Restez connectés avec nous
Pierre Ménès "L'arbitrage vidéo, à l’arrivée, ça supprime deux conneries"

Autour du PSG

Pierre MĂ©nès « L’arbitrage vidĂ©o, Ă  l’arrivĂ©e, ça supprime deux conneries »

A l’occasion de la finale de la Coupe de la Ligue, samedi soir, l’arbitre ClĂ©ment Turpin, a eu plusieurs fois recours à l’arbitrage vidĂ©o. RemportĂ©e 3-0 par le Paris Saint-Germain, cette opposition Ă  l’AS Monaco a donnĂ© plusieurs cas compliquĂ©. Certains se sont plaints de cette assistance vidĂ©o. Mais Pierre MĂ©nès, journaliste de Canal+, en a fait l’Ă©loge sur son blog.

« Je constate que ça chouine beaucoup autour de l’arbitrage vidéo. J’ai lu des trucs proprement ahurissants : que ça prend trop de temps, que ça supprime l’émotion… Oui mais à l’arrivée, ça supprime deux conneries. Alors il faut savoir ce qu’on veut. Et puis on est encore en phase d’expérimentation »

Pour Pierre MĂ©nès, l’arbitrage vidĂ©o d’hier soir Ă  permis d’Ă©viter 2 grosses erreurs qui auraient Ă©tĂ© commises sans. Tout d’abord, l’une des premières action du match Ă  l’origine du premier but parisien, le penalty sur Kylian MbappĂ©. FauchĂ© dans la surface par Kamil Glik, le ballon arrive dans les pieds de Rabiot, clairement en position de hors-jeu. Cette action a provoquĂ© le dĂ©bat et Mr ClĂ©ment Turpin s’est tournĂ© vers la VAR pour confirmer la dĂ©cision de penalty. La deuxième « potentielle » erreur aurait pu ĂŞtre la rĂ©duction du score par les monĂ©gasques. Falcao, qui croyait avoir rĂ©duit le score Ă  la 37e minute, a finalement vu son but refusĂ© grâce, encore une fois, Ă  la VAR. Ces 2 dĂ©cisions prises ont donc une incidence claire sur le match, mais c’est tant mieux, puisque l’on Ă©vite des injustices. MĂ©nès revient en dĂ©tails sur ces cas.

« Il y a zéro polémique sur le penalty provoqué par Mbappé »

« Il faut quand même connaître un peu le règlement avant de l’ouvrir. Au moment où Glik fait faute, l’attaquant parisien n’a pas perdu le ballon. Il n’est donc pas question de parler du hors-jeu de Rabiot, qui est réel mais n’intervient qu’après la perte de balle de Mbappé. Et si Mbappé perd le ballon, c’est parce qu’il est fauché par Glik. CQFD. »

Une action qui semblait pourtant claire et simple. En apparence seulement car si MbappĂ© avait simulĂ© et que Rabiot marquait, le but aurait sĂ»rement Ă©tĂ© validĂ© sans voir la position de hors-jeu ou mĂŞme la simulation. Tous ces points ont permis de faire douter Mr Turpin qui en a donc conclu, après consultation de la vidĂ©o, qu’il y avait penalty. Qui aurait aussi pu ĂŞtre oubliĂ©. Il est simplement dommage qu’il y ait eu de la confusion.

« A priori sur les images l’attaquant colombien est hors-jeu de peu. »

« Je suis un peu moins enthousiaste à propos de cette décision-là, comme je le suis globalement sur la prestation globale de Clément Turpin. Si c’est ça qui va nous représenter à la Coupe du Monde, on n’est pas sorti des ronces. »

Contrairement Ă  la première, cette dĂ©cision est en effet plus complexe. D’abord accordĂ© sans soucis, le but est remis en question dans la cabine des techniciens vidĂ©os. Falcao, semble en effet hors-jeu. De très peu finalement,. Mr Turpin dĂ©cide donc de ne pas accorder le but, dĂ©cision qui achèvera sans doute les MonĂ©gasques dans une fin de première pĂ©riode oĂą ils ont fait le maximum pour rĂ©duire le score et ils ont eu du mal Ă  s’en remettre.

Reste aux joueurs Ă  apprendre Ă  jouer avec cette technologie. Certains diront que des revirements de situations peuvent dĂ©moraliser les joueurs. Mais ceux qui ont subi des erreurs d’arbitrages injustes ont aussi pu ĂŞtre dĂ©goĂ»tĂ©. La remontada est un bel exemple et il y a en malheureusement beaucoup.

3 - 0
Coupe de la Ligue
Stade Matmut-Atlantique

Paris Saint-Germain/AS Monaco - Finale Coupe de la Ligue

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Autour du PSG