Restez connectés avec nous
Kimpembe se confie sur PSG/Bayern : la déception, la chance et la progression du groupe
©Iconsport

Club

Kimpembe se confie sur PSG/Bayern : la déception, la chance et la progression du groupe

Presnel Kimpembe, défenseur central de 25 ans du Paris Saint-Germain et de l’Equipe de France (il est actuellement en sélection pour la trêve internationale de septembre), s’est longuement confié auprès de L’Equipe dans un entretien publié ce vendredi par le journal sportif. L’occasion pour le Titi parisien d’évoquer notamment le départ de Thiago Silva (défenseur central de 35 ans qui était le capitaine depuis 2012), mais aussi de revenir sur la finale de la Ligue des Champions perdue le 23 août dernier contre le Bayern Munich (0-1, retrouvez le film de la soirée et du parcours du PSG ici).

Kimpembe « On a réussi à casser ce truc de la qualification. »

Ce qui l’emporte entre la rage et la fierté ?

Ça reste quand même une défaite. Ça laisse forcément un goût amer. Mais quand tu prends le temps d’analyser, tu te rends compte que ce qu’on a réalisé, c’est quelque chose de grand. On a réussi à casser ce truc de la qualification. En arrivant en demies puis en finale.

On a ‘cassé’ une malédiction ?

Oui, parce que ce qu’on a fait, ça reste historique. Avec ce groupe, on a réussi à créer ce qu’il fallait pour arriver en finale.

Kimpembe « Ce serait historique, et énormément de fierté, si on pouvait être la génération qui a gagné la Ligue des champions. »

Cela reste plus grosse déception de votre carrière ?

Oui, c’est ce que je disais à l’équipe après le match. Cette défaite, elle me fait plus mal que Manchester. Cela reste un moment assez fort parce qu’on était à deux doigts de toucher la coupe. Voir à la fin une autre équipe la soulever, ça fait quand même mal. (Il s’arrête.) C’est ce moment-là qui m’a fait le plus mal. Je ne baisse pas les bras. Ce serait historique, et énormément de fierté, si on pouvait être la génération qui a gagné la Ligue des champions.

Ce que le Bayern a de plus ?

Pas grand-chose. Ce qui leur a souri, c’est juste la réussite et un peu d’expérience. Je n’ai pas eu le sentiment qu’ils étaient supérieurs à nous sur le plan collectif. Ils ont réussi à avoir cette chance qu’on n’a pas su provoquer.

Kimpembe « On est une équipe. On a réussi à le démontrer. »

Une trop grande dépendance au duo Mbappé-Neymar ?

Ça me fait rire un peu ce que vous dites. Tu demandes à n’importe quel coach, il rêverait d’avoir deux joueurs comme “Ney” et Kylian. On a vraiment besoin d’eux mais c’est normal ! Ce sont des joueurs qui peuvent faire basculer un match en deux minutes. Qui n’en profiterait pas ? Je ne trouve pas qu’on soit trop dépendants. On est une équipe. On a réussi à le démontrer.

La finale est un échec ou le début de quelque chose ?

Vous savez, moi, je n’ai jamais su me satisfaire d’une défaite. Mais ce parcours-là, ces victoires-là, ce sera un ciment pour plus tard. J’en suis persuadé. Tout ce qu’on a enduré par le passé, ça nous a servi. Aujourd’hui, on sait qu’on est forts tous ensemble. On veut avoir une histoire positive. Dès la saison prochaine. »

De la déception, mais aussi beaucoup de positif.

Il y a forcément de la tristesse après cette défaite. Il serait étrange de voir un joueur ne parler que de positif. Les revers sont toujours pénibles et perdre une finalement est bien sûr douloureux. Les Parisiens ne sont pas passés loin d’accomplir un rêve, alors il est difficile de voir une autre soulever le trophée. Le PSG peut en plus avoir la frustration d’être passé vraiment pas loin d’un succès.

Même si Kimpembe exagère peut-être un petit peu en ne voyant pas une domination allemande dans ce match, cela s’est surtout joué sur l’efficacité. Certes, le Bayern Munich a eu plus le ballon, mais il ne s’est pas procuré beaucoup plus de grosses occasions. Paris n’était pas loin de lui faire très mal en première période, mais les tirs ont été ratés ou Manuel Neuer a réussi des parades admirables. Les attaquants parisiens ont pourtant l’habitude d’être un peu plus redoutable dans le dernier geste et avaient la place pour faire la différence. Même s’ils ne sont pas les seuls responsables, évidemment.

Maintenant, comme le rappelle le défenseur parisien, il faut bien avoir en tête que le PSG a réussi un très beau parcours et a affiché une progression notable. Paris n’aura plus à craindre particulièrement les 8es ou les quarts de finale. Le club a montré qu’il a des armes pour aller loin et que son équipe est à craindre. Il y a un vrai groupe qui s’est créé, avec plus de solidarité et de combativité que les années passées. Il faudra continuer sur cette lancée, tout en réussissant à utiliser l’expérience et la confiance engrangées au cours de cette Ligue des Champions. Le tout en travaillant pour s’améliorer sur les détails qui ont fait la différence. Même si le PSG ne peut pas déjà penser qu’il remportera la Ligue des Champions, il a de quoi penser à un très beau parcours et doit travailler dans ce sens. On se doute que les joueurs voudront retrouver la finale dès cette saison 2020-2021.

Retrouvez ci-dessous notre podcast à propos de ce match :

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Club