Restez connectés avec nous
PSG/City - Pirès évoque ce qui n'a pas marché pour Paris et les motifs d'espoir pour le retour
©IconSport

Autour du PSG

PSG/City – Pirès évoque ce qui n’a pas marché pour Paris et les motifs d’espoir pour le retour

Robert Pirès, ancien international Français et aujourd’hui consultant beIN Sport et M6, s’est largement exprimé dans les colonnes du journal Le Parisien, sur la défaite 1-2 du Paris Saint-Germain en demi-finale aller de la Ligue des Champions, jouée ce mercredi contre Manchester City (voir résumé ici). Pour lui, Paris a plongé physiquement montrant un double visage, ce qui a permis aux hommes de Pep Guardiola de jouer comme ils savent le faire, notamment en seconde mi-temps. Mais rien n’est perdu selon lui pour la qualification, car le PSG joue mieux à l’extérieur cette saison.

Pirès « C’est pour ça que Paris, a complètement plongé physiquement »

Un PSG aux deux visages ?

« Oui. Mais quand je vois l’intensité que City a mise, c’est normal que Paris plonge. Parce que j’ai trouvé que l’équipe de Guardiola a vraiment épuisé ces Parisiens, dans cette possession du ballon, dans cette façon de les faire courir de droite à gauche, un relais, deux relais au milieu et, quand tu as des joueurs comme De Bruyne et Foden, tu trouves toujours des décalages et une solution. C’est pour ça que Paris, en seconde période, a complètement plongé physiquement.

Pirès « C’est pour ça que Kylian et Neymar ont disparu. »

Ce qui a moins bien fonctionné ?

C’est le relais justement entre le milieu et le duo Neymar-Mbappé. En première période, ça se passait bien parce qu’il y avait des espaces et qu’on arrivait à les toucher. Et puis City a coupé cette relation. Guardiola a dû corriger ça à la mi-temps. C’est pour ça que Kylian et Neymar ont disparu. Ils ont été sevrés de ballons. »

Le PSG a sombré physiquement en seconde période. Ils se sont vraiment donnés lors du premier acte et cela a eu des effets dévastateurs. Les Mancuniens n’ont eu qu’à les cueillir au retour des vestiaires. Les Anglais ont complétement baladé les Parisiens de gauche à droite, rendant la débauche d’énergie trop importante. D’ailleurs, Pirès, met en avant l’intelligence et les qualités des joueurs de City qui trouvent toujours une solution. Ce postulat est vrai quand l’équipe en face est en retard, comme l’a été le PSG en seconde mi-temps. Le plus inquiétant, c’est la prestation des deux offensifs.

Si Pirès évoque une correction en seconde mi-temps de la part de Guardiola par rapport au circuit de passes entre le milieu parisien et Neymar et Kylian Mbappé, attaquants de 29 et 22 ans, on peut noter que cela a aussi été le cas en première mi-temps, dans une moindre mesure. Les deux attaquants, sont passés au travers de leur match, cela arrive, mais on a encore plus pu le constater quand le reste de l’équipe, après la pause, s’est mise à déjouer.

Pirès « Le problème, c’est qu’il fallait sortir soit Neymar, soit Mbappé »

PSG/City - Pirès évoque ce qui n'a pas marché pour Paris et les motifs d'espoir pour le retour

Kylian MBAPPE of PSG and NEYMAR JR of PSG during the UEFA Champions League, semi-finals match between Paris Saint Germain and Manchester City at Parc des Princes on April 28, 2021 in Paris, France. (Photo by Anthony Dibon/Icon Sport) – Parc des Princes – Paris (France)

Est-ce la victoire de la méthode de Pep Guardiola ?

« Mais bien sûr, il a gagné avec sa méthode. Il savait très bien comment fonctionnait Paris, il a parfaitement préparé ce match. Et puis ce qui est marrant, c’est qu’en première mi-temps on ne l’a jamais vu s’agacer. En fait, son plan a fonctionné à merveille. Ils n’ont jamais paniqué même quand Marquinhos a marqué. Et, en deuxième mi-temps, ils ont continué avec le même schéma, la même mise en place. Quand tu es face à une équipe qui te fait courir comme ça, tu perds ta lucidité, tu perds des duels, tu loupes plein de choses et tu galères ! »

Ne vous attendiez-vous pas à ce que Mauricio Pochettino fasse des changements plus tôt ?

