Restez connectés avec nous
Baisse des salaires en Ligue 1, un accord est espéré cette semaine selon Le Parisien

Autour du PSG

Baisse des salaires en Ligue 1, un accord est espéré cette semaine selon Le Parisien

Face à la crise liée à l’épidémie du coronavirus, qui a contraint à suspendre la saison 2019-2020, le football a besoin de régler de nouveaux problèmes rapidement. Il y a la question du calendrier, mais aussi des finances. Pour aider les clubs, les joueurs sont au chômage partiel. Mais la masse salariale reste dure à supporter avec des revenus largement diminués. C’est pourquoi il y a une discussion autour d’une baisse des salaires. Ce qui pourrait notamment passer par un paiement « différé ». Ce mardi, Le Parisien fait le point et indique qu’un accord n’est pas encore trouvé, mais ce pourrait être dans les prochains jours.

« Le Championnat de France n’a toujours pas trouvé d’accord pour une baisse des salaires. Hier, le groupe de travail dit du « dialogue social » s’est une nouvelle fois réuni au téléphone mais les discussions n’ont pas pu aboutir. Les négociateurs — Philippe Piat (président du syndicat des joueurs, l’UNFP), Jean-Pierre Caillot (Reims), Francis Graille (Auxerre), Jean-Pierre Rivère (Nice) et Nicolas Holveck (Rennes) — espèrent parvenir à s’entendre d’ici à la fin de semaine. 

« Mais il faut aussi envisager le pire, comme la fin définitive de la Ligue 1. »

Dans le détail, les dernières discussions portaient sur un paiement différé sur un pourcentage du salaire ou sur le chômage partiel (70 % du brut). La baisse demandée aux joueurs serait calculée en fonction de leur grille de salaire, selon « l’Equipe ». En dessous de 10 000 € de salaire mensuel, le joueur conserve l’intégralité de sa rémunération. Entre 10 000 et 20 000 €, la baisse serait de 20 %, entre 20 000 et 50 000 €, de 30 %, entre 50 000 et 100 000 €, de 40 %, et au-delà de 100 000 €, de 50 %. Cet argent serait retranché avant d’être reversé de manière rétroactive quand les compétitions vont redémarrer. Mais il faut aussi envisager le pire, comme la fin définitive de la Ligue 1. »

Il va donc falloir encore patienter avant de voir un accord entre toutes les parties pour cette mesure. C’est dommage, on aimerait que la solidarité soit plus simple à mettre en place. Surtout que ces mesures sont déjà mises en place dans d’autres pays. Mais on peut comprendre aussi qu’il y ait un besoin de négociation puisque cela concerne de grands montants et qu’il y a toujours un part d’incertitude. Reste à espérer que ces discussions pourront en effet aboutir cette semaine.

Publicités

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG