Restez connectés avec nous
Pochettino se confie sur la gestion et la tactique au PSG, avec le besoin de temps
©Iconsport

Club

Pochettino se confie sur la gestion et la tactique au PSG, avec le besoin de temps

Mauricio Pochettino, entraîneur du Paris Saint-Germain depuis un peu plus d’un an, s’est très longuement confié auprès du journal El PaisDans une interview que nous avons traduite entièrement, le coach argentin a évoqué la façon dont il aborde sa mission d’entraîneur, la gestion du groupe parisien, la tactique avec les stars Kylian Mbappé, Neymar et Messi (attaquants de 23, 30 et 34 ans), ainsi que le besoin de temps pour que sa méthode s’installe et soit vraiment visible.

Pochettino « Vous devez leur dire la vérité. »

Quel est votre objectif essentiel en tant qu’entraîneur ?

Un de mes adjoint l’a dit : « que la victoire ne soit pas vaine et que la défaite vous touche ». Parce que si une victoire ne te remplit pas et qu’une défaite ne te touche pas assez, quelque chose ne va pas.

Comment amener une star à garder ses joies primaires, presque infantiles ?

Nous réfléchissons toujours à la façon dont nous pouvons trouver une corde sensible. Ce n’est pas toujours atteint car on se heurte à la personnalité, au caractère des joueurs, ou à leur environnement, leur famille, leurs proches. Nous nous heurtons ! Il est parfois difficile pour le footballeur de comprendre qu’on veut seulement qu’il soit heureux et qu’il développe au mieux le talent qui lui a été donné. C’est un processus.

À Tottenham, nous étions très proches de toucher la gloire. Ce que l’on ne peut pas faire avec les footballeurs, c’est les justifier. Vous devez leur dire la vérité pour qu’ils découvrent quel est le problème. Nous ne pouvons les aider à trouver les solutions que s’ils se voient dans un miroir et disent : « Oui, c’est vrai ».

Où est la plus grande confusion dans le football ?

Dans le football dans lequel j’ai grandi, les étapes qu’un footballeur a suivaient étaient beaucoup plus proches les unes des autres. Ici, ils vont de la pré-formation pour faire un saut qui les place dans un plan

Pochettino se confie sur la gestion et la tactique au PSG, avec le besoin de temps

Manchester, Grossbritanien, 24.11.2021: Trainer Mauricio Pochettino (Paris Saint-Germain) spricht mit Marquinhos (Paris Saint-Germain) waehrend des UEFA Champions League Spiels der Gruppe A zwischen Manchester City und Paris Saint-Germain im Etihad Stadium am 24. November 2021 in Manchester. (Foto von Vincent Mignott/DeFodi Images) Manchester, United Kingdom, 24.11.2021: Trainer Mauricio Pochettino (Paris Saint-Germain) speaks with Marquinhos (Paris Saint-Germain) during the Group A UEFA Champions League match between Manchester City and Paris Saint-Germain at Etihad Stadium on November 24, 2021 in Manchester, United Kingdom. (Photo by Vincent Mignott/DeFodi Images) – Photo by Icon sport – Etihad Stadium – Manchester (Angleterre)

économique bien au-dessus de ses possibilités sportives. Cela crée beaucoup de confusion. C’est pourquoi je respecte davantage les footballeurs d’aujourd’hui. Bien que tout le monde pense qu’ils ont plus de choses. Oui, ils ont plus de choses matérielles, mais il est plus difficile de gérer dans leur tête toutes ces étapes qui ne passent pas par des processus qui les aident à comprendre ce qui se passe dans leur vie.

Pochettino « la barre est tellement haute, tellement impossible à atteindre, que tout ce qui n’atteint pas ce niveau est déception et frustration. »

Diriger l’équipe du PSG semble être impossible ?

Il y a une ligne de jeu, il y a un plan stratégique, il y a une philosophie, il y a une identité. Que les attentes et la réalité soient différentes, cela arrive. Mais les gens se trompent quand ils disent qu’il n’y a pas de plan de jeu.

Ensuite, c’est comme n’importe quelle équipe. Il faut le développer sur le terrain et tout demande du temps et de l’adaptation. On a fait de très bons matchs, mais malheureusement la barre est tellement haute, tellement impossible à atteindre, que tout ce qui n’atteint pas ce niveau est déception et frustration.

On comprend ça parce qu’on est au PSG, à la Tour Eiffel, à l’Arc de Triomphe, à la Ville Lumière et on l’accepte comme quelque chose de normal. Sans devenir fou. Nous faisons des évaluations réalistes. Selon notre staff technique, la grande zone d’analyse du PSG, et nos collaborateurs, qui travaillent toujours sur l’autocritique, nous sommes dans le moment de l’amélioration.

Mais les circonstances auxquelles nous sommes confrontés au quotidien dans ce projet demandent plus que jamais du temps, et on comprend qu’au PSG on ne le donne à personne. Cela n’existe pas. Il est très court et limité et cela rend ce niveau plus difficile à atteindre. Nous vivons ces situations de manière naturelle et responsable car nous sommes au centre de l’attention par les noms qui sont ici ici.

Ici, tout brille et brille très bien, et le défi est que tout cela fonctionne de la meilleure façon. Nous verrons. Le moment décisif de la saison est arrivé, nous avons de grands talents, de grands joueurs qui grandissent dans ce type de défi. Ça les motive. Avec ce talent nous pourrons sûrement faire de grandes choses.

Jamais il n’y avait eu trois joueurs de la trempe de Messi, Neymar et Mbappé dans la même équipe avec une obsession commune de gagner la Ligue des champions. Comment cela peut-il affecter le niveau de compétition de l’équipe ?

Mbappé a remporté la Coupe du monde, Neymar a remporté une Ligue des champions avec le Barça et Messi quatre. Ils savent gagner. Ce sont les trois plus grands joueurs du monde et il est normal qu’ils ressentent cette motivation. C’est un plus qui fera monter le niveau de compétition. Il n’y a pas de meilleur moment que maintenant pour tout donner.

Pochettino « faire ces choses tous les mois, est un effort énorme. »

Il y a eu beaucoup d’inconstance notamment à cause de blessures, c’est possible d’activer un interrupteur maintenant ?

C’est facile de dire que les joueurs manquent parfois de cette préparation pour accéder à la compétition que tout le monde rêve de gagner. Mais la réalité est que nous venons d’une période où toutes les grandes équipes souffrent. Le football a changé. A cause du Covid et à cause de la densité du calendrier. C’est inhumain. Les médecins le disent.

D’abord parce que les artistes veulent se produire dans des salles pleines et nous avons beaucoup d’artistes qui veulent être admirés par des milliers de personnes dans leurs stades. Il faut l’analyser : ça fait presque deux ans qu’on joue sans cette incitation d’un grand génie.

Deuxièmement, les circonstances de la compétition, dues aux suspensions, dues au calendrier des sélections et aux déplacements, ont usé les équipes comptant le plus d’internationaux. Arriver en Europe le lendemain d’un match en Afrique ou en Amérique du Sud et devoir rejouer deux jours plus tard, et faire ces choses tous les mois, est un effort énorme.

Les efforts des footballeurs ont tendance à être sous-estimés car on dit que tout est facile pour eux. Ces footballeurs ont abandonné beaucoup de choses et les exigences physiques et mentales auxquelles ils sont soumis sont très fortes. Il leur est très difficile d’offrir le niveau que nous attendons tous à chaque match.

Pochettino « c’est vrai qu’on ne va pas pouvoir presser 90 minutes à cause des caractéristiques des joueurs et aussi à cause de leurs goûts footballistiques. »

Liverpool, le Bayern et Chelsea, derniers champions de la Ligue des champions, ont comme caractéristique une répartition équitable des espaces entre leurs joueurs et le maintien d’un rythme de pression soutenu pendant presque tout le match. Comment y parvenir avec vos joueurs ?

Je ne suis pas totalement d’accord. Avec Tottenham avons joué la finale contre Liverpool et l’équipe qui a le plus pressé, qui était la nôtre, ne l’a pas gagnée. Tottenham avait plus de ballon et celui qui a attendu et contre-attaqué était Liverpool. C’est arrivé avec Chelsea-City : celui qui recule a gagné.

Pochettino se confie sur la gestion et la tactique au PSG, avec le besoin de temps

Mauricio POCHETTINO (Entraineur PSG) during the UEFA Champions League match between RB Leipzig and Paris Saint Germain at Red Bull Arena on November 3, 2021 in Leipzig, Germany. (Photo by FEP/Icon Sport) – Mauricio POCHETTINO – Red Bull Arena – Leipzig (Allemagne)

Nous stigmatisons certaines choses qui sont montrées plus tard et qui semblent de grandes vérités alors qu’elles ne le sont pas. Lorsqu’un modèle est structuré, vous devez voir quelles sont les qualités qui peuvent représenter cette équipe. Lorsque les capacités ne sont pas répandues dans une facette du jeu que nous voulons améliorer, nous devons trouver cet équilibre.

Nous sommes une équipe qui, quand on presse, on peut bien le faire. Nous pouvons prendre des risques. Nous l’avons fait. On l’a fait contre Lille, qui est en huitièmes de finale de la Ligue des champions. Mais c’est vrai qu’on ne va pas pouvoir presser 90 minutes à cause des caractéristiques des joueurs et aussi à cause de leurs goûts footballistiques.

Pochettino « être ensemble dans la compétition et vivre ensemble hors du terrain, quelque chose qui est important à construire. La tactique, c’est ça. »

Comment définir ces goûts footballistiques ?

Nous avons des joueurs qui aiment jouer en possession, en jeu court, avec des combinaisons. Pour leur donner ça, il faut du temps pour trouver un équilibre qui garantisse que le ballon soit toujours bien joué, qu’il y ait un but derrière, essayer de casser les lignes, éviter la pression, jouer dans le terrain adverse avec de bonnes possessions afin d’avoir cette capacité à jouer au rythme que notre équipe doit jouer, puis à nous mettre au service des talents que nous avons.

Mbappé est techniquement incroyable, il peut combiner et jouer en position, mais il aime aussi jouer avec de l’espace pour courir, aller en profondeur parce qu’il a cette capacité. Il y a un compromis entre leurs caractéristiques et celles de Leo et Neymar, qui sont plus dans la combinaison, et évoluent à un rythme plus lent pour atteindre le terrain adversaire, et surtout finir. Dans cette recherche, nous nous concentrons sur le terrain à travers la connaissance, être ensemble dans la compétition et vivre ensemble hors du terrain, quelque chose qui est important à construire. La tactique, c’est ça.

Pochettino « C’est la vérité absolue : chaque équipe est construite de l’extérieur vers l’intérieur. »

Sans camaraderie, il n’y a pas une tactique possible ?

La tactique ne se reflète que lorsque l’on voit l’animation d’une équipe. Mais la tactique dépend de la façon dont ils vivent à l’extérieur du terrain, de leurs relations à l’extérieur, de la façon dont ces liens sont créés qui leur donnent plus tard ce sentiment sur le terrain. C’est la vérité absolue : chaque équipe est construite de l’extérieur vers l’intérieur.

Si je ne t’aime pas et que je dois te donner un ballon et que tu dois me le donner, et que tu me le donnes à un mètre, c’est toi qui va courir. Si tu me le donnes à un mètre et que je t’aime, je vais me tuer pour l’attraper et ainsi t’empêcher d’être exposé par ton erreur. C’est la chose fondamentale et beaucoup oublient que non seulement le travail de terrain prend du temps mais que la coexistence, la dynamique de groupe, a besoin de temps pour s’acquérir.

Seul le temps vous montre comment se comportent vos coéquipiers et vos entraîneurs, et seule cette connaissance vous donne la sécurité et la confiance nécessaires pour faire confiance à l’autre personne. La question est : le PSG peut-il donner à un entraîneur ce délai pour constituer une équipe, ou devons-nous entrer et gagner 5-0 parce que nous avons recruté de grands joueurs ?

Pochettino « C’est l’équilibre qu’il faut trouver. »

Que se passe-t-il à la perte du ballon pour Mbappé, Neymar et Messi ?

Tout se passe là où vous allez récupérer le ballon. Vous allez à l’attaque, vous la perdez, avez-vous assez d’énergie ? L’organisation ne suffit pas, l’attitude non plus. Pour récupérer, il faut aussi avoir de l’énergie. Plus nous le récupérons en arrière, moins nous pourrons consacrer de temps de jeu à l’attaque.