« Oui, je pensais qu’il allait mettre un peu plus de fraîcheur et d’énergie au milieu de terrain. Car c’est là que City a été fort avec Rodrigo et Gündogan. Le problème, c’est qu’il fallait sortir soit Neymar, soit Mbappé. Bon, vous voyez ce que je veux dire, c’est compliqué (rires). Donc il ne pouvait pas. »

On peut se poser beaucoup de questions sur le coaching. Mais la vérité, c’est que cela est toujours plus complexe qu’il n’y parait. Neymar et Mbappé, auraient pu sortir du terrain, mais Mauricio Pochettino sait aussi que ses deux joueurs, même dans un mauvais jour, peuvent faire basculer le destin d’un match. De plus, est-ce que des changements offensivement auraient modifié la physionomie de cette deuxième mi-temps, où les Parisiens semblaient battus sur toutes les lignes ? Guardiola a su faire jouer son équipe sur tout le match et Pochettino n’a pu en tirer qu’une mi-temps (voir un peu plus si l’on note que la fin du match est plutôt du côté PSG).

On le sait face à cette équipe de City, le fossé se creuse physiquement tant ils font tourner la balle, le PSG sait très bien ce que c’est, puisqu’ils utilisent souvent le même levier pour faire plier ses adversaires en Ligue 1. Ce qui est plus compliqué à comprendre, c’est pourquoi, Pochettino n’a pas réoxygéné son milieu ? Idrissa Gueye, 30 ans, a été de plus en plus en retard après la pause avant de fauter (carton rouge pour un énorme tacle en retard), Leandro Paredes, 26 ans, ne s’est pas arrêté de reculer durant la seconde mi-temps et Marco Verratti, 28 ans, à court de rythme, s’est petit à petit éteint pendant le match. Des joueurs du banc ont prouvé dans d’autres matchs, qu’ils pouvaient jouer, ils sont rentrés bien trop tard et c’est cela le plus étonnant.

Pirès « Oui et si Navas ne fait pas de miracles, peut-être que Paris arrive à ses limites »

Navas avait fait des miracles contre le Bayern et Barcelone. Pas cette fois…

« Oui et si Navas ne fait pas de miracles, peut-être que Paris arrive à ses limites, malheureusement. Il ne peut pas les sauver à chaque fois. Donc il faut que Paris retrouve une solidarité, travaille vraiment ensemble. Pour le retour, ce sera ça la clé. Parce qu’en fait tu t’aperçois que, collectivement, City c’est super fort. »

Paris peut encore y croire ?

« Oui, ce n’est pas perdu, parce qu’on s’aperçoit qu’en fait le PSG est meilleur à l’extérieur. Au Parc, il se passe un truc. C’est pour ça que Paris doit vraiment croire en ses chances et Paris est capable d’aller gagner à Manchester City, oui. »

Maintenant, il est difficile de croire que Neymar et Mbappé passeront aussi à côté de leur match la semaine prochaine. Ils voudront se racheter, parce que l’attitude, n’a pas été la bonne, mais aussi parce qu’ils sont attendus dans les matchs décisifs. S’ils ne sont pas responsables des deux buts, ils n’ont rien fait pour sauver leur équipe en se créant des occasions. Mbappé a été très peu servi et son abatage défensif a été limité, Neymar a perdu énormément de ballons et n’a pas réussi à être dangereux. 

Mais, tout comme Keylor Navas, gardien de 34 ans, qui n’a pas « sauvé » l’équipe ce mercredi, les buts mancuniens sont avant tout de belles erreurs évitables, comme en atteste le trou laissé dans le mur par Paredes et Presnel Kimpembe, sur le coup franc, raté, de Riyad Mahrez. On l’aura compris, si Paris apporte un peu plus de danger offensivement, cette équipe de City peut vite se mettre à douter. Car les joueurs de City n’ont pas semblé confiants en vue du match retour, preuve que les Parisiens n’ont pas non plus été ridicules.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG