Restez connectés avec nous

Club

Sakho : «Capitaine, un rôle d’homme»

Ce dimanche à 21h, le Paris Saint-Germain rencontrera le LOSC lors de la 18ème journée de Ligue 1. Une rencontre qui devrait à nouveau fois permettre à Mamadou Sakho de se retrouver dans l’axe centrale de la défense parisienne avec le brassard de capitaine.

Après la courte victoire obtenue sur la pelouse sochalienne samedi dernier, les Parisiens devront confirmer leur bonne prestation en réalisant un match parfait face au LOSC dimanche soir. Un match que Mamadou Sakho ne prend pas à la légère. « Avec le plus grand sérieux. On ne peut pas faire autrement. Cela doit se faire dans le même état d’esprit que contre Sochaux. C’est-à-dire avec une concentration et une combativité irréprochables dès le début. On commence à retrouver nos repères. Je pense que la période difficile est derrière nous », a t-il déclaré pour le Parisien.

Suite à la défaite concédée à Salzbourg lors des phases de poule de l’Europa League, les joueurs ont été invités à une réunion afin de faire un bilan et de remettre quelques éléments en place suite à la série de défaite. Un rassemblement qui a fait du bien. « Oui. Nous avions prévu de nous parler la veille de Salzbourg, mais il manquait Pastore, Ménez et Lugano. Cela n’aurait servi à rien. On a donc fait cette réunion avant Auxerre (NDLR : le 4 décembre). Elle a duré quarante-cinq minutes. Chacun s’est exprimé. J’ai d’abord parlé pendant un quart d’heure. Il fallait redevenir durs à jouer. Il y avait un relâchement psychologique. Le foot, avant le talent individuel, c’est d’abord de l’engagement et de la dureté. Si on perd ça, on perd tout. »

Jeune capitaine du groupe parisien, Mamadou Sakho est devenu en quelques mois l’homme fort du PSG grâce à son envie et sa motivation. Un rôle que le défenseur tricolore prend très à cœur. « Capitaine, c’est un rôle d’homme et j’en suis un maintenant. J’ai un caractère fort. Quand je parle, c’est pour le bien de l’équipe. L’an dernier, c’était le rôle de Claude (Makelele). J’essaie d’avoir un discours identique. Que je parle à Bahebeck ou Pastore, c’est pareil. Ça se fait toujours avec respect. »

Derniers articles

Autres articles présents dans Club