Difficile de défendre avec seulement 7 joueurs qui vont se lasser de courir ?

Nous revenons au même point. C’est l’équilibre qu’il faut trouver. Aucune équipe n’a la capacité de jouer 90 minutes dans le camp adversaire. La dernière fois que j’ai vu quelque chose comme ça, c’était avec Manchester United de Ferguson. Ils devaient gagner un match de Premier League sur une certaine différence de buts et l’équipe adverse n’a pas dépassé la moitié du terrain à Old Trafford. J’étais un joueur de l’Espanyol et cela m’avait marqué. Mais cela dépend du niveau auquel vous êtes confronté. Maintenant, je ne vois pas d’équipes qui ont 80% de possession de balle dans les ligues européennes, et encore moins

Pochettino se confie sur la gestion et la tactique au PSG, avec le besoin de temps

Manchester, Grossbritanien, 24.11.2021: Trainer Mauricio Pochettino (Paris Saint-Germain) gestikuliert, Gestik waehrend des UEFA Champions League Spiels der Gruppe A zwischen Manchester City und Paris Saint-Germain im Etihad Stadium am 24. November 2021 in Manchester. (Foto von Vincent Mignott/DeFodi Images) Manchester, United Kingdom, 24.11.2021: Trainer Mauricio Pochettino (Paris Saint-Germain) gestures during the Group A UEFA Champions League match between Manchester City and Paris Saint-Germain at Etihad Stadium on November 24, 2021 in Manchester, United Kingdom. (Photo by Vincent Mignott/DeFodi Images) – Photo by Icon sport – Etihad Stadium – Manchester (Angleterre)

dans le camp adverse .

Pochettino « Une chose mystique s’est créée. »

Là où vous pouvez le plus agir pour Messi, Neymar et Mbappé, c’est dans le fait de les inciter à mettre plus de mouvement avec le ballon ?

L’animation que nous proposerons contre Madrid dépendra de l’exécution des artistes. Je ne doute pas qu’ils le feront. On l’a vu contre Lille. Ils veulent bouger. Il ne s’agit pas de vouloir ou de ne pas vouloir. C’est une question de caractéristiques de nos joueurs, qui aiment être décisif dans chaque action. Je ne sais pas si ce phénomène s’est déjà produit dans une équipe au monde et c’est quelque chose de beau.

Il faudrait provoquer un autre type de lecture, d’émotion, de vision. Le PSG a pu le faire et pas seulement parce qu’il a de l’argent mais parce que les joueurs ont voulu venir. Il y a des clubs avec des muscles financiers qui n’intéressent pas les joueurs. Tout est réuni ici. Une chose mystique s’est créée.

Il faut que Mbappé cherche plus l’espace que le fait de descendre pour participer au jeu ?

Les grands footballeurs peuvent jouer n’importe où sur le terrain et ils s’en sortiront sûrement bien. Et en cela, Kylian est un phénomène. Mais ses caractéristiques sont différentes de celles de Neymar. Sa principale vertu est la verticalité. Dans l’espace, il est imparable et possède en même temps une excellente technique des pieds gauche et droit, non seulement pour dribbler mais aussi pour contrôler et frapper. Je ne pense pas que sa meilleure qualité soit d’être dans la combinaison. Il peut le faire, mais dans une équipe avec tant de talent, dont la construction dans le bloc du milieu fait qu’on a des joueurs pour pouvoir lui donner le ballon, pour qu’il puisse être décisif dans le dernier tiers, ces mouvements qui prennent l’éloigner du but ne lui profiterait pas dans son jeu.

Pochettino « Il ne trouvera jamais d’excuses et nous non plus. »

Comment vous voyez Messi ?

Il n’y a aucun doute. Leo est le meilleur joueur du monde et il donnera beaucoup de joie au PSG et aux supporters. Il fera ce qu’il sait faire comme il l’a toujours fait. Mais entre le Covid, quelques blessures, et la sélection qui l’a beaucoup occupé, son temps d’adaptation a été limité. Il ne trouvera jamais d’excuses et nous non plus.

Mais il n’avait pas joué pour un autre club que Barcelone et chaque fois que vous arrivez dans un nouveau club, vous devez passer par un processus naturel pour vous adapter. Une blessure, un voyage, ne pas être en permanence avec ses coéquipiers, fait rallonger les délais pour que l’équipe s’adapte ou pour qu’il trouve sa meilleure version.

Pochettino « En tant qu’adversaire, vous devez respecter cela. »

Comment je vois le match contre le Real ?

Il faut le respecter car c’est un club qui a gagné 13 Coupes d’Europe. Cela ne se gagne pas qu’avec les joueurs. Vous gagnez avec une force institutionnelle qui s’est construite au fil des ans. La puissance des clubs historiques existe et oblige ses joueurs à toujours donner le meilleur d’eux-mêmes. L’histoire vient à vous et cela aide dans la performance.

Nous avons tous besoin de cette pression. On a besoin de sentir qu’il y a un très grand poids, une énergie qui nous entoure, une discipline qui se respire dans l’environnement, une obligation qui va au-delà d’un match de foot. Cela vient d’une institution comme Madrid, à la fois quand vous jouez pour eux et contre eux. En tant qu’adversaire, vous devez respecter cela.

Ces matchs dépendent avant tout de notre capacité à nous abstraire et à trouver notre point de fonctionnement maximal. J’ai confiance en mon équipe, mes joueurs et mon club et je crois qu’en atteignant le maximum à tous les niveaux, nous pouvons battre Madrid. Mais par respect. Car au-delà de l’analyse des performances, tant Madrid que le PSG, grâce aux joueurs dont ils disposent, dans ce type de match, ils sont toujours capables d’élever le niveau.

Pochettino « votre façon de gérer doit être à l’image de votre façon d’être. »

Je suis un entraîneur qui base ma gestion sur l’affection avec les joueurs ?

Pochettino se confie sur la gestion et la tactique au PSG, avec le besoin de temps

Manchester, Grossbritanien, 24.11.2021: Trainer Mauricio Pochettino (Paris Saint-Germain) gestikuliert, Gestik waehrend des UEFA Champions League Spiels der Gruppe A zwischen Manchester City und Paris Saint-Germain im Etihad Stadium am 24. November 2021 in Manchester. (Foto von Vincent Mignott/DeFodi Images) Manchester, United Kingdom, 24.11.2021: Trainer Mauricio Pochettino (Paris Saint-Germain) gestures during the Group A UEFA Champions League match between Manchester City and Paris Saint-Germain at Etihad Stadium on November 24, 2021 in Manchester, United Kingdom. (Photo by Vincent Mignott/DeFodi Images) – Photo by Icon sport – Etihad Stadium – Manchester (Angleterre)

Avec mon staff, nous aimons beaucoup parler. On philosophe trop. Et nous disons que le chemin que nous choisissons est le plus difficile parce que c’est le chemin de l’engagement émotionnel. Cela cause souvent beaucoup de douleur et tout le monde ne le comprend pas.

La simplicité de choisir entre la peur et l’imposition, sans implication émotionnelle avec le footballeur, est bien plus saine. Mais il est aussi généralement plus court, moins durable et vous ne tirez pas le meilleur de chacun. Il y a un pourcentage de joueurs qui réagissent calmement à l’agression et donnent le meilleur d’eux-mêmes. Ils ne sont pas majoritaires.

La plupart ont besoin d’une autre forme d’approche. Mais pour cela il faut plus de temps. Comment le joueur sait-il que l’entraîneur qui lui dit un bon mot ne le cajole pas ? Nous sommes comme ça. Il ne s’agit pas d’un intérêt à être ami avec les joueurs pour qu’ils jouent bien. Et c’est le plus difficile car il faut être très constant. Vous ne pouvez pas lui crier dessus un jour et lui dire que vous l’aimez le lendemain. Il faut être cohérent dans les actions, dans les interventions, dans ma façon de communiquer avec tout le monde. Je ne peux pas être gentil avec un footballeur et un despote avec un membre de mon staff. Il ne peut s’agir d’une création forcée : votre façon de gérer doit être à l’image de votre façon d’être.

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Club