Restez connectés avec nous
PSG/Bruges (4-1) - Les tops et flops lors de la belle victoire des parisiens
©IconSport

Autour du PSG

PSG/Bruges (4-1) – Les tops et flops lors de la belle victoire des parisiens

Ce mardi, le Paris Saint-Germain s’est imposé 4-1 (voir résumé de PSG/Bruges ici), contre le FC Bruges, lors de la 6e et dernière journée de la phase de groupe de la Ligue des Champions. Les Parisiens nous ont gratifiés d’une excellente première mi-temps, où ils ont évolué à un très haut niveau global. On présente les tops et flops de ce match.

Tops –

Kylian Mbappé.

Il a été excellent durant ce match mais surtout en première mi-temps où il a fait très mal aux Belges. Il marque par deux fois, avant la dixième minute et fait une passe décisive pour Lionel Messi sur le 3e but. On l’a aussi vu ne pas contester le penalty à l’Argentin pour le 4e but. La connexion a été bonne entre les deux joueurs qui se sont cherchés et trouvés. Mbappé montre qu’il sera dur de le remplacer tant il peut être le patron offensif de cette équipe. Leader.

Lionel Messi.

Il était beaucoup critiqué depuis le début de la saison, à juste titre mais son bilan n’est pas si mauvais que cela. 14 matchs, 6 buts, 3 passes décisives. Ce bilan est évidemment pas le même si l’on regarde la Ligue 1 et la Ligue des Champions, car en Coupe d’Europe, il vient de signer son 5e but en 5 matches. On l’a vu se sentir mieux, plus concerné par le jeu et il n’y a pas de secret, il n’a pas perdu son football et il nous l’a montré avec sa spéciale à la 37e minute.

Un but à la Messi, il en a mis un nombre incalculable comme celui-là, mais il fait son effet à chaque fois. La connexion avec Kylian Mbappé a été excellente durant une bonne partie du match, signe qu’il reste de l’espoir de voir ce PSG à un tout autre niveau pour la fin de la saison. A noter sa relation de très haut niveau avec Marco Verratti qui a fait des merveilles. Il finit ce match avec 87 ballons touchés, 3e total de l’équipe. Réveil.

Marco Verratti.

Il n’y a pas à dire, le Petit Hibou est indispensable à son équipe. Tous les ballons sont passés par lui. On sent qu’il n’est pas encore à 100 % mais même dans cet état de forme, il sublime les ballons qu’il a dans les pieds. Il joue avec une telle précision que son apport est inestimable, n’en déplaise à certains. Chef d’Orchestre.

L’efficacité.

Paris pataugeait pour marquer des buts alors qu’il se créait des occasions, ce mardi, il en a été tout autre. Dès la première minute, Paris a fait exploser Bruges, 6 minutes plus tard Mbappé doublait la mise. A la fin de la première mi-temps, le match était plié.

On n’avait pas vu cela depuis quelque temps et c’est une bonne chose pour les hommes de Mauricio Pochettino de retrouver ce sentiment. On aurait aimé en voir plus, mais la première mi-temps a été conforme à la valeur de cette équipe. Puissante comme un vrai rouleau compresseur. On attend la confirmation.

La globalité de l’équipe.

Cela faisait longtemps que Paris n’avait pas montré une identité collective aussi forte. Tous les joueurs ont eu des bonnes phases dans ce match et c’est finalement assez rare pour être souligné. Idrissa Gueye a été énorme en première mi-temps, preuve qu’à ce niveau il est indispensable par son abattage.

Donnarumma a réalisé quelques arrêts bien sentis, les latéraux se sont davantage projetés et Georginio Wijnaldum monte en puissance après un timide début de saison. Souvent avec le PSG on avait le droit à de belles partitions individuelles, on a eu cette fois une belle copie collective durant une bonne partie du match.

Flops –

Le trou d’air en seconde mi-temps.

Non ce ne sera pas le match abouti de A à Z pour ce PSG-là. Il y a eu une période de flottement qui a montré que l’équipe n’ait pas encore en pleine confiance. Paris a perdu la maîtrise et s’est retrouvé en difficulté. Comme souvent. C’est aussi lié à la position sur le terrain, trop basse au début du second acte mais aussi d’une volonté de gérer.

Mais les Parisiens ne sont pas les meilleurs en gestion du score. Quand ils jouent trop bas, ils s’exposent et jouent trop loin les uns des autres. Heureusement, ils ont réussi à reprendre le fil du match.

Le but encaissé.

5 matchs seulement en Ligue 1 sans encaisser de buts, 1 seul en Ligue des Champions. C’est l’un des points noirs de ce PSG version 2021/2022. Il faut qu’ils se prennent ce petit but qui rend la copie moins propre et l’ensemble moins rayonnant. Paris vivait le match parfait dans une période compliqué et n’a pas su garder son niveau d’exigence.

Ce but intervient aussi dans une période où l’équipe a beaucoup reculé et où les lignes se sont distendues. Paris n’a jamais été aussi fort que lorsqu’il a joué haut avec intensité. Quand ils défendent bas, ils sont en difficulté.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG