Club

Dayan : « Le PSG proposait dix fois plus à Abidal »

Publie le 02/01/2013 a 15:45



  • Alors que le mercato hivernal vient d’ouvrir ses portes, le site d’Eurosport en profite pour réaliser un dossier consacré au marché des transferts.

    Une enquête qui permet de plonger dans l’envers du décor des transactions permettant le passage de joueurs d’un club professionnel à un autre. Luc Dayan évoque la prise de contact entre les clubs et dénonce une dérive qui arrive fréquemment. « Si le club n’est pas vendeur, les négociations devraient s’arrêter là. C’est là que le système se pervertit. Parfois, les agents s’arrangent entre eux pour partager des commissions. Les entrées sont multiples et le système marche sur la tête », regrette le président du RC Lens, anciennement actionnaire du LOSC (1999-2004).

    L’ex-président des Dogues prend un exemple concret avec Éric Abidal, qui désirait quitter Lille pour le PSG en 2004. « Il gagnait 15 à 20 000 euros chez nous, on lui proposait dix fois plus en face. C’est écœurant et ça lui a fait tourner la tête. On a dû se montrer pédagogue avec lui et lui offrir une porte de sortie », se souvient-il. A l’époque, les dirigeants nordistes avaient opposé une fin de non-recevoir à leurs homologues franciliens. Abidal était alors parti au bras de fer, avant de rejoindre l’OL un an plus tard.

    Publie le 02/01/2013 a 15:45

    Dayan : « Le PSG proposait dix fois plus à Abidal »

    Alors que le mercato hivernal vient d’ouvrir ses portes, le site d’Eurosport en profite pour réaliser un dossier consacré au marché des transferts.

    Une enquête qui permet de plonger dans l’envers du décor des transactions permettant le passage de joueurs d’un club professionnel à un autre. Luc Dayan évoque la prise de contact entre les clubs et dénonce une dérive qui arrive fréquemment. « Si le club n’est pas vendeur, les négociations devraient s’arrêter là. C’est là que le système se pervertit. Parfois, les agents s’arrangent entre eux pour partager des commissions. Les entrées sont multiples et le système marche sur la tête », regrette le président du RC Lens, anciennement actionnaire du LOSC (1999-2004).

    L’ex-président des Dogues prend un exemple concret avec Éric Abidal, qui désirait quitter Lille pour le PSG en 2004. « Il gagnait 15 à 20 000 euros chez nous, on lui proposait dix fois plus en face. C’est écœurant et ça lui a fait tourner la tête. On a dû se montrer pédagogue avec lui et lui offrir une porte de sortie », se souvient-il. A l’époque, les dirigeants nordistes avaient opposé une fin de non-recevoir à leurs homologues franciliens. Abidal était alors parti au bras de fer, avant de rejoindre l’OL un an plus tard.




  • Tags de l'article : , , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire
    • Djazair

      Cette personne m’exaspère,il est d’une jalousie haineuse sans faille. On voit le resultat avec RCL,il la lapidé. Bien heureux nous somme que tu ne fait pas parti des representant Parisien.(on auré coulé)

    • Taeniurus

      Pourquoi nous parler d’un transfert avorté remontant à 8 ans?

    • psg77300

      Déjà qu’à l’époque on voulait acheter français et on nous renvoyait vers la porte de sortie alors que nos intentions étaient saines.
      Lui parle de système perverti mais c’est ce genre d’état d’esprit qui incite à freiner le système qui est perverti.

      • Et ce les mêmes aujourd’hui qui vienne pleure qu’on acheté pas français. et ce toujours les mêmes qui ne veules toujours pas que paris grandis qu’ils nous foute la paix avec leurs se do patriotisme française PARIS EST MAGIC !!!!!

    • psg60180

      et a l’epoque on etait pauvre mdrr !! 

      • Ont pouvaient ce payer Abidal avant que la pleureuse d’aulas ne l’achate !!!

    • Cyril

      Et au final il n’est pas venu chez nous au dernier moment…

      Il est mignon Dayan, mais c’est pas lui qui devait racheter le PSG avec un investisseur quataris avant Colony Capital ? Il aurait fait quoi avec les petrodollards, cherché a recruter gratuitement pour le projet sportif ? Ahah

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    Live football scores . Current table, fixtures & results.

    L'actualité européenne

    Mbappé Si le PSG peut éliminer le Real Bien sûr ! Si nous on n'y croit pas, qui va y croire

    Mbappé « Si le PSG peut éliminer le Real ? Bien sûr ! Si nous on n’y croit pas, qui va y croire ? »

    Club

    Kylian Mbappé, élu meilleur espoir français 2017 dans le vote organisé par Téléfoot, a répondu à ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    NicolasBa publié un new post."PSG/LOSC - Amadou "On a des regrets, on les a trop respectés en première mi-temps""
    9 days ago
    NicolasBa publié un new post."PSG/LOSC - Marquinhos "On restait sur deux défaites de suite et on ne voulait pas que ça continue""
    9 days ago

    Actualité Féminine

    Le staff des féminines du PSG a presque fait grève et demande plus de moyens, annonce RMC

    Le staff des féminines du PSG a presque fait grève et demande plus de moyens, annonce RMC

    Actu Féminin

    La défaite 1-0 à Lyon lundi soir a fait du mal à la section féminine du ...

    Vidéos PSG

    Dayan : « Le PSG proposait dix fois plus à Abidal »

    <Club , Mercato

    Alors que le mercato hivernal vient d’ouvrir ses portes, le site d’Eurosport en profite pour réaliser un dossier consacré au marché des transferts.

    Une enquête qui permet de plonger dans l’envers du décor des transactions permettant le passage de joueurs d’un club professionnel à un autre. Luc Dayan évoque la prise de contact entre les clubs et dénonce une dérive qui arrive fréquemment. « Si le club n’est pas vendeur, les négociations devraient s’arrêter là. C’est là que le système se pervertit. Parfois, les agents s’arrangent entre eux pour partager des commissions. Les entrées sont multiples et le système marche sur la tête », regrette le président du RC Lens, anciennement actionnaire du LOSC (1999-2004).

    L’ex-président des Dogues prend un exemple concret avec Éric Abidal, qui désirait quitter Lille pour le PSG en 2004. « Il gagnait 15 à 20 000 euros chez nous, on lui proposait dix fois plus en face. C’est écœurant et ça lui a fait tourner la tête. On a dû se montrer pédagogue avec lui et lui offrir une porte de sortie », se souvient-il. A l’époque, les dirigeants nordistes avaient opposé une fin de non-recevoir à leurs homologues franciliens. Abidal était alors parti au bras de fer, avant de rejoindre l’OL un an plus tard.

    By
    @
    OTER ?>