Restez connectés avec nous
Makonda souligne les "complémentarités" de l'équipe du PSG
©Iconsport

Autour du PSG

Makonda souligne les « complémentarités » de l’équipe du PSG

Malgré un onze titulaire n’ayant rien à envier aux plus grands clubs européens, le Paris Saint-Germain connaissait jusque-là toujours une baisse de performance plus ou moins marquée lorsqu’il faisait tourner son effectif. Mais les derniers mercatos ont renforcé très qualitativement l’équipe emmenée par Mauricio Pochettino et la dernière rencontre européenne face au tenant du titre, le Bayern Munich, en a apporté définitivement la preuve (qualification obtenue en demi-finale de la Ligue des Champions à revivre ici). Aussi impliqués, concernés et complémentaires les uns que les autres, les joueurs du PSG affichent à présent un visage aussi combattif que solidaire. Tripy Makonda, ancien Titi du PSG de 2002 à 2011 aujourd’hui latéral gauche au FC Blue Boys Muhlenbach (Luxembourg), est revenu pour Le Parisien sur l’équilibre actuel parisien.

Makonda « Pochettino a sa part de responsabilité là-dedans.”

“Avec ce PSG, ce qui est bien, c’est qu’on a des complémentarités au milieu, des connexions. Gueye est un chasseur de têtes. Il chasse en avant. Tu as Paredes qui est plus dans la récupération. Danilo aussi a une bonne complémentarité avec Gueye. À Munich, il avait été maître dans les airs. Et puis, il y a Verratti, le chef d’orchestre. Il donne le tempo, trouve Neymar entre les lignes adverses. On a plusieurs profils, c’est une chance, ces milieux arrivent à s’accepter et jouer ensemble. Pochettino a sa part de responsabilité là-dedans.”

Avec deux absents de marque au coup d’envoi, le capitaine brésilien Marquinhos (blessé) et le génial milieu de terrain Marco Verratti (remplaçant en retour de Covid), sans Alessandro Florenzi ni Juan Bernat sur les côtés, le secteur défensif du PSG, sur le papier, n’offrait guère de garantie face à l’armada bavaroise (hormis Saint Navas dans les buts bien entendu). Et pourtant, Mitchel Bakker à gauche, Colin Dagba à droite, Danilo Pereira au centre et la paire Paredes-Gueye au milieu ont tous été au niveau attendu dans une telle affiche, en quart de finale de la Ligue des Champions entre le tenant du titre et le dernier finaliste.
Et la nouvelle force du PSG est peut-être à chercher de ce côté avec un rééquilibrage de ses forces donnant un collectif plus qu’une somme de très bons joueurs mis bout à bout.

A la vue de la différence de caractère affiché entre le début de la saison et en ce mois d’avril, il est difficile de ne pas y voir, au moins en partie, l’influence du coach argentin arrivé début janvier en lieu et place de Thomas Tuchel, parti depuis à Chelsea. Avec cette confiance et cet élan retrouvés, le PSG peut regarder tous ses adversaires dans les yeux et possède encore ses chances de remporter le championnat national. Et compte tenu de la courbe d’évolution qu’emprunte actuellement le club parisien, nul doute que la saison prochaine soit sans partage.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG