Autour du PSG

L’économiste Pierre Rondeau décortique la richesse du PSG et pointe le risque sur le long terme des revenus commerciaux

L’économiste Pierre Rondeau décortique la richesse du PSG et pointe le risque sur le long terme des revenus commerciaux
Publie le 24/01/2016 a 18:35



  • Nous vous en parlions hier de l’étude annuelle du cabinet d’analyse financière Deloitte, qui a confirmé que le PSG est devenu le quatrième club le plus riche du monde en générant plus de 480 millions d’euros de revenus lors de la saison 2014-15.

    Selon cette même étude publiée jeudi, le PSG doit sa progression d’abord à ses revenus commerciaux (297 millions), qui sont proportionnellement les plus élevés de tous les clubs puisqu’ils représentent 62% de son revenu total. Les recettes au stade (+22%) et les droits TV (+27%) sont également en hausse après une saison record sur le plan national et un quart de finale en Ligue des champions. Les recettes tirées des droits TV du PSG restent cependant considérablement plus faibles que celles des clubs concurrents (13e du Top 20 seulement).

    Invité par LCI, le doctorant en économie Pierre Rondeau, a analysé cette richesse du club parisien en mettant l’accent sur les 62% des revenues qui représentent des revenus exclusivement commerciaux, c’est-à-dire et essentiellement les revenus récoltés auprès des partenaires du club, et qui sont pour une grande majorité des partenaires qataris.

    C’est ainsi que cet économiste a déclaré que : « On remarque la part des revenus commerciaux qui dépasse les 60% de son budget. C’est à la fois bien et pas bien. Cela veut dire que le PSG attire les entreprises et qu’elles veulent s’associer à la marque PSG, pas bien dans le sens où c’est risqué… Si le Qatar se retire, si les partenaires commerciaux se retirent, Paris perd 60% de son budget, ce qui est risqué sur le long terme ».

    Il faut relativiser toutefois cette conclusion, puisqu’une chose demeure sûre, le risque s’il existe, il est général, dans la mesure où il est partagé par tous les grands clubs européens, dont les trois premiers qui précèdent le PSG au classement de la richesse ; à savoir le Real Madrid (577 millions) qui devance le FC Barcelone (560,8) et Manchester United (519,5).

    En effet, la part des revenus commerciaux représente presque toujours autant dans les revenus de ces clubs, dont les partenaires sont aussi et pour une grande majorité des partenaires qataris.

    Publie le 24/01/2016 a 18:35

    L’économiste Pierre Rondeau décortique la richesse du PSG et pointe le risque sur le long terme des revenus commerciaux

    Nous vous en parlions hier de l’étude annuelle du cabinet d’analyse financière Deloitte, qui a confirmé que le PSG est devenu le quatrième club le plus riche du monde en générant plus de 480 millions d’euros de revenus lors de la saison 2014-15.

    Selon cette même étude publiée jeudi, le PSG doit sa progression d’abord à ses revenus commerciaux (297 millions), qui sont proportionnellement les plus élevés de tous les clubs puisqu’ils représentent 62% de son revenu total. Les recettes au stade (+22%) et les droits TV (+27%) sont également en hausse après une saison record sur le plan national et un quart de finale en Ligue des champions. Les recettes tirées des droits TV du PSG restent cependant considérablement plus faibles que celles des clubs concurrents (13e du Top 20 seulement).

    Invité par LCI, le doctorant en économie Pierre Rondeau, a analysé cette richesse du club parisien en mettant l’accent sur les 62% des revenues qui représentent des revenus exclusivement commerciaux, c’est-à-dire et essentiellement les revenus récoltés auprès des partenaires du club, et qui sont pour une grande majorité des partenaires qataris.

    C’est ainsi que cet économiste a déclaré que : « On remarque la part des revenus commerciaux qui dépasse les 60% de son budget. C’est à la fois bien et pas bien. Cela veut dire que le PSG attire les entreprises et qu’elles veulent s’associer à la marque PSG, pas bien dans le sens où c’est risqué… Si le Qatar se retire, si les partenaires commerciaux se retirent, Paris perd 60% de son budget, ce qui est risqué sur le long terme ».

    Il faut relativiser toutefois cette conclusion, puisqu’une chose demeure sûre, le risque s’il existe, il est général, dans la mesure où il est partagé par tous les grands clubs européens, dont les trois premiers qui précèdent le PSG au classement de la richesse ; à savoir le Real Madrid (577 millions) qui devance le FC Barcelone (560,8) et Manchester United (519,5).

    En effet, la part des revenus commerciaux représente presque toujours autant dans les revenus de ces clubs, dont les partenaires sont aussi et pour une grande majorité des partenaires qataris.




  • Tags de l'article : , , , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire

    1. Mr B4000 on 24 janvier 2016 at 23:56 said:

      C’est quand même d’une grande banalité ce qu’il dit, je peux être économiste aussi…

    2. Adrotitanique on 24 janvier 2016 at 23:24 said:

      bon c est vrai que fly emirate ca représente bcp…
      il faut essayer d etre 100% proprio du stade

    3. Pixie21 on 24 janvier 2016 at 21:11 said:

      Non. Si le Qatar s’en va, la plupart des autres partenaires également puisqu’ils sont plus là pour l’état du golfe que pour notre club. Et la part respective des apports du Quatar dans les BNC des autres grands clubs est bien moindre.

      • Adrotitanique on 24 janvier 2016 at 23:23 said:

        conclut je vois pas ou tu veux en venir :) ?

        • Pixie21 on 24 janvier 2016 at 23:31 said:

          Si le Qatar vit une crise avec la France, désinvestissement massif et manque de ressources pour le PSG aux guichets et droits télévisés. Sans compter moins de rentrée d’argent au Parc des Princes qu’au Parc OL.

          • Adrotitanique on 24 janvier 2016 at 23:39 said:

            en plus bein remonte les dt tv de ligue 1.
            oui sans le qtar on est dans la mrde….
            faut etre proprio d un stade en urgence
            (meme s il faut en construire un autre)

    4. dinho93 on 24 janvier 2016 at 19:03 said:

      Pourquoi ils voudraient se retirer deja même ?

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    Live football scores . Current table, fixtures & results.

    L'actualité européenne

    LDC - Le FC Barcelone voit le Real Madrid éliminer le PSG, selon Sport

    LDC – Le FC Barcelone voit le Real Madrid éliminer le PSG, selon Sport

    Adversaires

    Le Paris Saint-Germain a eu du mal à digérer sa défaite contre le Real Madrid en ...

    Actualité Féminine

    Féminines - Le PSG conforte sa 2e place avec son succès à Albi

    Féminines – Le PSG conforte sa 2e place avec son succès à Albi

    Actu Féminin

    Ce dimanche, l’équipe féminines du Paris Saint-Germain était en déplacement à Albi. Un voyage très bien ...

    Vidéos PSG

    L’économiste Pierre Rondeau décortique la richesse du PSG et pointe le risque sur le long terme des revenus commerciaux

    L’économiste Pierre Rondeau décortique la richesse du PSG et pointe le risque sur le long terme des revenus commerciaux <Autour du PSG

    Nous vous en parlions hier de l’étude annuelle du cabinet d’analyse financière Deloitte, qui a confirmé que le PSG est devenu le quatrième club le plus riche du monde en générant plus de 480 millions d’euros de revenus lors de la saison 2014-15.

    Selon cette même étude publiée jeudi, le PSG doit sa progression d’abord à ses revenus commerciaux (297 millions), qui sont proportionnellement les plus élevés de tous les clubs puisqu’ils représentent 62% de son revenu total. Les recettes au stade (+22%) et les droits TV (+27%) sont également en hausse après une saison record sur le plan national et un quart de finale en Ligue des champions. Les recettes tirées des droits TV du PSG restent cependant considérablement plus faibles que celles des clubs concurrents (13e du Top 20 seulement).

    Invité par LCI, le doctorant en économie Pierre Rondeau, a analysé cette richesse du club parisien en mettant l’accent sur les 62% des revenues qui représentent des revenus exclusivement commerciaux, c’est-à-dire et essentiellement les revenus récoltés auprès des partenaires du club, et qui sont pour une grande majorité des partenaires qataris.

    C’est ainsi que cet économiste a déclaré que : « On remarque la part des revenus commerciaux qui dépasse les 60% de son budget. C’est à la fois bien et pas bien. Cela veut dire que le PSG attire les entreprises et qu’elles veulent s’associer à la marque PSG, pas bien dans le sens où c’est risqué… Si le Qatar se retire, si les partenaires commerciaux se retirent, Paris perd 60% de son budget, ce qui est risqué sur le long terme ».

    Il faut relativiser toutefois cette conclusion, puisqu’une chose demeure sûre, le risque s’il existe, il est général, dans la mesure où il est partagé par tous les grands clubs européens, dont les trois premiers qui précèdent le PSG au classement de la richesse ; à savoir le Real Madrid (577 millions) qui devance le FC Barcelone (560,8) et Manchester United (519,5).

    En effet, la part des revenus commerciaux représente presque toujours autant dans les revenus de ces clubs, dont les partenaires sont aussi et pour une grande majorité des partenaires qataris.

    By
    @
    OTER ?>