Restez connectés avec nous
PSG / Chelsea : un bon tirage vraiment ?

LDC

PSG / Chelsea : un bon tirage vraiment ?

Un mois et demi a passé depuis le tirage au sort des 1/8e de finale de Ligue des Champions. Dans deux semaines le Paris Saint Germain sera donc opposé aux anglais du Chelsea FC, comme l’an passé. Et comme l’an passé au moment du tirage, la plupart des observateurs et des supporters des deux équipes ont vite désignés le favori de la double confrontation. Cette année c’est le Paris Saint Germain qui porte cette étiquette, l’an passé c’étaient les Blues.

Le 16 décembre 2015 jour du tirage au sort, Laurent Blanc et son staff espéraient surtout éviter les deux ogres du FC Barcelone et du Bayern Munich. Leurs vœux ont été exaucés, mais le hasard aurait aussi pu être plus clément. En effet avec Benfica / Zénith Saint Pétersbourg et La Gantoise / Wolsburg, deux affiches qui fleurent bon l’Europa League, Paris peut regretter de ne pas avoir hérité des Russes ou des Allemands.

Seulement, à l’époque Chelsea était 16e de Premier League, et la fracture entre le coach José Mourinho et son groupe était telle que l’entraineur Portugais n’hésitait plus à attaquer directement son vestiaire en conférence de presse.

Alors forcément un vent d’optimisme s’est emparé de la capitale française et les supporters parisiens se sont vite vus en ¼ de finale.

Toutefois depuis, José Mourinho a été licencié et Guus Hiddink a été appelé à la rescousse par Roman Abrahamovitch. Si le jeu des Blues ne s’est pas radicalement métamorphosé depuis l’arrivée du Néerlandais et n’atteint pas encore des sommets, force est de constater que Chelsea va mieux. En effet Hiddink n’a pas encore connu la défaite avec sa nouvelle équipe.

Pourtant ses joueurs ont eu à croiser le fer avec Manchester United, Everton ou encore Arsenal. La zone rouge s’est éloignée (13e avec 7 points d’avance sur Newcastle 18e) et si une qualification pour la prochaine C1 parait compromise (14 points de retard sur le 4e) les Blues respirent un peu mieux.

Pour l’instant le niveau affiché par les Anglais ne devrait pas donner des sueurs froides à Laurent Blanc et ses hommes à 15 jours de la première manche entre les deux clubs. Dimanche Chelsea s’est bien imposé 5-1 contre Milton Keynes au 4e tour de la FA Cup mais le début du match a été une succession d’occasions franches vendangées par les Londoniens, et Eden Hazard ou encore Diego Costa n’ont pas vraiment affichés une confiance à toute épreuve. Seul Oscar, auteur d’un triplé, semble en forme. Hazard aura néanmoins profité de cette rencontre pour inscrire, sur penalty, son…1er but de la saison !

Cependant la nouvelle invincibilité des Blues n’est pas à prendre à la légère. La récente victoire 1-0 des Blues en championnat sur le terrain d’Arsenal, qui a coûté leur leadership aux Gunners, prouve que les joueurs de Guus Hiddink sont capables de réaliser des « coups ».

On se rappellera que l’an passé, à pareille époque nous avions parié sur une inversion des courbes de formes des deux équipes entre le tirage au sort et le 1er match des 1/8e de finale (http://www.parisfans.fr/club/psgchelsea-la-theorie-de-linversion-des-courbes-157571.html). Non pas que nous voudrions porter le mauvais œil au PSG, mais Paris aurait tort de prendre à la légère cette équipe.

Hormis la récente victoire à l’Emirates Stadium, Chelsea est aussi allé chercher un point à Old Trafford contre Manchester United (0-0). Certes le match ne fut pas de grande volée, mais ce nul représentait davantage un bon point pour les Blues plutôt que pour les Mancuniens encore engagés dans la course au podium.

Lors d’une autre rencontre (3-3 face à Tottenham) les joueurs de Guus Hiddink ont fait preuve de combativité et de courage, des qualités que l’on croyait volatilisées chez ce groupe. Menés 2-0, ils sont parvenus à revenir à 2-2 et alors qu’on pensait que les Spurs venaient de prendre un avantage définitif à l’entrée du temps additionnel, le capitaine John Terry est parvenu à égaliser à 3-3 à la 98e minute ! Le but était certes entaché d’une position de hors-jeu mais qu’importe l’essentiel était ailleurs. Il fallait voir la joie du défenseur et la liesse qui s’empara des joueurs et de Stamford Bridge pour comprendre que cette équipe ne compte plus rien lâcher cette saison.

Coté Paris Saint Germain difficile de parler de doute pour l’instant, mais on aura tout de même noté que le début d’année 2016 est plus poussif que la fin d’année 2015. Une situation normale d’après Laurent Blanc due au travail physique effectué pendant la trêve. On accorde bien volontiers notre confiance au coach parisien mais force est de constater que depuis janvier Paris n’a livré qu’une seule performance parfaitement aboutie : la victoire face à Angers 5-1 dans le cadre de la 22e journée de L1.

Dimanche soir le succès contre Saint Etienne dans le chaudron représente aussi un très beau résultat car seuls Nice et Marseille étaient parvenus à s’imposer là-bas cette saison, mais on a tout de même vu un PSG en difficulté pendant les 45 premières minutes.

Les récentes blessures qui ont frappées l’effectif parisien pourraient être un léger motif d’inquiétude. Les absences conjuguées de Thiago Silva et David Luiz ont conduit Laurent Blanc à aligner une charnière expérimentale contre l’ASSE. Nul doute que le coach parisien aurait du mal à trouver le sommeil la veille de PSG/Chelsea s’il devait de nouveau faire face à cette double absence. Si Silva a retrouvé le terrain et son brassard hier contre Lorient pour une petite victoire 3-1, David Luiz doit lui encore attendre. Surtout, Verratti a faite une rechute dans sa pubalgie et est incertain pour la réception de Chelsea. Javier Pastore quand à lui n’est pas encore réapparu dans le groupe.

Ces légères zones d’ombre qui planent sur la forme du PSG sont vite balayées d’un revers de la main lorsque l’on se souvient que dimanche soir, à Saint Etienne, Paris a aligné une douzième victoire consécutive toutes compétitions confondues et un 32e match sans défaite en L1 (excusez du peu) égalant ainsi le record du FC Nantes établi lors de la saison 94/95.

Mais tout de même, les joueurs de Laurent Blanc devront faire preuve d’humilité à l’heure de défier Chelsea, se rappeler que cette équipe n’a désormais plus que la C1 et la FA Cup pour briller, que son calendrier est désormais allégé en comparaison de celui du PSG, que ce groupe compte déjà deux coupes d’Europe (C1 2012 et C3 2013), et que la conquête de la Ligue des Champions si chère aux yeux d’Abrahamovitch, comme à ceux des Qataris, fut réalisée une année où Chelsea largement distancé en championnat s’était concentré sur les coupes pour réaliser le doublé C1/FA Cup.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans LDC