Restez connectés avec nous
Anciens - Cayzac: Aulas, le "chasseur de têtes"

Club

Riolo : « Un match fait d’erreurs »

Dimanche soir, Daniel Riolo n’a pas vu beaucoup de belles choses à la Mosson, si ce n’est le joli but de Maxwell. Le journaliste sportif n’a pas aimé la frilosité de Montpellier et dresse un bilan plutôt négatif des dernières rencontres du PSG.

« A Montpellier, le PSG avait donc l’occasion de réaliser la bonne affaire du week-end. Avec un trio Menez/Lavezzi/Hoarau devant et derrière lui, Matuidi/Thiago Motta/Verratti, Ancelotti choisit de se passer de meneur de jeu, préférant un jeu plus direct. A Montpellier, il n’y a que le milieu qui fait penser à la saison dernière. Le reste, avec Charbonnier en pointe et une défense inédite, ça sent nettement moins l’équipe du titre. Ça n’empêche pourtant pas Montpellier de bien débuter. Rien d’extraordinaire, mais un pressing haut et agressif. Les premières minutes de Sakho sont affreuses et quand Verratti le plombe avec une passe moisie, ça se termine en dribble ratée et en carton rouge après moins de 10 minutes ! Le temps fera peut-être son office, mais en attendant, Montpellier ne pousse pas, ne cherche pas à profiter de la situation. Le PSG a sorti Hoarau et avec Lavezzi et Menez devant, on mise sur le contre. En attendant l’éventuelle ouverture, Paris tente malgré tout de contrôler le jeu et surtout de ne pas donner de rythme à la rencontre. En retour l’attitude des Héraultais surprend. En situation favorable, ils ne font pourtant rien. Ça laisse de la place à un ballon bien exploité. Une punition infligée par Mawxell. Le but est lumineux, mais j’aimerais souligner que ça part d’une relance incroyable de Thiago Silva dans sa surface. En seconde période, Montpellier n’offre rien de plus et Paris peut entrevoir un précieux succès. Mais sur une erreur de Matuidi, Cabella en profite pour relancer le match. C’est un match fait d’erreurs, de fautes, intéressant uniquement en termes de comptabilité pour le haut du classement. Et en matière de faute, celle de Belhanda qui équivaut à un carton rouge, est totalement stupide. Il reste alors plus de 20 minutes et l’équilibre des forces est revenu. En matière d’ambitions, ça reste toutefois pauvre. Comme si après tous ces faits de jeu, garder ce 1/1 était le plus important. Le premier à avancer ses jetons est Ancelotti. En sortant Motta pour lancer un vrai 9, Gameiro, la volonté d’aller chercher le match est affichée. Reste que les actes ne suivent pas. Le PSG vient de prendre un point en deux matches, un bilan très négatif. Quant au classement, Paris reste virtuellement devant mais ne creuse aucun écart bien au contraire car 7 équipes se tiennent en 3 points », a analysé Riolo sur son blog.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club