Restez connectés avec nous
Communiqué des clubs de L1 concernant la décision du Conseil d’État

Ligue 1

Communiqué des clubs de L1 concernant la décision du Conseil d’État

Le Paris Saint-Germain, ainsi que 18 autres clubs de Ligue 1 (seul Guigamp n’a pas suivi le mouvement) ont démissionné de l’Union des Clubs Professionnels de Football (UCPF). Et ils répondu à la décision du Conseil d’État, concernant le système de promotion/relégation en L1.

Voici le communiqué des clubs démissionnaires :

« Les clubs de Ligue 1 ont pris acte de la première décision du Conseil d’Etat.
Le Conseil d’Etat devra donc juger sur le fond ce qui n’interviendra pas avant plusieurs mois.
Il n’existe donc à ce jour aucune certitude sur le nombre de montées et de descentes entre Ligue 1 et Ligue 2 pour la saison 2015/2016.
Les arguments évoqués par les avocats adverses sur le fait que le sujet des montées et des descentes est un combat des clubs riches contre les autres ne tiennent pas car les clubs les moins concernés par le sujet sont justement les plus importants comme le PSG, Monaco, l’OL et l’OM par exemple, qui ont peu de risques de descendre en Ligue 2. Les arguments évoqués par les avocats de la Fédération sur une décision contraire aux Droits de l’Homme font même sourire car dans les divisions amateurs, la Fédération a souvent appliqué des règles avec plus de descentes que de montées dans la même division.

Dans tous les cas, les prochaines semaines seront mises à profit par les 19 clubs de Ligue 1 démissionnaires de l’UCPF afin de s’organiser dans le cadre du nouveau syndicat qui deviendra seul représentatif au niveau des instances.

Contrairement à ce qui a pu être dit par ignorance des règlements de la Ligue de Football Professionnel, aux Assemblées Générales de la Ligue, par certains présidents de Ligue 2, chaque club de Ligue 1 dispose de trois voix et chaque club de Ligue 2 de deux voix.
Ainsi, 19 clubs de Ligue 1 regroupés dans le même syndicat disposeront de 57 % des voix du football professionnel français.
Avec 57 % des voix, les clubs de Ligue 1, respectueux du principe de solidarité du football français, seront donc mathématiquement majoritaires.

La crise actuelle est fondamentalement due au fait que les clubs de Ligue 2 cherchent par tous les moyens à ne pas appliquer les décisions prises démocratiquement par la majorité, ce qui empêche toute réforme.

Ceci n’est plus acceptable ! Le principe de démocratie doit donc être respecté, encore plus lorsque la solidarité souhaitée et décidée par les majoritaires finance largement les minoritaires.

La décision du Conseil d’Etat conforte encore plus les clubs de Ligue 1 dans leur démarche de création d’un nouveau syndicat patronal plus respectueux de la démocratie que l’UCPF, indépendant de la Fédération et plus motivé par la compétitivité européenne de la France.
Comme souvent dans les crises, ce que nous vivons aujourd’hui, c’est la lutte entre les anciens et les modernes. Nos concurrents ne sont pas les clubs de Ligue 2 mais les autres championnats européens, qui eux ont compris que l’avenir appartient aux modernes.

Nasser AL KHELAIFI, président du Paris Saint-Germain
Jean-Michel AULAS, président de l’Olympique Lyonnais
Bernard CAIAZZO et Roland ROMEYER, présidents de l’AS Saint-Etienne
Jean-Pierre CAILLOT, président du Stade de Reims
Saïd CHABANE, président d’Angers SCO
Loïc FERY, président du FC Lorient
Jean-François FORTIN, président du SM Caen
Pierre-Marie GERONIMI, président du SC Bastia
Waldemar KITA, président du FC Nantes
Vincent LABRUNE, président de l’Olympique de Marseille
Daniel MASONI, président de l’ESTAC Troyes
Olivier MINICONI, président du GFC Ajaccio
Louis NICOLLIN, président du Montpellier Hérault SC
Jean-Pierre RIVERE, président de l’OGC Nice
Dmitriy RYBOLOVLEV, président de l’AS Monaco
Olivier SADRAN, président du Toulouse FC
Michel SEYDOUX, président du LOSC
Jean-Louis TRIAUD, président des Girondins de Bordeaux »

 

Le Conseil d’État a provisoirement maintenu le règlement impliquant trois clubs promus L1 et trois clubs relégués en L2, d’où cette réaction des clubs favorables  à une réduction de montée/descente à deux clubs.

En attendant la décision définitive du Conseil d’État, ce communiqué explique également que le retrait des clubs de l’UCPF devrait déboucher sur la création d’un nouveau syndicat, remplaçant alors l’UCPF, et qui sera constitué de ces 19 clubs de Ligue 1 démissionnaire.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Ligue 1