Restez connectés avec nous

Autour du PSG

Bruno Derrien « Neymar a subi plusieurs fautes mais rien de grave…il aurait dû garder ses nerfs »

Dimanche dernier a eu lieu le fameux Classico entre le Paris Saint-Germain et l’Olympique de Marseille. Si les deux équipes se sont quittées sur un score de parité, 2-2, chacun des camps pouvait nourrir des regrets quant à la physionomie du match. On a vu beaucoup de choses sur le terrain, mais la concentration a semblé absente du côté Bleu & Rouge. A tel point que Neymar, agacé de subir faute sur faute, s’est fait exclure pour un léger geste d’humeur. L’ancien arbitre français Bruno Derrien s’est exprimé dans Le Parisien sur la fin de rencontre avortée du Brésilien.

« La mission de l’arbitre est de protéger tous les joueurs de la même façon mais peut-être faut-il une attention plus soutenue à l’égard de joueurs qui subissent plus de fautes. Neymar a subi plusieurs petites fautes mais rien de grave et, surtout, rien de comparable avec d’anciens clasicos. Il aurait dû garder ses nerfs ».

Neymar doit être plus fort face aux provocations…

Il y a des soirs avec, il y a des soirs sans. Dimanche était un soir sans. L’OM, à 120% de ses capacités, a réussi à faire jeu égal avec un PSG peu concerné par la rencontre et que l’on estimerait à 50%. Il y a donc, en théorie, encore un certain écart entre les deux anciennes formations rivales.

Neymar a tenu son rôle en égalisant à la 33ème minute malgré un jeu haché par les fautes marseillaises. Moins percutant et en vue que d’habitude, le Numéro 10 a fini par craquer en prenant 2 cartons jaunes en 3 minutes (83ème – 86ème ) ce qui lui a valu d’être exclu (et de manquer la réception de l’OGC Nice pour la 11ème journée de Ligue 1 ce vendredi). Il faut que le Brésilien soit plus résistant, car il prend un jaune pour contestation et l’autre pour bousculade sur Ocampos, qui venait de lui mettre un coup.

Mais il faut aussi que les arbitres fassent mieux leur travail.

Toutefois, il faut avouer qu’il y a des circonstances atténuantes. Quand on revoit les images de Neymar essayant de tirer un corner en étant protégé par la police nationale (on rappelle qu’on joue au football), rien n’a été fait pour protéger l’intégrité physique des joueurs franciliens. Aussi, les Marseillais n’ont pas pris de jaunes alors qu’ils n’ont pas économisé leurs coups. Celui d’Ocampos a finalement mérite un avertissement d’après Mr Buqquet. Mais c’était la moindre des choses pour une balayette volontaire alors que l’arbitre avait déjà sifflé une faute précédente.

En revanche, aucun mot de l’ancien arbitre pour commenter le penalty plus que flagrant sur la main de Jordan Amavi pour le PSG complètement oublié par son collègue lors de la rencontre. Un penalty qui aurait pu changer le cours de la rencontre (il y avait 1-1) et surtout qui, étrangement et de façon lassante, aurait fait beaucoup plus de bruit dans l’autre sens.

Il reste n’en déplaise à Kylian MBappé pour qui la rencontre en était une comme les 37 autres, le Classico est un match à part, avec des petits coups vicieux (on se souviendra de l’histoire des vestiaires par exemple en 2005) comme refuser d’arroser la pelouse pour pénaliser la technique des joueurs parisiens. Il est vrai qu’aujourd’hui les deux équipes ne jouent plus dans la même cour et que les Parisiens restaient sur un succès plus que probant, mais il faut toujours se méfier d’un adversaire blessé dans son orgueil. Une leçon à retenir pour la suite de la saison. Notamment pour éviter de craquer face à de mauvais coups permis par un arbitrage loupé et trop mou.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG