Restez connectés avec nous

Adversaires

Bisevac voit Sakho dans le top 3 mondial

Lors de son passage au PSG, Milan Bisevac a tissé des liens avec Mamadou Sakho, son coéquipier en défense centrale. L’international serbe est aujourd’hui toujours aussi admiratif du talent du jeune défenseur parisien.

« Sakho, c’est comme mon frère. Quand j’étais à Paris, je pensais – et je le pense toujours – qu’il va être dans le top 3 des meilleurs défenseurs centraux au monde, a estimé le défenseur de l’OL, qui ne manque pas de tresser des lauriers à Zoumana Camara, en plus d’avouer que la charnière Alex-Silva est très solide. Ce sont des joueurs qui possèdent d’énormes qualités, bien dans ce que recherche ce club. Mais je pense à Camara qui lui aussi va apprendre beaucoup. C’est un leader de vestiaire, qui parle bien, qui lui non plus ne baisse jamais les bras, donne tout et travaille. Il avait fait de bons matches l’année dernière. »

Dans cet entretien accordé à France Football, Bisevac est également revenu sur son départ du PSG, non sans une pointe de mystère. « Mon choix, c’était Lyon et je ne le regrette pas. Il y a quelque chose que je ne peux pas dire et que je veux garder pour moi. Mais demain, quand je reviendrai à Paris, je pourrai regarder tout le monde dans les yeux, c’est le plus important, s’est-il satisfait, lui qui rêve désormais de rivaliser avec le PSG cette saison sous les couleurs de l’OL. Et dans un premier lieu l’emporter au Parc des Princes, dimanche soir. Il faut toujours avoir faim ! Notre objectif c’est d’être sur le podium. Le plus dur, c’est de confirmer, de faire toujours les mêmes efforts. Quand on a perdu à Toulouse, en face, ils avaient plus de grinta que nous. Mais ç’a été un mal pour un bien. Notre fierté, c’est d’être allés ensuite gagner à Marseille, d’avoir battu Montpellier et remporté le derby face à Saint-Etienne. Ce n’était pas un beau match – je le ressentais sur le terrain – mais j’ai aimé cette façon de se battre, à dix, pour conserver le résultat. On était bien en place, il y avait du savoir-faire. Alors être Champions, je ne peux pas dire ! Je suis optimiste, toujours. Je regarde loin. On a du potentiel. Mais pour l’être, il faut que tout soit en place. Il ne faut pas s’enflammer, avoir la grosse tête avec tout ça. Restons les deux jambes sur terre ! On verra déjà dimanche, au Parc. On est bien, je pense que personne n’aurait imaginé qu’après seize journées, Lyon serait leader. On n’a pas beaucoup parlé de nous. Ça nous a fait du bien que tous les médias se tournent vers le PSG… Nous, dans notre coin, on espère que ce rêve va durer longtemps. »

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires