque. Fin février, Bisevac se blesse à nouveau et doit renoncer à un mois de compétition.

Guerrier dans l’âme

Véritable guerrier dans l’âme, il retrouve encore une place de titulaire à son retour, à son poste de prédilection. En charnière centrale, Ancelotti l’associe à Alex. Parti pour durer jusqu’à la fin de la saison, ce binôme devra se séparer en raison d’une nouvelle blessure du Serbe aux adducteurs, lors de la 34e journée (défaite à Lille, 2-1). Malgré ses pépins physiques, l’ex-Valenciennois aura effectué un exercice 2011-2012 exemplaire, caractérisé par un professionnalisme et une polyvalence à toute épreuve. Aligné à 19 reprises en Ligue 1 (dont 17 comme titulaire), il devrait faire partie des plans de « Carletto » pour la saison à venir, malgré la concurrence impitoyable qui se profile dans l’axe défensif.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club