Restez connectés avec nous
PSG/Barcelone - Ménès évoque un PSG "apocalyptique" et défend Mbappé
©Iconsport

Autour du PSG

PSG/Barcelone – Ménès évoque un PSG « apocalyptique » et défend Mbappé

Pierre Ménès est revenu via son blog sur la qualification ce mercredi du Paris Saint-Germain en quart de finale de la Ligue des Champions suite au match nul 1-1 face au FC Barcelone (retrouvez le résumé ici) qui permet d’avoir un 5-2 au cumulé. Le journaliste de Canal+ a évoqué le match très compliqué des Parisiens, en essayant de l’expliquer et en défendant Kylian Mbappé (attaquant de 22 ans) face aux critiques sur son manque d’efforts défensifs.

Ménès « sans un Navas exceptionnel, le Barça aurait très bien pu refaire son retard dès la mi-temps. »

« Je voyais un 2-1 pour Barcelone ou un 2-2. Évidemment, je n’avais pas prévu que Paris livrerait une prestation aussi apocalyptique, avec une première-mi-temps abominable. Incapables d’aligner trois passes ou de conserver la balle plus de cinq secondes, les Parisiens ont laissé les Barcelonais jouer dans un fauteuil et ont été littéralement submergés.

Florenzi n’avait pas le niveau physique pour jouer ce match et Kurzawa pas le niveau tout court. Mais la grosse déception vient des milieux. Gueye s’est bien battu mais demeure trop limité techniquement. Paredes semblait paralysé par la peur de prendre un carton jaune – qu’il a finalement pris – et s’est montré effroyable. Quant à Verratti, il n’a jamais réussi à se sortir du pressing catalan et a été muselé.

Franchement, sans un Navas exceptionnel, le Barça aurait très bien pu refaire son retard dès la mi-temps. (…) Il a sauvé l’équipe de la capitale en sortant le penalty de l’Argentin avec l’aide de la transversale.

Ménès « puis peut-être que le traumatisme de 2017 était plus important que ce que l’on pouvait penser. »

Ensuite, Paris a aussi joué un peu plus haut et les Catalans ont eu nettement moins d’occasions en seconde période. (…) Au moins, les rageux primaires ne pourront pas dire que les Parisiens ont éliminé une équipe en carton – équipe qui soit dit en passant est 2e de Liga.

Et puis peut-être que le traumatisme de 2017 était plus important que ce que l’on pouvait penser. Maintenant, si les Parisiens lisent la presse, cela fait trois semaines qu’ils entendent parler de remontada. Psychologiquement, il y a mieux comme préparation.

Ménès « il faut savoir ce qu’on veut »

Alors on va me parler de l’absence de repli défensif de Mbappé mais il faut savoir ce qu’on veut : on ne peut pas demander à la seule target offensive de revenir jusqu’à ses 16 mètres, il faut bien qu’il fixe deux ou trois défenseurs – ce qu’il a fait tout le match en faisant peser la menace de sa vitesse sur la défense barcelonaise – et qu’il ne soit pas obligé de faire 80 mètres pour aller porter le danger.

Je n’en dirais pas autant de Draxler, qui avait une chance inouïe de reconquérir les cœurs parisiens mais qui a fait un match « à la Draxler », en donnant l’impression d’être là pour prendre l’air. »

De la souffrance, mais une qualification importante.

Les Parisiens ont su faire l’essentiel en obtenant la qualification, ce n’est pas à négliger. Surtout contre un grand d’Europe. C’est la première fois de l’ère QSI et cela compte pour la suite. Cela pourrait donner de la confiance pour la suite. C’est aussi évidemment une étape importante simplement pour avancer dans la compétition et donc continuer vers l’objectif. Notons aussi que le PSG a su ne pas perdre malgré des difficultés. C’est une force, notamment grâce à l’immense Keylor Navas (gardien de 34 ans).

Maintenant, il est clair qu’il faut encore travailler pour progresser. Ce qui est logique, puisque le coach Mauricio Pochettino est arrivé cet hiver et l’équipe est dans une saison particulière. Cependant, les Parisiens ont déjà montré ces dernières semaines qu’ils sont capables de mettre plus de rythme et de combativité collective. Cette irrégularité reste plutôt agaçante, comme si les Parisiens oubliaient les leçons du passé et les choses essentielles du football. Espérons que la suite sera meilleure, plutôt dans la lignée du match aller.

Des déceptions individuelles.

Quant aux cas individuels, on ne peut pas vraiment défendre un Kurzawa qui a été complètement dépassé. Après des semaines de mieux, il ramène un doute : peut-il être fiable au plus haut niveau ? En tout cas, Diallo a marqué des points face à lui avec une entrée solide qui a fait beaucoup de bien à Paris. A droite, il était plus logique que Florenzi souffre en retour de blessure. Il n’a au moins pas fait une grande erreur, ce que Thilo Kehrer n’a pas toujours réussi. Il n’est pas incompréhensible que l’Italien ait joué.

Pour ce qui est de Mbappé, il ne faut en effet pas attendre de lui qu’il défende avec une grande énergie jusqu’à la surface parisienne. Cependant, il en a été trop loin hier. Il n’a même pas toujours fait le premier pressing à la perte de balle qui est si important. Et ses replis ont été plus en marchant qu’autre chose. On sait que Ménès le défend toujours et on peut comprendre son idée, mais il exagère. Enfin, Draxler a en effet beaucoup déçu alors qu’il avait une occasion de marquer des points. Il est dur de l’incriminer tant c’est le collectif qui a été un peu « éteint ». Mais on note tout de même qu’il n’a pas montré qu’il mérite d’être titulaire si les autres joueurs sont prêts.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG