Restez connectés avec nous
Riolo complimente Verratti à sa manière après Espagne-Italie
©Iconsport

Autour du PSG

Riolo complimente Verratti à sa manière après Espagne-Italie

Face à l’Espagne en demi-finale de l’Euro (1-1, 3-4 tab), l’Italie a souffert, mais est parvenue à rejoindre la finale de la compétition. Sur les ondes de RMC, le journaliste Daniel Riolo a décortiqué cette rencontre, s’il ne s’est pas acharné une nouvelle fois sur Marco Verratti, milieu de terrain du Paris Saint-Germain âgé de 28 ans, son compliment à l’encontre de l’italien reste tout de même très mesuré. 

Riolo «Verratti, il n’a pas fait grand-chose non plus et ceux qui l’ont remplacé n’ont pas fait mieux.»

«Dans le match réussi de l’Italie contre la Belgique (quart de finale), Verratti est largement le moins bon des trois milieux. Face à l’Espagne dans un match raté où les milieux de l’Italie se sont fait manger, c’est peut-être celui qui a eu le plus d’activité. Je n’ai pas trop vu Jorginho, Barella n’a fait que courir et a tout raté. Verratti, il n’a pas fait grand-chose non plus et ceux qui l’ont remplacé n’ont pas fait mieux.»

Riolo «Il est bien quand ce n’est pas de lui que l’on attend la lumière.»

«L’Italie a souffert partout donc Verratti a fait ce qu’il a pu, il est resté trop longtemps sur le terrain je pense. Physiquement, il a toujours du mal. La meilleure place de Verratti, c’est quand il n’est pas le patron comme c’était le cas avec Thiago Motta au PSG et comme c’est le cas avec Jorginho en sélection italienne. Il est bien quand ce n’est pas de lui que l’on attend la lumière.», propos relayés par Foot 01.

Face à l’Espagne, l’Italie a globalement été en souffrance, même si elle a su gérer et ne pas trop prendre l’eau pour finalement s’imposer aux tirs au but. Le milieu de terrain est certainement le poste ou cette équipe a eu le plus de difficultés, contrairement aux matchs précédents. De son côté, Verratti a réalisé un bon match, même s’il a été moins en vue sur ce match. Ce qui va notamment avec le fait que l’Italie, face au pressing espagnol, a plus allongé le jeu. Peut-être un peu par précipitation. Mais en général, il faut être de très mauvaise foi pour ne pas voir que Verratti aider son équipe à rayonner.

Malheureusement, concernant Riolo, quand il s’agit de donner son point de vue sur Verratti, il faut s’attendre à autre chose que de l’objectivité. Et même pour tenter d’en dire du bien, le journaliste reste très critique. Le petit Italien parvient en tout cas à s’imposer comme un joueur important de l’effectif, malgré la blessure qui a fait craindre son forfait. Espérons qu’il soit à 100% pour la finale, afin qu’il puisse porter son équipe et aller peut-être chercher ce premier trophée international avec sa sélection

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG