Restez connectés avec nous
Bodmer raconte sa passion pour le PSG et revient sur sa carrière de joueur
©Iconsport

Anciens

Bodmer raconte sa passion pour le PSG et revient sur sa carrière de joueur

Matthieu Bodmer, ancien milieu (2010-2013) et amoureux du Paris Saint-Germain, est revenu pour So Foot pour sa passion pour le PSG, lui qui est abonné au Parc des Princes, avant de décrypter un peu sa carrière et ce qui a fait ses hauts et ses bas. Il se qualifie lui-même de joueur irrégulier, mais ne regrette rien.

Bodmer « Ma femme, quand c’est le PSG, soit elle ne reste pas, soit elle ne me parle pas »

« Retournes-tu parfois au Parc des Princes ?

J’ai mon abonnement à Auteuil, mais il n’y a pas de match. (Rires.)Je suis au deuxième étage. TF1 a voulu me filmer pour Barça-PSG, je leur ai dit : « Impossible. » Quand je suis dans les tribunes, je suis insupportable, je suis capable de me battre. Ma femme, quand c’est le PSG, soit elle ne reste pas, soit elle ne me parle pas. C’est comme ça. Quand Paris a perdu 6-1, la remontada, j’étais à Guingamp, je n’ai pas parlé et pas dormi pendant deux jours. J’étais dans un pire état que si mon équipe perdait. C’est ça le pire.”

Cela fait toujours du bien de sentir la passion chez un joueur quand il parle de son ancien club. Bodmer est abonné au Parc des Princes et semble vivre les matchs avec intensité, comme un supporter du PSG. Son récit sur la remontada montre bien qu’il est un passionné de la première heure, il a le club dans la peau. Cela montre bien que les émotions, en tant que supporters, ne sont pas réservées au public. Des anciens joueurs comme lui, restent des passionnés malgré leur carrière. Bodmer a eu la chance de jouer pour son club de cœur, cela a dû constituer un aboutissement même s’il n’aura au final pas laissé une trace impérissable. 

Bodmer «  Je pouvais être très bon à un moment, sortir du match juste après, revenir »

Ta période la plus forte était-elle au PSG ?

Bodmer : “Non, je dirais pas le plus fort, le mot n’est pas bon. C’est un peu présomptueux. Il y a eu des périodes où j’ai été très bon, que ce soit à Lille, Lyon ou Paris, et des périodes où j’ai été moins bon, même à Nice. J’étais un peu irrégulier comme joueur.

Comment l’expliques-tu ?

Je ne l’explique pas. C’était moi. Même dans un match, je pouvais être très bon à un moment, sortir du match juste après, revenir. Être très très bon un week-end, et le suivant, très mauvais. C’est ce qui a fait ma carrière aussi. Dans l’ensemble, j’ai fait plus de bons matchs que de mauvais. Sinon, je n’aurais pas fait autant de bons clubs. Après, les raisons, on peut en parler pendant 100 ans (…) À Paris, c’était moins le cas, j’arrivais à me dire qu’il fallait faire des choses simples, parfois assurer pour faire un match correct. Mais ça, on l’apprend avec l’âge et l’expérience.”

Bodmer est un joueur qui avait un profil intéressant, technique, grand avec des qualités certaines pour faire de belles choses sur le terrain. Mais il n’a pas eu une grande carrière. Contrarié par des blessures, mais aussi par son irrégularité qu’il n’hésite pas à aborder lui-même, il a tout de même réalisé beaucoup de belles choses. Il est passé par de grands clubs, preuve que sa carrière n’a rien de banale. S’il ne se cache pas, il ne se l’explique pas, c’est comme ça. Des fois, il ne faut pas chercher plus loin, tout le monde n’a pas l’ambition d’un Cristiano Ronaldo ou de Kylian Mbappé (attaquant du PSG de 22 ans) et parfois, Bodmer en fait parti, il y a des joueurs qui restent de bons joueurs sans jamais vraiment passer un cap. La carrière de footballeur est parfois difficile et Bodmer semble être ce joueur qui a joué par passion, il a fait une carrière honorable, c’est bien là l’essentiel pour lui.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Anciens