Restez connectés avec nous
Luis Enrique explique son amour pour la polyvalence

Club

Luis Enrique explique son amour pour la polyvalence

Luis Enrique, entraîneur du Paris Saint-Germain, s’est longuement confié au micro de PSG TV dans une interview diffusée ce lundi. L’occasion pour le coach espagnol d’évoquer un peu plus en détails pourquoi il change les joueurs de poste tout au long de la saison. Le message est clair : les joueurs doivent être prêts pour l’équipe et ne pas se figer.

Luis Enrique « faire en sorte que les choses se passent différemment sans faire de changements à chaque match. »

« J’ai tellement de joueurs qui peuvent jouer à différents postes. Regardez Hakimi, même s’il n’est que latéral, il joue au milieu aussi. Warren peut jouer en tant qu’ailier, au milieu à l’arrière latéral. Kang-in Lee peut jouer ailier, au milieu ou avant-centre. Carlos Soler a joué ailier, au milieu et latéral. Je préfère cela. Avoir des ressources car je peux changer le style de l’équipe et le style de jeu et faire en sorte que les choses se passent différemment sans faire de changements à chaque match.

Que l’on ne me comprenne pas? Je m’en fiche, je m’en fiche. Tant que mes joueurs, mon staff et moi-même nous comprenons, c’est suffisant. Xavi fait pareil. Des joueurs de qualité, il faut leur ouvrir l’esprit. J’ai toujours entendu une chose très basique: ‘je ne sais jouer qu’ici, ce joueur ne peut jouer qu’ici.’ Partez! Ce n’est pas bon du tout.

Luis Enrique « L’adversaire ne sait pas ce que l’on va faire mais nous, je vous assure qu’on le sait très bien. »

Tu joues là où ton équipe a besoin que tu joues. Si je trouve meilleur à ton poste que toi, tu ne joues plus? Non, on a trouvé des joueurs ouverts d’esprit avec des ambitions. L’adversaire ne sait pas ce que l’on va faire mais nous, je vous assure qu’on le sait très bien. »

Si certains de nos journalistes ne font pas l’effort de comprendre ce qui se met en place (ou font semblant), par mauvaise foi ou envie de pouvoir critiquer sans trop chercher, il y a bien une philosophie qui s’installe et qui est très prometteuse. Alors que le collectif était presque au néant l’été dernier, on voit de vraies phases de jeu et de belles victoires.

Cela sans souci des absents, puisque le collectif est l’arme principal. L’idée de jeu est toujours la même, puis il y a quelques adaptations en fonction des joueurs et de l’adversaire. Luis Enrique veut que son onze de départ soit armé pour faire mal à l’adversaire en fonction de ses qualités, faiblesses et idées. Alors des joueurs changent de place et les titulaires ne sont pas toujours les mêmes. De quoi perturber et surprendre l’adversaire, ce que le PSG ne faisait plus depuis longtemps.

Bien sûr, il y a des phases un peu compliquées. Tout n’est pas encore parfaitement huilé. C’est logique, il faut du temps. Mais Paris est sur une voie intéressante et on peut plutôt être surpris positive par l’avancée déjà effectuée. Mais certains ne savent pas être patients ou prendre du recule, alors le moindre accroc ressemblent à un drame.

Retrouvez nos articles sur Google News et MSN/Bing News :

Google News   MSN News

Derniers articles

Articles les plus populaires

Autres articles présents dans Club