Restez connectés avec nous
Vincent Duluc explique que le PSG doit garder le 4-4-2 et que Tuchel doit savoir faire défendre ses attaquants

Autour du PSG

Vincent Duluc explique que le PSG doit garder le 4-4-2 et que Tuchel doit savoir faire défendre ses attaquants

Malgré la belle prestation mercredi dernier en Ligue des Champions du Paris Saint-Germain, les observateurs du ballon rond continuent de s’interroger concernant le schéma de jeu qu’il doit utiliser. Avec deux attaquants en pointe, Mbappé et Icardi, Thomas Tuchel avait concocté un 4-4-2 bien efficace quand on regarde la physionomie du match. Pour L’Equipe du Soir, Vincent Duluc, journaliste sportif, est revenu sur le rôle de l’entraîneur allemand et ce qu’il doit apporter à ses joueurs.

“Evidemment, ça implique que les joueurs défendent. Mais dans quel monde on vivrait si une équipe ne peut pas jouer avec ses meilleurs joueurs ? Pour le PSG, c’est jouer avec Neymar, avec Mbappé, avec Icardi, et avec Di Maria. Donc après, c’est une question de management, de management des égos.

Duluc: « Tuchel de les convaincre de défendre, de les faire courir, il est là pour ça. »

Est-ce qu’on pense que Mourinho n’arriverait pas à convaincre ces joueurs de défendre ? Que Guardiola ou Klopp ? Bien sûr que si. Maintenant, c’est la responsabilité de Tuchel de les convaincre de défendre, de les faire courir, il est là pour ça. Le PSG doit avoir de l’équilibre avec ses meilleurs joueurs, c’est sa responsabilité, c’est son boulot sinon n’importe qui peut occuper le poste. »

Si c’est Pablo Sarabia qui a débuté la rencontre à la place d’Angel Di Maria pour gênes musculaires, l’Argentin a tout à fait sa place avec le trio Mbappé-Icardi-Neymar. La complémentarité est très importante pour dégager une force collective, et que ce soit l’Espagnol ou « El Fideo », on a pu voir de très belles actions durant le match et nul doute que ce dernier aurait rendu le même genre de copie.

Le repli défensif des joueurs offensifs du PSG a depuis longtemps été pointé du doigt, jugeant que ceux-ci ne redescendaient pas assez pour aider le reste de l’équipe, comme notamment à Madrid où l’équipe apparaissait coupée en deux. Au Parc des Princes, le visage affiché a été tout autre et tout le monde a fait en sorte de jouer en un seul bloc, signe que le message de l’ancien coach de Dortmund était bien passé.

Duluc: « Cela peut dépendre de l’adversaire, des circonstances. »

« En gros, la question c’est : joue-t-on avec Icardi ou un troisième milieu de terrain ? Cela peut dépendre de l’adversaire, des circonstances, et de qui est le 3e milieu… Vous avez absolument besoin de Marquinhos au milieu de terrain ou il peut jouer derrière ? Moi je crois qu’on peut jouer avec Verratti et Gueye. Et puis il ne faut pas isoler Neymar de Mbappé.”

Mauro Icardi ne participe peut-être pas autant que d’autres à la construction du jeu, mais ses qualités de finisseur devant le but adverse sont sans pareil au PSG. Alors certes, c’est un renard des surfaces, toujours à guetter la moindre opportunité pour pousser le ballon au fond des filets, rappelant un certain Pipo Inzaghi, connu pour n’avoir jamais marqué un but en dehors de la surface. Mais c’est lui qui ouvre le score, suivi de très près par Sarabia, auteur lui aussi d’une rencontre pleine avec une grosse activité défensive en prime.

L’équipe alignée mardi, loin du onze titulaire de base, a pourtant fait des merveilles, faisant totalement déjouer son adversaire du soir. L’équilibre et le « spirit » tant appréciés du coach étaient bien présents sur la pelouse parisienne. Il est donc fort probable qu’on retrouve régulièrement le PSG dans cette configuration de jeu.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG