Restez connectés avec nous

Club

PSG-Dijon : les notes des Parisiens

Homme du match – Nenê (7,5) : Depuis le début de saison, le Brésilien était critiqué pour son manque d’efficacité, il a fait taire tout le monde. Très actif tout au long de la rencontre, n’hésitant pas à défendre quand nécessaire, le N°10 parisien a inscrit un doublé salvateur, avec notamment une frappe sublime sur le second but, son quatrième de la saison en Ligue 1. Il a parfois été énervant en manquant de spontanéité mais il a réalisé un de ses meilleurs matchs de la saison.

Sirigu (6,5) : Peu sollicité durant cette rencontre, les Dijonnais n’ayant pas cadré beaucoup de tirs, le gardien italien a su rester solide et concentré, notamment en repoussant une frappe de Corgnet en tout début de match. Encore une fois, pas grand chose à redire sur sa prestation.

Ceara (6,5) : Auteur d’un très bon début de match, en lançant notamment Ménez sur l’aile sur le premier but parisien, le latéral brésilien a aussi trouvé le bon équilibre entre l’attaque et la défense, même s’il a commis un peu plus de fautes en seconde période. Entre lui et Jallet, le PSG peut quand même se vanter d’avoir deux arrières droits de qualité.

Lugano (4,5) : On attend encore de voir le vrai Lugano, le roc qu’on a l’habitude de voir sous le maillot uruguayen. Hésitant dans ses interventions, souvent en retard dans les duels, le guerrier parisien sauve ses prestations grâce à un jeu aérien presque sans faille. Averti après une intervention musclée sur Corgnet, il a rapidement laissé sa place à Camara (61e), toujours aussi impeccable.

Sakho (6) : Ce n’était que le deuxième match du capitaine parisien depuis son retour de blessure et on a senti que physiquement, il revenait petit à petit à son meilleur niveau. Propre dans ses interventions, il n’a pas eu à employer les grands moyens pour contre les Dijonnais, qui ont beaucoup tenté leur chance de loin. Et pourtant, il a souvent été délaissé par Tiéné.

Tiéné (5) : Le gaucher ivoirien a donc parfois déserté son côté gauche, notamment en deuxième période lorsque Corgnet décalait Mandanne, seul au monde, qui fort heureusement s’emmêlait les pinceaux dans la surface parisienne. Maladroit dans ses passes et ses transversales en première période, l’ancien Valenciennois s’est repris après la pause a tout de même été solide dans les duels.

Sissoko (5,5) : l’international malien a une nouvelle fois fait preuve d’un surplus d’engagement dans certains duels mais on sent qu’il fait des efforts à ce niveau-là, et cela se ressent dans ses prestations. Mais face à la vivacité de Corgnet, l’ancien Turinois a souffert et trop d’espaces ont été offerts au Dijonnais, qui s’est régalé dans le dos du duo Chantôme-Sissoko. On attend encore un peu plus de solidité défensive de sa part.

Chantôme (6) : A l’instar de Momo Sissoko, il a eu beaucoup de mal à contenir les milieux offensifs adverses, et a paru juste physiquement sur certaines interventions. Il a toutefois bien distribué le jeu et n’a commis que très peu de faute. On aurait aussi souhaité un peu plus de percées offensives, afin d’apporter le surnombre en attaque.

Ménez (6) : Grâce à ses débordements habituels, l’ancien Romain a créé des brêches dans la défense dijonnais mais il a fait preuve d’imprécision et a perdu beaucoup trop de ballons, parfois dans des situations où il aurait mieux fait de conserver la possession. Il sauve son match grâce à la passe décisive livrée sur le premier but parisien, sa quatrième cette saison en championnat. Remplacé par Jallet (76e).

Pastore (5) : On espérait assister à un petit réveil du prodige argentin après ses deux prestations moyennes contre Ajaccio et Bratislava, cela n’a pas forcément été le cas. Presque transparent durant la première demi-heure de jeu, El Flaco s’est réveillé en cadrant une frappe et s’est ensuite senti un peu plus à son aise, notamment en deuxième période. Mais il n’a pas été au niveau de son début de saison, en espérant qu’il retrouve rapidement la fougue qui a fait de lui le meilleur joueur du mois de septembre.

Gameiro (5,5) : L’attaquant parisien n’a pas forcément eu beaucoup d’occasions à se mettre sous la dent mais justement, on aimerait parfois qu’il tente de s’en créer plutôt que d’être servi sur un plateau. Car s’il est efficace face au but, il l’est un peu moins lorsqu’il faut faire le jeu et c’est dommage. Il aurait tout de même pu ouvrir le score sur deux actions mais son drop en première mi-temps et sa tête sur le gardien dijonnais en deuxième ne lui ont pas permis d’inscrire son 9e but de la saison. Remplacé par Erding (87e).

Derniers articles

Autres articles présents dans Club