Restez connectés avec nous
Mickeler évoque la possibilité d'un salary cap dans le football français

Autour du PSG

Mickeler évoque la possibilité d’un salary cap dans le football français

Depuis plusieues années, à part avec la crise due à l’épidémie du coronavirus, les chiffres du mercato dans le monde du football ont beaucoup augmenté, que ce soit au niveau des transferts ou des salaires. Invité de BFM Business, Jean-Marc Mickeler, président de la DNCG, a évoqué la possibilité de voir un jour un salary cap imposé aux clubs pour arrêter cette évolution.

Mickeler «je n’arrive pas à comprendre les présidents qui m’expliquent que leur modèle est de vendre joueur leurs joueurs forts à étranger.»

«C’est un discours que j’entends depuis des années. J’ai deux réponses. La première, c’est que le salary cap qu’on doit imaginer doit être global, pas par joueur, et permettra au club de recruter des talents particuliers et les payer au prix de marché. La deuxième, c’est que je n’arrive pas à comprendre les présidents qui m’expliquent que leur modèle est de vendre joueur leurs joueurs forts à étranger. Vous connaissez beaucoup d’industries qui développent leurs meilleurs brevets puis vendent tous les ans leurs brevets à la compétition ? Comment voulez-vous imaginer que vous allez construire le meilleur championnat en Europe ?»

Mickeler «ça vous rendra moins dépendant aux droits audiovisuels»

«C’est un argument que je n’ai jamais acheté et que j’achète encore moins aujourd’hui, alors que la capacité à vendre des joueurs s’est atrophié. Dès lors que vous réfléchissez à un nouveau modèle qui soit plus équilibré en exploitation, vous n’avez plus besoin de vendre vos meilleurs joueurs, vous pouvez les garder, créer de la sympathie chez supporters, remplir les stades de manière pérenne, vendre des produits dérivés et ça vous rendra moins dépendant aux droits audiovisuels, qui est une autre spécificité du football.»

L’aspect financier du football est sujet de débat qui revient très régulièrement. Les chiffres inquiètent et dérangent. Désormais, la plupart des transferts frôlent les 100 millions d’euros et il en va de même pour les salaires qui sont exorbitants. Mais comme à chaque fois, il faut rappeler que les clubs sont des entreprises. Avec la mise en place du Fair-Play Financier, il y a eu la volonté de limiter les dettes. Il faut que l’argent dépensé soit en adéquation avec les revenus engendrés. Le football est devenu un sport business, chaque contrat est important et certains clubs se sont même spécialisés dans la vente de joueurs.

À l’heure actuelle, imposé un salary cap n’aurait aucune utilité, puisque même si un club offre un salaire de 40 millions d’euros par an, c’est qu’il en a les moyens. Sans oublier le risque de voir diverses primes pour compenser. Que les chiffres soient exorbitants peut choquer, mais à titre d’exemple, un club comme le PSG paye une somme tout aussi impressionnante en impôt. Le football se développe, il y a donc aucune raison aujourd’hui de lui imposer un plafond financier. Empêcher ces entreprises de s’endetter et de dépenser à perte est certainement la chose la plus importante et c’est ce qui est déjà fait.

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Autour du PSG