Restez connectés avec nous
Eric Roy "le PSG d'Emery me semble en retard par rapport à celui de Blanc"

Autour du PSG

Eric Roy « le PSG d’Emery me semble en retard par rapport à celui de Blanc »

Lorsqu’Unai Emery a remplacé Laurent Blanc cet été au poste d’entraîneur du Paris Saint-Germain, on savait que des supporters et journalistes ne résisteraient pas au jeu des comparaisons (avec plus ou moins d’objectivité). Forcément, la défaite parisienne à Monaco dès la 3e journée de Ligue 1 a attiré les commentaires. Et pour le moment, le consultant Eric Roy (ancien joueur et entraîneur niçois notamment) n’est pas convaincu par ce « nouveau » PSG, qui est « en retard » sur celui de Laurent Blanc.

« Lors du Trophée des champions contre Lyon (4-1), le PSG semblait déjà très rodé au système d’Emery. Mais, depuis, le jeu est moins lisible. A Monaco, ils ont fini par payer les lacunes qui avaient été entrevues à Bastia (1-0) et contre Metz (3-0). Avec Laurent Blanc, l’équipe me semblait plus collective et affichait davantage de maîtrise et de maturité dans les moments difficiles. Dimanche, j’ai trouvé que certains joueurs tombaient parfois dans l’individualisme et qu’il y avait une sorte de nervosité. Je me pose aussi quelques questions sur l’animation.

Il est toujours intéressant de voir les latéraux très hauts, mais il y a une grosse prise de risque. Avec Blanc, les latéraux montaient moins. Cela me semblait plus équilibré. Je n’ai pas aimé non plus voir Di Maria et Lucas obligés de redescendre très bas pour toucher des ballons. Et dans cette volonté de jouer vite, on exploite également moins l’aisance de Motta et de Verratti. Ce dernier n’a pas la vitesse, les appuis et la capacité de dribbles pour jouer comme un n° 10.

Je me pose surtout des questions sur Ben Arfa. Quand Pastore est forfait, s’il n’est pas aligné, je me demande bien quand il jouera finalement. Mais je ne connais pas le quotidien des entraînements, ni les consignes d’Emery. Toujours est-il qu’aujourd’hui le PSG d’Emery me semble en retard par rapport à celui de Blanc. Ce qui n’est pas anormal puisque ce dernier connaissait bien ses joueurs. Il faut encore un peu de temps pour porter un jugement. »

Pour ce qui est d’un PSG moins « collectif », c’est surtout qu’Emery est moins intéressé par une longue possession de balle et veut attaquer plus vite. Il y a donc moins de passes, mais cela ne veut pas dire que ce n’est pas un jeu d’équipe. D’ailleurs, quand le pressing n’a pas été bien fait par tout le groupe à Monaco, on a vu les Parisiens en souffrance.

Et il y a des imperfections pour le moment, forcément. Les Parisiens ont joué 3 ans dans le même schéma et avec la même philosophie de jeu. Les joueurs connaissaient donc la « musique » par cœur. Emery amène du changement, il faut le temps de les apprendre et les maîtriser. Sans oublier qu’il doit faire avec préparations tronquées par les compétitions internationales et déjà quelques blessures.

Pour le moment, Paris a perdu en maîtrise. Mais il n’y a rien de surprenant. Et comparer les premiers d’Emery avec l’impression générale du parcours en Ligue 1 de la dernière saison de Blanc n’a pas vraiment de sens.

Et si l’on veut vraiment jouer aux comparaisons, autant prendre des éléments qui se ressemblent. Par exemple, les 3 premiers matchs de Ligue 1 de Blanc au PSG : 1-1 contre Montpellier puis Ajaccio, avant de s’imposer 1-2 à Nantes. Pas de défaite, certes, mais rien de flamboyant dans le jeu (et moins de points) contre des adversaires modestes. Alors que Monaco est une des meilleures équipes de Ligue 1 et s’est préparée pour être prête dès le mois d’août puisqu’elle devait se qualifier en Ligue des Champions.

On peut aussi penser aux nombreux matchs nuls de la saison 2014-2015, mais les esprits se concentrent sur l’exceptionnelle 2015-2016. Et en effet, les 3 premiers matchs de championnat ont été remportés : 0-1 à Lille, 2-0 contre le Gazélec Ajaccio et 0-1 à Montpellier. Et à part que le premier match avait été gagné malgré le rouge de Rabiot à la 20e minute, ces rencontres n’avaient pas emballé grand monde.

Et puis, les « spécialistes » dont Roy comparent ici ce qui est pour le moment le pire match d’Emery au PSG avec les réussites de Laurent Blanc. Mais si on pense aux matchs loupés des Parisiens avec ce dernier (et il y en a), il est difficile de dire que c’était mieux qu’hier soir. Nous pouvons penser à la première mi-temps à Nantes la saison passée (8e journée). Certes le PSG s’est imposé 1-4, mais la première mi-temps était catastrophique. Et si Bammou n’avait pas trouvé le poteau à la 15e minute mais plutôt les filets, on se dit que le score finale aurait pu être bien moins plaisant.

Autre grand échec collectif en Ligue 1, il y a le déplacement à Lyon lors de la 28e journée. Un revers 2-1 où les Parisiens avaient été balayés dans le jeu pendant presque tout le match. Le PSG d’Emery n’a clairement pas été aussi mal dimanche contre Monaco. On pourrait continuer à comparer longtemps, mais le fait qu’il faut être patient.

Le coach espagnol vient d’arriver dans la capitale et doit encore faire passer sa philosophie de jeu et tester ce qui est faisable ou non avec son effectif. Ces premières semaines imparfaites ne sont pas une surprise. C’est pourquoi il est si surprenant de voir autant d’impatience.

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Autour du PSG