Restez connectés avec nous
Aulas veut protéger la formation Française avec des premiers contrats plus longs "5 ou 6 ans"
©Iconsport

Autour du PSG

Aulas veut protéger la formation Française avec des premiers contrats plus longs « 5 ou 6 ans »

Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais, souhaite voir une meilleure politique pour les premiers contrats professionnels des jeunes joueurs qui est à l’heure actuelle trop court. Dans des propos relayés par RMC Sport, le boss de l’OL, veut une meilleure protection des clubs formateurs qui sont trop lésés par la législation française comparée aux autres championnats européens. Ce qui ne serait pas pour déplaire au Paris Saint-Germain, lui-même victime de l’exode de certains de ses jeunes.

Aulas « faire en sorte que les clubs qui forment aient la certitude qu’ils (les joueurs) ne partent pas ailleurs »

“En termes de droit, il faudrait que le premier contrat professionnel soit, non pas de 3 ans, mais de 5 ou 6 ans. Et faire en sorte que les clubs qui forment aient la certitude qu’ils (les joueurs) ne partent pas ailleurs. Car un joueur qui arrive en fin de contrat de formation en France, s’il ne signe pas son premier contrat pro, peut partir gratuitement à l’étranger. Ce n’est pas le cas en France car il y a un accord avec les clubs français mais il peut partir à l’étranger. Il y a une perte évidente.“

Les propos d’Aulas ont du sens. Comment est-ce encore possible qu’il y ait de telles disparités entre les différents championnats ? Le PSG a vu partir trop de jeunes pépites. Certes, il y a de grands joueurs dans la capitale qui peuvent mettre la pression aux jeunes et les empêcher de trouver des perspectives, mais c’est surtout l’impatience de ces jeunes qui est à mettre en avant. Les jeunes sont de plus en plus pressés et de plus en plus exigeants avec leur club afin de jouer le plus vite possible. 

Souvent, leur départ ne garantit pas plus de temps de jeu à l’étranger, mais on ressent tout de même une certaine rancœur de la part des titis notamment dans les temps de jeu parfois jugés trop faible. Les jeunes doivent s’inscrire dans une politique sportive. Pour cela, il faut des instances qui protègent les clubs, afin de donner de la confiance et une voie à suivre. Aujourd’hui, les règles sont injustes, le joueur est formé puis peut s’il le souhaite partir libre souvent moyennant un meilleur salaire à l’étranger. Dans le football, il faudra se pencher sur ces règles qui, aujourd’hui, déséquilibrent les choses entre deux pays. 

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Autour du PSG