Restez connectés avec nous

Club

Hoarau, le caméléon

Remplaçant, indisponible, titulaire, joker… Guillaume Hoarau sera passé par tous les états possibles cette saison.

A l’aube de sa quatrième saison au PSG, le Réunionnais ne se situe plus au sommet de la hiérarchie des attaquants en raison de l’arrivée de Kevin Gameiro lors de l’intersaison. Néanmoins, Antoine Kombouaré décide de le titulariser aux côtés de l’ancien Merlu pour la première journée du Championnat et la réception de Lorient (0-1). Contrairement à ses matches de préparation, lors desquels il s’était montré à son avantage, l’ancien Havrais traverse la rencontre tel un fantôme. Face à Rennes (2e journée, 1-1), le technicien kanak le place sur le banc de touche. Après être entré en jeu, Hoarau se blesse aux adducteurs. De retour face aux Luxembourgeois de Diffedange, pour le tour préliminaire de la Ligue Europa, il est touché à l’épaule. Le natif de Saint Louis va alors devoir subir une opération afin de mettre un terme définitif à une douleur qui le gêne depuis de nombreux mois.

4 mois d’absence

« Ce n’est pas évident pour lui en ce moment. Il n’est pas en réussite, là il se blesse, il faut qu’il s’accroche », explique alors Antoine Kombouaré. Il faudra patienter jusqu’au début du mois de décembre pour voir Hoarau reprendre l’entraînement collectif. Auparavant, celui-ci n’avait joué que 95 minutes en Ligue 1 depuis le début de la saison. Pendant sa phase de convalescence, l’ancien Havrais laisse entendre que le fait d’avoir plusieurs joueurs de renom risque de créer des tensions au sein du vestiaire. « Que Guillaume bosse, qu’il revienne vite, car on a besoin de lui. Je préfère les actes aux paroles », réplique Kombouaré. Le 14 décembre, Hoarau effectue son retour à la compétition, à l’occasion d’un match de Ligue Europa face à Bilbao (4-2), au cours duquel il marque sur penalty à la dernière minute.

Retour gagnant

Pour son premier match officiel en tant qu’entraîneur du PSG, Carlo Ancelotti le titularise face à Locminé, en Coupe de France (2-1). Le déclic se produit au mois de février, lors du choc contre Montpellier (2-2). Servi sur un plateau par Jérémy Ménez, il inscrit le but égalisateur lors des ultimes minutes de la rencontre. Il s’agit de sa cinquantième réalisation sous les couleurs franciliennes, ce qui lui permet de devenir le neuvième joueur du club à atteindre un tel total. « Carletto » décide alors d’en faire son titulaire en attaque, au détriment de Kevin Gameiro. Un choix qui s’avère judicieux, dans la mesure où le natif de St Louis enchaîne les buts et participe activement au jeu collectif, notamment dans le domaine aérien. « Il sait que le plus dur commence. Maintenant, il doit confirmer sur la durée », confie alors son père, Pierre. Jusqu’à fin mars, il conserve sa place dans le onze. Puis, Ancelotti opte pour un dispositif tactique sans réel attaquant de métier.

« J’aimerais jouer avec Higuain ou Eto’o »

Redevenu un simple joker, Hoarau entre généralement en fin de match. Lors de l’ultime rencontre de la saison, à Lorient (1-2), il se blesse à la cheville, victime d’« une grosse entorse avec fissure du péroné ». Malgré son faible temps de jeu, ses statistiques sont tout à fait honorables : 20 matches de Ligue 1 (7 titularisations), 5 buts et 2 passes décisives. Contrairement à Kevin Gameiro, le numéro 9 n’a pas l’intention de quitter les Rouge et Bleu lors du mercato. « Si demain, le PSG peut mettre la main sur des joueurs comme Higuain ou Eto’o, j’aimerais bien m’entraîner et jouer avec eux. Je vois plus ça sous cet angle. Ça ne peut être qu’enrichissant », confiait-il récemment au Journal de l’Ile de la Réunion. Sachant que son profil plaît à Ancelotti et qu’il semble prêt à accepter un statut de remplaçant, Hoarau pourrait tenter de négocier une prolongation de contrat. A l’heure actuelle, son bail court jusqu’en juin 2013.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club