Restez connectés avec nous
Des doutes face au manque de force du PSG dans une période agitée

Autour du PSG

Des doutes face au manque de force du PSG dans une période agitée

C’est fait, Hatem Ben Arfa a craqué. Celui que l’on loue depuis le début de saison pour son attitude irréprochable n’en pouvait plus de se taire et de laisser les autres s’exprimer à sa place. Dans une vidéo, sur un ton monocorde et sans animosité il le clame, il veut qu’on lui donne sa chance, qu’importe la position sur le terrain (ce qui plaira à ceux qui estiment qu’il ne peut pas jouer en 9).

Est-ce une faute d’agir de la sorte ? C’est quand même relativement inédit sur la forme. On peut s’interroger sur la façon dont cette initiative a été perçue par l’état major parisien.

Quid du responsable de la communication du club, du directeur du football, du directeur sportif ? Est-ce à dire que la communication quasi permanente du coach avec ses joueurs (dixit ses propres propos) n’a pas été suffisante avec Ben Arfa ? Est ce qu’on est le droit d’aimer son club tout en ayant la lucidité de soulever des points d’interrogation sans avoir droit aux sempiternelles « défendez le club au lieu de le critiquer »?

L’actualité parisienne a été faite de nombreuses petites polémiques récemment.

Cette trêve internationale, le PSG a involontairement décidé de la ponctuer de micro évènements. Avant Ben Arfa, c’est Donato Di Campli, l’agent de Marco Verratti, qui nous a gratifié de l’épisode 15 de la série « Marco va rester mais veut partir ».

Posez vous la question de savoir si ce genre d’événements arrivent dans d’autres clubs, et si oui quelles sont les réactions des clubs concernés? Il y a quelques mois alors que Anthony Martial était en délicatesse à Manchester United, son entraîneur José Mourinho lui conseillait de « moins écouter son agent et plus son coach« .

Est-ce que ce conseil pourrait s’appliquer à l’Italien ? Tout le monde aime Marco, tout le monde reconnaît son talent mais alors que celui-ci souhaite un club ambitieux, quels sont ses faits d’armes avec Paris en Champions League ?

Enfin revenons sur Serge Aurier, un temps décrit comme l’un des meilleurs latéraux du monde alors que le PSG écrasait tout sur son passage en France se trouve depuis plusieurs mois dans une position délicate. Celui-ci peine à retrouver un niveau digne d’un club de haut niveau et se retrouve en concurrence avec un parfait inconnu à la base. Thomas Meunier, l’international belge qui a redistribué les cartes côté droit. Aurier ne supporte pas cette situation et le temps qu’il a mis face à Lorient pour remplacer son coéquipier (environ 8mn pour se changer et entrer en jeu) le prouve.

Avant tout ça il y a eu des histoires extra sportives qui ont émaillées l’année 2016 de l’Ivoirien et qui ont forcément une influence sur ses performances.

Mais une question revient avec insistance, que fait la direction parisienne ?

Al-Khelaïfi a expliqué qu’il y aurait du changement à l’inter saison. La dernière fois qu’il a dit ça, Laurent Blanc a été demis de ses fonctions. Alors est-ce le sort qui sera réservé à Unai Emery. Pas si sûr. Cela dépendra toutefois du nombre de trophées glanés à la fin de saison. Mais on aimerait au delà du cas de l’entraîneur que le président se dote de spécialistes à chaque poste.

Il y a un réel souci de gouvernance dans le club. Depuis la sortie de Ben Arfa, personne n’a réagit au club, on va peut-être avoir le droit à un article du Parisien, expliquant « qu’au sein du club, la vidéo n’a pas été bien prise et que les dirigeants vont rencontrer l’ex niçois etc » … Mais à force de vouloir lisser son image, on finit par être transparent.

Le président parisien a certainement besoin d’un organigramme plus fort.

Nous nous répétons, mais l’amour de son club n’empêche pas d’observer les faits avec lucidité. Al-Khelaïfi ne peut pas être partout et a besoin d’un vrai relai dans le secteur sportif.

D’abord parce qu’il a des liens avec les joueurs qui l’empêchent d’être partial, ensuite parce que ni Kluivert(empêtré dans une histoire de chantage et de paris truqués au passage) , ni Letang n’ont l’étoffe ni la légitimité pour être les responsables du secteur sportif au PSG. C’est quand même incroyable d’avoir confié la direction du football à un novice quand on a l’ambition d’être sur le toit de l’Europe ?

Alors dans ce marasme tout relatif car loin de moi l’idée de broyer du noir, et bien Ben Arfa « craque », Aurier dérape, et Verratti et son agent entretiennent le doute. Ajoutez à cela, des prolongations qui peinent à se confirmer (Rabiot, Cavani, Marquinhos ?) et vous avez une idée de l’état d’esprit ambiant.

Le doute, le dénominateur commun des maux parisiens, qui a trouvé dans la débâcle barcelonaise son plus beau et tragique symbole.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG