Restez connectés avec nous
Mercato - James Rodriguez poussé vers la sortie par Zidane, difficile pour le PSG d'en profiter

Mercato

Mercato – James Rodriguez poussé vers la sortie par Zidane, difficile pour le PSG d’en profiter

James David Rodríguez Rubio, aka James Rodríguez vient d’être placé sur la liste des transferts du Real Madrid CF, sur une demande émanant de Zinédine Zidane. 

Les derniers mouvements et les ultimes aléas du mercato devraient encore résonner avec fracas pendant encore quelques temps. Et le bonheur n’est pas toujours de mise durant la période de transfert estival. L’épée de Damoclès semble s’abattre très prochainement sur le madrilène James Rodriguez, qui par la volonté de Zidane, s’approche inexorablement vers un départ du club de la Maison Blanche. Et selon les informations de la presse espagnole, la rupture est totale entre le coach français et le milieu colombien.

Le feuilleton James Rodríguez aura été la seule agitation dans le calme de l’actualité du mercato madrilène. Zinédine Zidane qui fait preuve d’une plus grande exigence et rigueur concernant les joueurs qui évoluent en meneur de jeu, du fait du passé glorieux du français à ce poste, a poussé ce dernier à ne plus faire confiance au colombien, qui déçoit après les attentes énormes placées en lui et suscitées par son mondial 2014. Selon la presse espagnole et notamment Marca qui fait figure de précurseur, l’ancien monégasque agace de par son niveau sportif affiché et par son attitude au sein du club.

Les médias espagnols nous révèlent que Zidane était déjà dubitatif lors de l’arrivée de l’ancien joueur de Porto à la Casablanca, et que le temps a transformé ses doutes en répulsion, avec la certitude que James n’a pas les dispositions mentales pour que son potentiel rejoigne son talent sur le terrain. Le mécontentement de l’ancien international français vient surtout des failles psychologiques du joueur, qui met de côté un acharnement de tous les instants nécessaire au football professionnel, pour se prélasser dans les futilités des plaisirs des soirées madrilènes, bien éloignées de la rigueur primordiale à tous joueurs du Real de Madrid.

Ce manque d’engagement et de pugnacité, qui dénote dans un milieu footballistique concurrentiel où sa place se mérite par le sang, de la peine, des larmes et de la sueur, selon l’adage churchillien, a fini de ternir l’image du colombien au sein de la direction du Real Madrid. Bien loin de n’avoir donné aucune chance à l’ancien joueur monégasque, Zidane l’aurait encouragé à faire des efforts, à se mettre au niveau de l’institution madrilène en assimilant une exigence de travail lourde et encombrante. Bien éloigné de cet impératif d’excellence, le colombien s’est distingué par l’oisiveté, avec un manque criant de combativité à l’entraînement, et en laissant la marque de l’anonymat fantasmagorique de son jeu lors de la Supercoupe d’Europe contre le FC Séville. Pourtant ces récentes paroles avait présagé une nouvelle ère pour le joueur qui martelait l’envie de s’imposer, mais qui démontre une nouvelle fois que les paroles s’envolent, mais les coups restent.

Pour cet enchaînement de raisons, le club à l’instigation de Zidane a choisi de placer James Rodriguez sur la liste des transferts, ce qui a laissé la possibilité à des clubs tels Manchester United, Chelsea ou Arsenal de rester à l’affût, même si le Real ne compte absolument pas brader son joueur et veut récupérer ses 75 millions investis en 2014. D’ailleurs le média catalan Sport, affirme que Roman Abramovitch réclame le joueur, avec une offre de 90 millions d’euros.

Souvent cité du côté de la capitale française, le départ confirmé du colombien pourrait relancer les rumeurs et les affabulations sur sa venue au Paris-Saint-Germain. Cependant même si des journaux français comme L’Equipe ou Le Parisien laissent entendre qu’une arrivée en attaque n’est pas totalement illusoire, et qu’ils se basent sur le sentiment d’inachèvement qu’a Patrick Kluivert, James au PSG semble improbable. Alors que Nasser Al-Khelaifi avait déjà dit qu’il n’y avait aucun contact pour le madrilène lors de la présentation jumelée d’Unai Emery et d’Hatem Ben Arfa, le statut d’extra communautaire est un frein final et décisif à la venue du joueur, et confirme l’entérinement de cette piste offensive. Si le Paris-Saint-Germain veut recruter, il faut qu’il cherche dans d’autres cieux.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Mercato