Restez connectés avec nous
Ligue 1 - Me Granturco ne croit pas à la réussite du recours de Lyon, Amiens et Toulouse
©IconSport

Ligue 1

Ligue 1 – Me Granturco ne croit pas à la réussite du recours de Lyon, Amiens et Toulouse

C’est ce jeudi après midi que l’Olympique Lyonnais, le Toulouse Football Club et l’Amiens Sporting Club sont auditionnés par le Conseil d’Etat pour leur recours afin d’obtenir une reprise de la Ligue 1 2019-2020, alors que la Ligue de Football Professionnel a décidé son arrêt définitif à la fin du mois d’avril. Me Thierry Granturco, avocat à la Cour et spécialiste du droit du sport, a évoqué leurs chances de succès dans une interview accordée à Ouest-France.

Ont-ils vraiment une chance de voir le Conseil d’État déjuger la LFP ?

Je ne pense pas. J’ai l’impression que depuis la prise de position du gouvernement, les juridictions rendent service, elles confirment les décisions pour ne pas ajouter de confusion à la confusion et on fait dire aux textes ce qu’il faut qu’ils disent. Si on raisonne d’un point de vue purement juridique, les chances des clubs de voir leurs arguments entendus existent.

Granturco « il y a une volonté de ne pas remettre pas en cause les décisions qui ont été prises pour éviter de retourner à la situation du 30 avril qui serait ingérable. »

Il y a beaucoup à dire sur la décision de la Ligue de Football Professionnel (LFP), non pas sur la forme mais sur le fond. Maintenant, lorsqu’on voit les décisions qui sont rendues par les Ligues régionales, par la Fédération Française, par la LFP, par le CNOSF et par le Tribunal arbitral du sport, on voit qu’il y a une volonté de ne pas remettre pas en cause les décisions qui ont été prises pour éviter de retourner à la situation du 30 avril qui serait ingérable.

C’est le dernier recours ?

Oui, c’est la dernière carte puisqu’on est devant la plus haute juridiction administrative. Les conclusions du Conseil d’État peuvent s’imposer à la LFP comme au gouvernement. Il arrive très fréquemment que des actes gouvernementaux, que ce soit des actes législatifs ou réglementaires, soient annulés devant le Conseil d’État. »

Ainsi, il apparaît comme peu probable que l’OL, le TFC et Amiens obtiennent ici quelque chose. Ce serait ramener une grande confusion autour de la Ligue 1, de la tension et peut-être de la précipitation. De quoi casser un peu les effets positifs de l’arrêt, décidé pour la santé de chacun et la préparation de la suite, avec le risque de vouloir soudainement envoyer les joueurs à un entraînement intensif pour préparer une fin de championnat avec un calendrier particulièrement serré.

Il faut tout de même attendre la décision du Conseil d’Etat, qui devrait arriver dans les prochains jours, pour avoir des certitudes. Mais il est raisonnable de se concentrer surtout sur la reprise de la compétition en août et oublier la Ligue 1 2019-2020, qui est bouclée depuis plus d’un mois. Il est temps d’arriver à une situation claire et de voir tout le football français tirer dans le même sens pour se relancer après cette période si particulière.

Publicités

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Ligue 1