Restez connectés avec nous
Perrin explique les difficultés du PSG "c'est le problème d'une saison mal enclenchée"
©Iconsport

Autour du PSG

Perrin explique les difficultés du PSG « c’est le problème d’une saison mal enclenchée »

La course au titre anime cette fin de saison, comme rarement ces dernières années. Le Paris Saint-Germain est moins souverain et Lille et Lyon réussissent à maintenir leurs positions avec des victoires plutôt régulières. De plus, Monaco, est en embuscade. Les commentaires vont bon train et Alain Perrin, entraîneur et aujourd’hui consultant est revenu dans L’Equipe du Jour sur les chances du PSG dans cette fin de championnat. Il souligne que l’aspect mental est très important. Il aborde les divers contrecoups qu’a subit le club.  

Perrin « Ils n’ont pas eu de récupération, de préparation. Ils réattaquent en n’étant pas prêts.« 

“Surpris par le PSG ? Oui et non. Car c’est le problème d’une saison mal enclenchée. La défaite contre Lens derrière le bon « Final 8 » et ça part en vrille. Ils n’ont pas eu de récupération, de préparation. Ils réattaquent en n’étant pas prêts. C’est cet ascenseur émotionnel qu’il faut maîtriser. Sur certains matches, comme à Manchester United, ils avaient déjà une grosse pression. Paris est un club très médiatisé, on met en avant les mini-crises. Ils ont la capacité individuelle de réagir mais ça laisse des traces sur les organismes. »

On ne le dit pas assez, mais dans le sport, il est toujours difficile de rester au sommet. Le PSG avait réussi une grande saison l’année dernière, 4 titres et une finale en Ligue des Champions. Comme le souligne Perrin, cela fait beaucoup émotionnellement. Ce qui est encourageant, c’est que le club s’est sorti plusieurs fois de grosses difficultés cette saison. Ils ont déjà failli sortir bredouilles des poules de la Ligue des Champions, mais ils se sont relevés. Ils auraient pu perdre pied après leurs premières défaites de la saison, mais ils n’ont rien lâché. 

Perrin « L’effectif du PSG est de haut niveau mais a été amputé plusieurs fois. »

« Et quand le Barça arrive, c’est encore le cas. On répond sur un match mais derrière il y a le contrecoup. Ce n’est pas physique, car on sait comment récupérer aujourd’hui, mais mental. Le système nerveux est touché, tu satures, il y a plus de calculs, tu as besoin d’une bouffée oxygène. Le changement d’entraîneur ? Il faut remettre les choses en place, recréer une dynamique. La saison a donc été une course à handicaps. L’effectif du PSG est de haut niveau mais a été amputé plusieurs fois (Verratti, Neymar) : ces blessures ont réduit les possibilités de rotation.“

Bien sûr, le PSG n’a jamais enregistré autant de blessures que cette saison. Sans que cela soit une excuse, c’est un fait qui a relativement mis à mal les plans du club. Pour Perrin, jouer sans Neymar et Marco Verratti (attaquant de 28 et milieu de 28 ans), pour ne citer qu’eux est en soi une problématique à laquelle il est difficile de pallier. Pour ne rien simplifier, le PSG a changé d’entraîneur avec les ajustements que cela nécessite. 

De plus, l’absence de pause après une finale de Ligue des Champions et les émotions qui vont avec sont aussi des facteurs très importants. On minimise trop souvent le côté psychologique du sport. Et comme Perrin le souligne, quand on démarre mal une saison, il est difficile de corriger les problématiques. Avec les matchs tous les 3 jours, il y a peu de temps au travail. Et les défaites amènent le doute. Il y a plusieurs facteurs qui expliquent les difficultés parisiennes.

Perrin « Certaines disposent d’un ou deux jokers même si Paris en a déjà grillé un, dimanche. »

“Les oppositions directes car on peut penser que ces équipes peuvent réussir un sans-faute dans les dernières journées. Certaines disposent d’un ou deux jokers même si Paris en a déjà grillé un, dimanche. Lille a bien trois déplacements chez ses concurrents mais aujourd’hui, avec les huis clos, ça change la donne.“

Personne ne peut dire comment cela va se finir. Il reste encore trop de matchs, des confrontations entres les 4 premiers, et des courbes de formes qui pourraient s’inverser. Tout est une histoire de cycles. Mais plus la fin du championnat approche, plus les équipes ont des certitudes ou des doutes. Il vaut mieux aborder ces 12 derniers matchs en étant premier comme Lille que comme Monaco qui n’est que 4e. De plus, le PSG a de l’expérience et cela peut jouer face à des équipes plus jeunes. Perrin souligne que même les matchs à domicile et à l’extérieur ont perdu de leur intérêt avec les huis clos généralisés. 

Il ne reste plus qu’à attendre et regarder journées par journées. Et l’on pourrait vivre une fin de saison de grande qualité avec les mots d’ordre, suspense et émotion. l‘avantage pour Paris, c’est que pour une fois, s’il arrivait en tête, le titre aurait une saveur particulière, acquis dans la douleur. C’est aussi ça le lot des grandes équipes. Les joueurs de la capitale en ont les ressources, il ne reste plus qu’à aller les puiser au plus profond d’eux même.

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Autour du PSG