Restez connectés avec nous
Sévérac évoque la période "fantôme" d'Icardi et souligne qu'il faut "insister"
©IconSport

Autour du PSG

Sévérac évoque la période « fantôme » d’Icardi et souligne qu’il faut « insister »

Dans le mail envoyé aux lecteurs du Parisien, le journaliste Dominique Sévérac a décidé d’évoquer le passage compliqué traversé par Mauro Icardi. Le buteur de 26 ans du Paris Saint-Germain est à, après la victoire 0-2 contre le LOSC dimanche soir en clôture de la 21e journée de Ligue 1 (retrouvez le résumé ici), 4 matchs de suite sans marquer ni vraiment se faire remarquer.

« Il ne marque plus, laissant son empreinte en 2020 sur un quart de finale de Coupe de la Ligue avec un triplé. Pour le reste, dans cette nouvelle année, il traverse en fantôme les rencontres, comme hier soir à Lille. Comme il ne participe pas beaucoup au jeu, quand il ne marque pas, il ne reste plus rien ou pas grand chose. Pourtant, il faut insister avec l’Argentin, à l’heure où l’idole du Parc des Princes, Edinson Cavani, semble sur le point de rejoindre l’Espagne. Il faut insister parce que les trois autres comparses de l’attaque, au moins Neymar et Mbappé, aiment à jouer avec lui.

Sévérac « Pas mal pour un fantôme. »

Le Colombien avait davantage de football en lui mais Icardi joue un peu le rôle de Radamel Falcao pour Mbappé, période monégasque. Il aime à tourner autour d’un point fixe. Neymar est bon dans tous les schémas, tous les systèmes mais, un attaquant de plus, ce sont des défenseurs en moins pour lui et des espaces qui se libèrent, comme sur son premier but à Lille. Qui lui ouvre (en partie) la voie grâce à son appel ? Mauro Icardi, bien sûr, qui, en ratant sa tête plus tard, provoquera le penalty. Pas mal pour un fantôme. »

On ne peut pas nier qu’Icardi est moins brillant que dans les mois précédents. Mais il n’y a pas de quoi en faire un point très important. Tous les joueurs ont des passages un peu plus compliqués. 4 matchs dans le calendrier parisien, c’est un laps de temps très court. Sans oublier qu’il n’est finalement pas si inexistant que cela. Il touche peu le ballon, mais cela est habituel pour lui. Et il aurait pu marquer facilement face à Monaco (20e journée de Ligue 1) si Neymar n’avait pas touché le ballon devant lui. Un détail qui compte aussi.

Sans oublier son travail défensif pour toujours gêner la relance de l’adversaire. Un effort qui a son importance et est toujours souligné par le coach Thomas Tuchel. On peut aussi rappeler hier qu’il a su être bon quand enfin il a été le ballon. Avant la tête qui amène le penalty, il y a la déviation géniale du talon qui permet à l’action de continuer. Il ne faut pas le négliger. Ni s’inquiéter pour l’Argentin, qui sera aucun doute décisif très prochainement. Cela dépend aussi des autres joueurs, qui doivent le servir. Hier, Mbappé et Di Maria ont été décevants, c’est forcément gênant.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Vidéos PSG

Autres articles présents dans Autour du PSG