Restez connectés avec nous

Anciens

Départ en fanfare : prudence !

Depuis l’entame de l’exercice 2011-2012, Antoine Kombouaré met un point d’honneur à ce que ses joueurs ne s’enflamment pas. « Il faut rester humble, garder la tête sur les épaules », a martelé le technicien kanak, après la victoire à Ajaccio dimanche (1-3). L’entraîneur parisien a tendance à répéter ce type de phrases souvent. Et il a totalement raison. Car certains observateurs ou acteurs du football pensent déjà que Paris va régner sur la Ligue 1 au cours des années 2010 comme Lyon a pu le faire lors de la précédente décennie. Gervais Martel par exemple. « Moi, je peux vous le dire, j’ai discuté avec les nouveaux propriétaires du PSG dans le cadre du transfert de Varane, je connais leur projet et leurs moyens. Sauf accident, vous pouvez le noter, le PSG sera champion au moins les cinq années à venir (…) C’est formidable, on va enfin avoir une équipe capable de gagner la Champions League, ce sera un formidable coup de projecteur sur le football français », imagine le président du RC Lens. Rolland Courbis a également eu l’occasion de tenir un discours similaire sur les ondes de RMC.

Tristes précédents

L’histoire du club francilien incite pourtant à la plus grande des prudence. Revenons justement sur la fameuse saison 1995-1996. Le 24 novembre 1995, le club de la capitale est sacré champion d’automne avec sept points d’avance sur Auxerre et Metz. Trois semaines plus tard, lors de la dernière journée avant la trêve hivernale, le PSG compte six points d’avance sur Lens et dix sur l’AJ Auxerre. Les Rouges et Bleus vont ensuite s’écrouler, comme Bordeaux a pu le faire lors de la deuxième partie de la saison 2009-2010. Le 11 mai 1996, Auxerre sera sacré champion de France pour la première fois de son histoire. Dans la nuit de dimanche à lundi, sur le plateau de 100% foot, Vincent Duluc rappelait cette page de l’histoire de l’équipe francilienne pour inciter à la vigilance. « Au mois de janvier 1996, tous les journalistes annonçaient le PSG comme étant déjà sacré champion de France. Personne n’était capable de citer une autre équipe pour le titre », a souligné le journaliste de L’Equipe.

Débats ridicules

Sur le net ou à la radio, de nombreux débats surgissent tels que : « Le PSG peut-il tuer le championnat avant la trêve ? », ou encore  : « Qui peut empêcher le PSG de devenir le Champion de France 2012 ? ». Nous ne sommes pourtant que le 17 octobre et les hommes d’Antoine Kombouaré ne comptent que trois points d’avance sur Montpellier et Lyon. Faudrait-il rappeler que le Championnat se termine le 20 mai 2012 et qu’il reste encore 28 journées à disputer ? Certes, le recrutement semble avoir été extrêmement bien géré et Paris marche sur l’eau en ce moment. Ce qui n’exclut en aucun cas que la tendance puisse s’inverser. Souvenez-vous : lors de l’été 2000, les dirigeants franciliens recrutent Nicolas Anelka, Peter Luccin, Stéphane Dalmat, Sylvain Distin (plus de 500 millions de francs dépensés lors du mercato à l’époque). Nicolas Anelka avait d’ailleurs été présenté au Parc des Princes en grandes pompes, un peu comme Javier Pastore cette année (avant la rencontre face à Lorient, lors de la première journée).

La spirale peut vite s’inverser

Entre la 11e et la 14e journée de l’exercice 2000-2001, Paris est leader du Championnat. Le 24 octobre 2000, Anelka est consorts atomisent Rosenborg en Ligue des Champions (7-2). A ce moment précis, l’équipe parisienne est considérée comme une véritable machine de guerre. Puis, c’est la descente aux enfers. Crise de novembre, changement d’entraîneur (Luis Fernandez succède à Bergeroo), etc. Le club terminera à une triste neuvième place. Malgré la bonne entame de saison 2011-2012, l’équilibre reste précaire en raison de la pression constante entourant les joueurs et les dirigeants. Jusqu’à présent, Antoine Kombouaré semble maîtriser la situation. Tant qu’il sera là, le Kanak calmera les ardeurs des médias. L’effervescence autour du club ne cesse de s’accroître au fil des matches. L’importance n’est pas la performance, mais la durée : « Casque d’Or » ne cessera de le répéter et il aura toujours raison de le faire.

Arnaud Lapointe

Derniers articles

Autres articles présents dans Anciens