Restez connectés avec nous
Armand : « Le PSG n'aurait presque pas besoin d'entraîneur »

Anciens

Armand : « Le PSG n’aurait presque pas besoin d’entraîneur »

Impressionné par le niveau de jeu affiché par le PSG, Sylvain Armand est fier de voir son ancien club briller en Ligue 1 et en Ligue des Champions. Et il estime que les joueurs parisiens se connaissent tellement bien que l’équipe serait peut-être au même niveau si Laurent Blanc ou un autre entraîneur n’était pas là.

« Je suis persuadé que les Parisiens seront champions, peut-être pas au mois de février mais très tôt avant la fin du championnat. C’est vraiment un plaisir de les voir évoluer. On ne peut que féliciter Laurent Blanc pour le travail qu’il fait. Mais c’est une équipe qui n’aurait presque pas besoin d’entraîneur. Ils se connaissent sur le bout des doigts, ils ont la haine de la défaite et veulent tout le temps gagner, à l’entraînement comme en match. Ils ont cette culture qui leur permet de savoir comment ils doivent jouer. Personne ne va expliquer à Ibrahimovic comment marquer un but ou à Thiago Silva comment il doit défendre. Ce sont des joueurs ont des qualités qui leur permettent de jouer sans avoir quelqu’un sur le banc qui crie ou qui leur dit comment faire. Mais Laurent Blanc qui est là pour la gestion et il le fait à merveille », a toutefois relativisé le défenseur du Stade Rennais pour BFM TV, lui qui avoue que les joueurs qu’il côtoie dans son nouveau club n’ont pas tout à fait le même niveau qu’au PSG.

« Il faut que je me fasse à l’idée que je n’ai pas les mêmes joueurs à côté de moi, a-t-il admis. Il y a eu beaucoup de progression de la part de Cédric (Hountoundji, ndlr) et Kana-Biyik, ce sont de très jeunes et très bons joueurs. Quand je jouais avec Thiago Silva ou Alex, c’était tout sur l’anticipation et le placement. Tactiquement, ils étaient peut-être bien meilleurs que nous et c’était plus facile de jouer, ce qui est normal avec de grands joueurs. Aujourd’hui, c’est facile de rentrer dans cette équipe-là, on le voit quand un joueur est titularisé. Quand on voit le jeune Rabiot, par exemple, on dirait un joueur qui a de la bouteille depuis longtemps. Aujourd’hui, de mon côté, il faut que je fasse attention à bien communiquer avec mes partenaires pour éviter de prendre certains buts sur des ballons dans le dos ou des un contre un alors qu’on devrait plutôt être en supériorité numérique pour s’aider mutuellement.  Mais ça fait partie du jeu et de la progression à avoir. Ça me plait parce qu’il y a beaucoup de choses à faire et c’est intéressant aussi pour tout le monde de progresser dans ce sens. »

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Anciens