Restez connectés avec nous
Edito - Marquinhos : quel est le bilan de sa saison ?
©IconSport

Autour du PSG

Edito – Marquinhos : quel est le bilan de sa saison ?

Le Paris Saint-Germain vit une fin de saison compliquée, l’élimination 8e de finale de la Ligue des Champions, la défaite en Coupe de France et le sacre quasi-assuré en Ligue 1, tout semble joué. Mais il reste des interrogations. Marquinhos, capitaine et âme de ce PSG, vit une saison compliquée au niveau collectif. Alors qu’individuellement, il était au top, sa fin de saison a quelque peu été contrariée lors du match retour contre le Real Madrid, où il a sombré avec ses coéquipiers. Quel bilan pour la saison de Marquinhos ?

Des statistiques.

Edito - Marquinhos : quel est le bilan de sa saison ?

Statistiques générales.

Minutes jouées cette saison 2021/2022.

  1. Kimpembe – 3120 minutes jouées
  2. Marquinhos – 2951 minutes jouées
  3. Danilo – 2209 minutes jouées
  4. Kehrer – 1762 minutes jouées
  5. Abdou Diallo – 1221 minutes jouées
  6. Sergio Ramos – 393 minutes jouées

Ballons touchés.

  1. Marquinhos – 2692 – 82 par match en moyenne
  2. Kimpembe – 2567 – 71 par match en moyenne
  3. Danilo – 1666 – 54 par match en moyenne
  4. Kehrer – 1223 – 41 par match en moyenne
  5. Diallo – 944 – 59 par match en moyenne
  6. Sergio Ramos – 436 – 62 par match en moyenne

Buts et passes décisives (2021/2022).

  1. Danilo – 5 buts et 0 passe décisive
  2. Marquinhos – 3 buts et 1 passe décisive
  3. Kimpembe – 2 buts et 1 passe décisive
  4. Kehrer – 2 buts et 0 passe décisive
  5. Sergio Ramos – 1 but et 0 passe décisive
  6. Diallo – 0 but et 1 passe décisive

Buts encaissés par le PSG quand le joueur est sur le terrain / Buts encaissés par match et minutes jouées.

  1. Kimpembe – 35 buts encaissés / 1 par match / 1 but toutes les 89 minutes
  2. Marquinhos – 32 buts encaissés / 0.96 par match / 1 but toutes les 92 minutes
  3. Danilo – 25 buts encaissés / 0.8 par match / 1 but toutes les 88 minutes
  4. Kehrer – 19 buts encaissés / 0.63 par match / 1 but toutes les 93 minutes
  5. Diallo – 12 buts encaissés / 0.75 par match / 1 but toutes les 102 minutes
  6. Sergio Ramos – 2 buts encaissés / 0.29 par match / 1 but toutes les 197 minutes

Marquinhos est le troisième joueur à avoir le plus joué. Mbappé est premier et Presnel Kimpembe, second. Le brésilien s’est rarement reposé. D’ailleurs, on le voit, Danilo est le 3e homme à avoir le plus joué parmi les défenseurs, mais il a joué 742 minutes de moins que Marquinhos. On s’aperçoit que la concurrence n’a pas été mise en place. Kehrer et Diallo sont respectivement à plus de 1200 et 1700 minutes de temps de jeu en moins. Un gouffre. 

Pour les autres statistiques, la difficulté est bien présente. Marquinhos et Kimpembe ont beaucoup joué et se sont donc exposés à plus de buts que les autres. Au niveau du jeu avec le ballon, Marquinhos est largement en tête au nombre de ballons joués par match. Il est le joueur le plus fiable dans ce domaine avec une qualité technique au-dessus de la moyenne et une volonté de repartir de derrière avec une belle qualité de relance.

Statistiques défensives.

Edito - Marquinhos : quel est le bilan de sa saison ?

Fautes commises / Carton Jaune / Carton rouge.

  1. Kimpembe – 36 / 9 / 0
  2. Danilo – 25 / 6 / 0
  3. Kehrer – 22 / 3 / 0
  4. Diallo – 18 / 2 / 0
  5. Marquinhos – 8 / 3 / 0
  6. Sergio Ramos – 7 / 2 / 1

Interception.

  1. Kimpembe – 67
  2. Marquinhos – 57
  3. Danilo – 43
  4. Kehrer – 31
  5. Diallo – 22
  6. Sergio Ramos – 5

Tacles réussis.

  1. Kimpembe – 27
  2. Diallo – 27
  3. Marquinhos – 25
  4. Kehrer – 24
  5. Danilo – 21
  6. Sergio Ramos –

% de duels aériens gagnés.

  1. Diallo – 77.3 %
  2. Sergio Ramos – 70 %
  3. Kimpembe – 66.7 %
  4. Danilo – 66.7 %
  5. Kehrer – 64.4 %
  6. Marquinhos – 50.6 %

% Pressing sur l’adversaire qui permet de récupérer le ballon.

  1. Sergio Ramos – 52.5 %
  2. Kehrer – 38.4 %
  3. Diallo – 37.2 %
  4. Marquinhos – 32.8 %
  5. Danilo – 29 %
  6. Kimpembe – 28.4 %

Ce qui est admirable avec Marquinhos, c’est sa propreté dans ses duels. Il n’a commis que 8 fautes en 33 matchs, 3 cartons jaunes. Il fait une faute tous les 4 matchs environ, ce qui le rend indiscutable. Quand on observe ses équipiers qui ont le plus joué, les chiffres sont tout autres, notamment Kimpembe qui a fait 28 fautes de plus et Danilo 17 de plus. Même Sergio Ramos avec seulement 7 matchs au compteur est à une faute du brésilien. Une propreté rare dans les duels, c’est une des grandes caractéristiques de Marquinhos. Parce que dans les gestes défensifs, les données ne sont pas toujours aussi claires. 

Il intercepte moins de ballons que Kimpembe, réussi moins de tacles aussi et son pourcentage de duels aériens remportés est le plus faible de la sélection de défenseurs. Avec 50.6 duels aériens remportés, il est anormalement bas. On note aussi qu’il n’est pas le meilleur pour récupérer un ballon après un pressing. Il est tout de même au-dessus de Kimpembe et Danilo, les joueurs ayant le plus joué avec lui cette saison. Mais finalement, les trois autres obtiennent de meilleurs résultats de leur pressing, avec notamment une mention spéciale pour Sergio Ramos. L’Espagnol a peu joué, mais à chaque fois qu’il l’a fait, il a montré sa force dans les duels.

Nombres de ballons perdus récupérés.

  1. Marquinhos – 239
  2. Kimpembe – 217
  3. Danilo – 188
  4. Kehrer – 103
  5. Diallo – 74
  6. Sergio Ramos – 39

Balles contrées par match.

  1. Marquinhos – 1.87 par match
  2. Diallo – 1.25 par match
  3. Kimpembe – 1.02 par match
  4. Danilo – 0.87 par match
  5. Kehrer – 0.77 par match
  6. Sergio Ramos – 0.14 par match

Tirs contrés par match

  1. Marquinhos – 0.91 par match
  2. Kimpembe – 0.67 par match
  3. Danilo – 0.4 par match
  4. Diallo – 0.38 par match
  5. Kehrer – 0.33 par match
  6. Sergio Ramos – 0 par match

Passes interceptées par match.

  1. Marquinhos – 0.97 par match
  2. Diallo – 0.88 par match
  3. Danilo – 0.48 par match
  4. Kehrer – 0.43 par match
  5. Kimpembe – 036 par match
  6. Sergio Ramos – 0.14 par match

Dégagements par match.

  1. Marquinhos – 3.33 par match
  2. Kimpembe – 2.78 par match
  3. Diallo – 1.56 par match
  4. Sergio Ramos – 1.29 par match
  5. Kehrer – 1.13 par match
  6. Danilo – 1.06 par match

Mais Marquinhos est un joueur qui a du tempérament et le PSG a de la chance de l’avoir tant, il arrive à performer sur de nombreux domaines. Il est par exemple le joueur qui récupère le plus de ballons, devant Danilo et Kimpembe. Les autres ont moins joué, mais la tendance est claire. Marquinhos est aussi le joueur qui contre le plus ballons par match, loin devant Diallo et Kimpembe. Les autres sont encore largement en dessous du brésilien. Sur les tirs adverses contrés, là encore, Marquinhos est largement au-dessus de la concurrence. Il a cette capacité à jaillir et à se battre jusqu’au bout. 

Les autres sont tout simplement moins promptes dans ce genre de situation, où on a souvent constaté un manque d’investissement ou encore des joueurs souvent trop en retard pour intervenir. Pour compléter la razzia de Marquinhos, il est numéro 1 sur les passes interceptées et les dégagements. On se rend compte que son coéquipier, Kimpembe est derrière lui dans chacun de ces domaines. Si le français apparaît plus solide quand il s’agit de dégager le ballon (2e derrière Marquinhos), il est par contre très loin quand il s’agit d’intercepter des passes. Marquinhos est explosif et possède un très bon placement dans sa zone défensive. Kimpembe a des qualités, mais reste moins complet et plus sujet aux erreurs.

Statistiques offensives.

Actions menant à un tir par match.

  1. Marquinhos – 0.55 par match
  2. Danilo – 0.55 par match
  3. Sergio Ramos – 0.43 par match
  4. Diallo – 0.38 par match
  5. Kimpembe – 0.36 par match
  6. Kehrer – 0.3 par match

Actions menant à un but.

  1. Sergio Ramos – 0.14 par match
  2. Diallo – 0.13 par match
  3. Marquinhos – 0.09 par match
  4. Kimpembe – 0.03 par match
  5. Kehrer – 0.03 par match
  6. Danilo – 0 par match

Ballons touchés dans la surface de réparation adverse.

  1. Sergio Ramos – 5 – 0.71 par match
  2. Danilo – 22 – 0.71 par match
  3. Marquinhos – 23 – 0.70 par match
  4. Kehrer – 18 – 0.60 par match
  5. Diallo – 9 – 0.56 par match
  6. Kimpembe – 12 – 0.34 par match

Passes qui parcourent plus de 40 mètres dans la largeur du terrain.

  1. Sergio Ramos – 2.86 par match
  2. Marquinhos – 2.18 par match
  3. Danilo – 0.97 par match
  4. Diallo – 0.88 par match
  5. Kimpembe – 0.69 par match
  6. Kehrer – 0.43 par match

Passes effectuées sous pression adverse.

  1. Danilo – 6.70 par match
  2. Marquinhos – 6.36 par match
  3. Diallo – 4.88 par match
  4. Kimpembe – 4.81 par match
  5. Sergio Ramos – 4.71 par match
  6. Kehrer – 3.2 par match

% réussite passes courtes (5 à 15 mètres).

  1. Kehrer – 97.4 %
  2. Marquinhos – 96.9 %
  3. Kimpembe – 96.7 %
  4. Sergio Ramos – 94.9 %
  5. Danilo -94.6 %
  6. Diallo – 92.2 %

% réussite passe moyenne (15 à 30 mètres).

  1. Kimpembe – 97.6 %
  2. Marquinhos – 96.4 %
  3. Sergio Ramos – 96 %
  4. Danilo – 95.3 %
  5. Kehrer – 95 %
  6. Diallo – 92.5 %

% réussite passe longue (+30 mètres).

  1. Danilo – 89.4 %
  2. Sergio Ramos – 88.8 %
  3. Kimpembe – 88.7 %
  4. Kehrer – 84.1 %
  5. Marquinhos – 80.1 %
  6. Diallo – 72.8 %

Passes vers l’avant par match qui permettent de faire avancer le ballon de plus de 10 mètres (total 2021/2022).

  1. Sergio Ramos – 5
  2. Diallo – 3.75
  3. Kimpembe – 2.66
  4. Marquinhos – 2.63
  5. Danilo – 1.42
  6. Kehrer – 1.13

Des statistiques qui concernent moins un défenseur, mais qui fait partie tout de même du bagage du défenseur moderne, les actions menant à un tir ou à un but. Marquinhos est plus dangereux que ses partenaires sur la globalité. Il mène plus d’actions que les autres et crée plus de danger. Il reste toujours plus offensif que Danilo et Kimpembe. On remarque que Sergio Ramos possède aussi un jeu qui va de l’avant avec l’envie d’aller au bout des actions. Mais son faible nombre de matches, empêche une analyse plus approfondie. 

Marquinhos touche deux fois plus de ballons dans la surface que Kimpembe, les deux profils sont bien différents. La encore, Sergio Ramos est premier dans cette statistique. Il a peu joué, mais a tout de même montré en peu de matches qu’il gardait son âme offensive intacte. Danilo, touche plus de ballons dans la surface que Marquinhos, mais il faut aussi relativiser les rôles de chacun. Le Brésilien a exclusivement joué défenseur alors que le Portugais a fait de nombreux matchs au milieu. 

Mais Marquinhos ne s’arrête pas là. Il est le joueur à faire le plus de renversement de jeu (plus de 40 mètres) cette saison, juste derrière Sergio Ramos. Si l’Espagnol a vite pris le leadership dans ce domaine, Marquinhos est le seul à avoir des qualités similaires. Les autres défenseurs du PSG prennent moins de risques et font généralement tourner la balle avec des passes plus simples. Marquinhos est aussi au top quand il s’agit d’analyser les passes effectuées sous pressing adverse, mais cette fois, c’est le légitime Danilo qui fait mieux que lui. 

Au niveau des passes courtes, moyennes et longues, le capitaine parisien est toujours sur le haut du tableau, excepté pour les passes longues où il est un peu à la traîne. C’est vrai que son jeu long n’a pas été sa meilleure arme cette saison. Cela a pu jouer aussi au moment de sauter le milieu quand le match était cadenassé. Une « contre-performance qui se retrouve aussi sur le nombre de passes par match qui vont vers l’avant (sur un total de plus de 10 mètres). Il n’est que 4e devant Danilo et Kehrer, mais en dessous de KimpembeDiallo et très loin de Sergio Ramos.

Edito - Marquinhos : quel est le bilan de sa saison ?

Marquinhos l’âme du PSG.

Les statistiques de Marquinhos, ne sont pas toutes exceptionnelles. Il a commencé à baisser de pied depuis février. Il a sûrement accusé le coup après de nombreux matchs joués, sans que la concurrence vienne le faire souffler, Mauricio Pochettino en a décidé autrement. Marquinhos ne lâche jamais rien et il est le défenseur le plus régulier. Il compense beaucoup les largesses de ses coéquipiers et le prouve par sa grinta et sa spontanéité. 

Cependant, il a aussi manqué un peu de qualités sur la saison. Moins performant sur les longues passes, qui sont pourtant de qualités généralement chez lui, il reste tout de même le défenseur le plus fiable. Toujours là pour contrer un adversaire, pour intercepter un ballon. Ses qualités de passes, mais aussi offensives lui permettent d’être aussi sur tous les fronts. Peut-être un peu trop. 

À force de ne compter que sur lui, le Brésilien a montré qu’il ne peut pas performer partout. Il a tant à gérer dans cette défense qu’il n’a pas été aussi performant individuellement dans tous les domaines. La preuve, son jeu de tête, une de ses armes principales, a été un point faible cette saison, offensivement et défensivement. Mais le capitaine est là, il est propre, il

Edito - Marquinhos : quel est le bilan de sa saison ?

05 MARQUINHOS (psg) during the Ligue 1 Uber Eats match during Paris and Lille at Parc des Princes on October 29, 2021 in Paris, France. (Photo by Philippe Lecoeur/FEP/Icon Sport) – Parc des Princes – Paris (France)

relance bien et surtout, il a beaucoup influé sur les matchs où Paris subissait de nombreuses vagues. Il est à Paris depuis 2013, il n’avait que 19 ans. Il veut terminer sa carrière au PSG, ce qui montre son attachement et sa force. Il est le symbole du PSG, qui se veut propre et parfois un peu trop lisse. 

Cela a pu lui jouer des tours comme capitaine. Il n’a pas assez secoué ses coéquipiers, mais ce n’est pas dans ses cordes. Il nuance, il encourage, mais n’a pas cette qualité pour piquer ses coéquipiers et les remotiver quand tout va de travers. En cela, il est aussi un peu responsable de la saison parisienne. Il aurait pu pousser un coup de gueule, tout le monde aurait compris. Sa fiabilité le rend incontournable, il fait progresser les joueurs autour de lui. Il est là, il se dresse comme l’un des meilleurs joueurs de la saison au PSG. 

Mais il faut aussi aborder ce 8e de finale retour de la Ligue des Champions. Si on refuse de juger des Neymar, Messi and co sur des matchs de Ligue 1, pour se concentrer sur les matchs qui « comptent » aux yeux des joueurs et des médias, il faut faire la même chose pour Marquinhos. Malheureusement pour lui, il a déjoué dans le match le plus important de la saison du PSG. Contre Madrid, il a pris l’eau en fin de match. Il n’a pas eu les nerfs assez solides pour empêcher la « furia Benzema ». C’est un regret, même s’il ne faut pas tout jeter, ce sont des choses à prendre en compte pour faire avancer le club. 

Il est aussi l’un des joueurs à avoir connu tous les échecs retentissant du PSG depuis 2017.

Il a connu la remontada de 2017, l’échec contre Madrid en 2018, le terrible échec contre Manchester United en 2019 au Parc des Princes. En 2020, il a participé à la finale de la Ligue des Champions et en 2021, il a joué une demi-finale. En 2022, il a donc connu un 4e échec de rang, en 6 ans. Seul Marco Verratti, peut en dire autant. Alors, il n’y a pas de raccourcis à faire, les échecs ne sont pas de son propre fait. Mais on sait que ce genre de résultat a un impact sur la confiance à long terme. Marquinhos sait désormais que tout est possible et souvent, la moindre vague adverse peut mettre le doute. Mais il y a une autre lecture possible. 

Le PSG a à chaque fois échoué quand il était favori et a plus performé quand personne n’y croyait (sauf en 2020 et 2021). C’est un problème. Le PSG a outrageusement dominé le Real Madrid cette saison, alors que personne n’y croyait. Mais à la mi-temps du match retour, personne ne croyait que le Real Madrid pourrait le faire, le PSG est passé favori et le PSG s’est effondré, comme en 2017/2018/2019. Il faut en faire le constat même si Marquinhos ne peut être tenu responsable de cela, il est tout de même concerné. 

Edito - Marquinhos : quel est le bilan de sa saison ?

Marquinhos of FC PSG in action during the UEFA Champions League Round of 16 match between Paris Saint-Germain and FC Barcelona at Parc des Princes, on March 10, 2021 in Paris, France. Photo by David Niviere/ABACAPRESS.COM
Photo by Icon Sport – MARQUINHOS – Parc des Princes – Paris (France)

Ce qui est paradoxal, c’est que Marquinhos a réussi en 2020, avec le Final 8, un tournoi de très grandes qualités. Le format match sec semble mieux correspondre au profil des Parisiens qui réussissent souvent des matchs aller incroyable avant de s’effondrer au retour. Seul phénomène qui vient contrecarrer cela, la campagne européenne en 2021. Le PSG a battu coup sur coup le FC Barcelone et le Bayern Munich. À chaque fois, on a vu un très grand Marquinhos. Mais à chaque fois, le PSG n’était pas l’immense favori. 

Ce PSG-là acquiert de l’expérience, mais semble résigné à ne se souvenir que des moments les plus difficiles. Il faut des joueurs qui puissent venir aider à reprendre confiance. Sergio Ramos avait ce profil, mais il n’a pas pu prendre part à la saison européenne à cause de blessures à répétition. Il faut sortir du cercle vicieux et réussir à gagner en se montrant supérieur à l’adversaire. Le club parisien le montre presque à chaque fois au match aller. Il faut maintenant trouver des ressources pour le faire aussi lors des matchs retour. Marquinhos doit franchir un cap dans ses matchs-là, en jouant plus haut et avec plus de confiance.

Conclusion.

Il ne manque pas grand-chose à Marquinhos pour être le joueur ultime, mais il peut encore progresser. Notamment dans la gestion de l’équipe, gérer les temps forts, les temps faibles, dans les matchs de haute intensité. Il doit aussi être plus épaulé défensivement. Il ne peut pas être partout, apporter offensivement et être là pour intercepter, contrer ou sauver son équipe. Il a besoin de relai au niveau du leadership. Il n’a pas le tempérament pour crier sur ses partenaires pour les secouer, mais aucun autre joueur (hormis Danilo) ne l’a vraiment fait cette saison. Tout le monde a sombré en silence contre Madrid, des stars au capitaine en passant par le meilleur gardien du dernier Euro, Gianluigi Donnarumma. 

Les leaders se sont éteints au pire moment. Accuser le leadership de Marquinhos n’est peut-être pas la solution. Il faut qu’il en ait conscience pour progresser dans ce domaine, mais c’est toute une équipe qui doit prendre ses responsabilités.

 Pourquoi aucun joueur n’a pas recadré tout le monde contre le Real Madrid ? Il y a pourtant des joueurs qui ont de l’expérience, Messi, Neymar et d’autres qui aspirent à plus de responsabilités, Mbappé. Au niveau de la défense, Kimpembe est le vice capitaine. L’a-t-on entendu ? Non. Et Marco Verratti ? Non plus. L’entraîneur du PSG doit constater cette faiblesse individuelle et ce manque de soutien collectif quand les choses tournent mal. Mais si Marquinhos est en partie responsable, on ne peut pas tout lui mettre sur le dos, ce serait trop facile.

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Autour du PSG